3ème édition de la Conférence générale de la jeunesse du Congo : Mettre en place un comité préparatoire de l’évènement

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le C.n.j, organe para-institutionnel, a tenu, les 14 et 15 janvier 2014, sa première session ordinaire, à la préfecture de Brazzaville. Les cérémonies d’ouverture et de clôture de cette session, placées sous l’égide d’Anatole Collinet Makosso, ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, se sont déroulées en présence de Franck Linda Moyabat Noumazalay, président du C.n.j Congo; des représentants des organismes des Nations Unies au Congo, des directeurs départementaux de la jeunesse, des membres des mouvements et associations juvéniles et de nombreux jeunes venus des 12 départements du Congo.

Après des fructueux échanges, les conseillers ont recommandé de mettre en place un comité préparatoire pour la 3ème édition de la Conférence générale de la jeunesse du Congo. Celle-ci, prévue en 2013, a été différée au 27 janvier 2014, sauf changement de calendrier.
Consacrée à l’évaluation de son action, trois ans après sa mise en œuvre en 2010, la session ordinaire du C.n.j Congo a regroupé près d’une centaine de conseillers venus de tous les coins du pays.
Pendant 48 heures, les jeunes Congolais ont examiné, entre autres documents: le rapport bilan du bureau exécutif national du C.n.j et le rapport financier. Après des fructueux débats, les participants ont adopté le rapport bilan du bureau exécutif national, le rapport financier et le rapport de la commission de contrôle et d’évaluation. Ils ont, en outre, adopté deux motions: une motion de soutien au président de la République pour sa constante préoccupation pour la mise en œuvre d’une politique audacieuse d’insertion économique et sociale des jeunes. Et, une autre félicitant le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique pour ses efforts indéfectibles en faveur de la jeunesse. Les conseillers ont recommandé, par ailleurs, la mise en place d’un comité préparatoire pour les assises de l’acte trois de la Conférence générale de la jeunesse du Congo.                                       
Pour Franck Linda Moyabat Noumazalay, le premier mandat s’appuyait sur les recommandations de la session inaugurale. Un programme d’activités dont les grands axes retenaient la finalisation du statut juridique de la structure et la structuration des bureaux départementaux sur toute l’étendue du territoire national. «Cette première expérience du bureau du Conseil, a-t-il poursuivi, fut, à la fois, exaltante et fastidieuse; de même que l’on peut noter, également, à côté des réussites, quelques manquements observés dans le fonctionnement et dans l’exécution des missions qui étaient les nôtres. Nous mettons tout cela sur le compte de l’apprentissage et de l’immaturité qui nous ont caractérisés pendant quelque temps au sein de cette institution.»
De son côté, le ministre Anatole Collinet Makosso a rappelé que cette session est un moment essentiel de la vie de cet organe, à l’orée de la tenue, en différé, de la troisième Conférence générale de la jeunesse. «À ce titre, je serais tenté de dire que voici venu le temps de la vérité; celui où chacun de vous va rendre compte de son action. Mais, pour que ce moment de vérité soit vécu dans la sérénité, je me dois de vous dire, par expérience, qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite sur cette terre. Encore moins celle du C.n.j, âgé d’à peine trois ans», a-t-il déclaré.
Peu avant la clôture des assises par le ministre de tutelle, les conseillers ont eu un échange avec lui. A cet effet, il les a exhortés au travail bien fait et à la discipline comportementale, pour bien diriger l’organe. De leur côté, ils ont exposé quelques préoccupations qui ont trouvé des réponses satisfaisantes. Reste, maintenant, à les exécuter.
Signalons que le Conseil national de la jeunesse est créé en 2010 sur la base des recommandations de l’Union africaine, contenues dans la charte africaine de la jeunesse. Instance représentative des jeunes, il recommande aux Etats de créer les conditions pouvant permettre la participation de cette couche dans les prises de décisions. Au niveau international, le C.n.j Congo a été élu à la tête du conseil d’administration de la jeunesse de la C.e.e.a.c (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale) et, enfin, retenu comme membre du bureau du parlement mondial de la jeunesse pour l’eau, tout comme membre du comité du festival mondial de la jeunesse.

Esperancia MBOSSA-OKANDZE

Informations supplémentaires