Les Clans Tchimpanana et Tchinkongo à la recherche de leur légitimité

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Depuis l’aube des temps, l’humanité traine avec elle à des degrés divers, les traces d’une religion originelle, basée sur la vénération des esprits des ancêtres, sans toute fois rejeter la croyance au Dieu unique. Les chrétiens vénèrent bien les ancêtres heureux que sont Abraham, Isaac et Jacob.

Pourquoi alors renierions-nous les Esprits de nos ancêtres et de nos génies «Bakisi-B’Si», les génies servant d’intermédiaires entre Dieu et les membres de la famille. A cet effet, chaque famille Vili, Yombe, Wooyo, Loumbou au Kouilou possède un sanctuaire (Tchibila) où sont exécutées les cérémonies rituelles adressées aux génies suprême (U’Nkisisi) de la famille.
Chaque famille, quelle que soit son importance, ne possède qu’un seul et unique Tchibila implanté sur les terres dont elle est propriétaire. Ainsi, les clans Tchimpanana et Tchinkongo ont pour génies «Mpanana», homme (l’écaille de l’arc-en ciel qui se dresse dans le sanctuaire et qui investit les rois) et Tchi N’Kongo sa sœur.
En effet, depuis les ancêtres, ces clans Tchimpanana et Tchinkongo ont eu pour terre le village Djeno (Mu-Djeno). Vers le XIVème siècle, il était l’un des plus grands sites peuplés de la province côtière Louandjili, du nouveau Royaume Louango, vers le 1 XVIème siècle. Le village Djeno est délimité comme suit:
- au Nord, par le village Côte-Matève (Clan Tchilindou) partant des chanailles, chez Nzomambou et s’étant jusqu’à la plaine Tchiivenza, en traversant la lagune Loubi;
- Au Sud, par le village Nkotchi-Fouta (Clans Tchifoussou et Ilounga);
- A l’Est, le Lac Nanga, partant de Loufoualeb, jusqu’à la rivière Louemé;
- A l’Ouest, par l’Océan atlantique.
C’est un village qui a une superficie de 18.374,900 ha, reconnue par les colons et a été diffusé officiellement en 2005, par la Direction départementale de l’environnement du Kouilou.
Ce village abrite, actuellement, des installations pétrolières du terminal des sociétés Total E&P Congo et Eni Congo, dans la sous-préfecture de Tchiamba-Nzassi. L’activité pétrolière a rendu ce site très attrayant, au point où beaucoup de personnes convoitant les lieux, sont en train d’acquérir des parcelles de terrain et des domaines de terrain auprès des familles arrivistes se déclarant aussi propriétaires terriens du village Djeno.
Ces familles arrivistes, constituées en un collectif organisé par le commandant retraité de la marine, le nommé Malonda Gabriel alias Kapola Makos né en RDC (République Démocratique du Congo), partagent et vendent des parcelles de terrain et des domaines à vil prix, au détriment des clans autochtones, malgré l’ordonnance du juge de référé du 2 novembre 2007, les réquisitions du procureur de la République du 8 janvier et 2003 et févier 2010, ainsi que les instructions du Ministre chargé des affaires foncières et du domaine public, lors de sa descente de travail à Djeno, le 10 février 2010, leur faisant interdiction de lotir, délimiter, morceler, partager et vendre des parcelles ou des domaines de terrain à Djeno.
Le 21 janvier 2007, Malonda Gabriel, alias Kapola Makos réunit ces familles arrivistes au domicile de l’ancien chef du village, Monsieur Niengo Jean-Pierre et leur ordonne de vendre des parcelles de terrain et des domaines.
Le 28 janvier de la même année, il met en place un comité des terriens de Djeno, composé de ces mêmes familles et s’auto-proclame président et chef de terre de Djéno.
Le 2 janvier 2009, cet homme, en complicité avec Monsieur Ange Pougui Lebo, chef de service du cadastre, à l’époque, et sous la bénédiction de la sous-préfecture de Tchiamba-Nzassi, morcèlent la terre de Djeno en onze familles dont la 12ème famille est la famille flottante (Chintoundji) sans prévoir les domaines publics (écoles, dispensaires, marchés, etc).
Les sanctuaires (Bi-Bila) de fortune furent crées chose étrange dans le Département du Kouilou. Cet homme prétend appartenir tantôt à la famille Mbom-Djéno et autres, tantôt à Tchimpanana.
Profitant des rapports intimes qui ont existé entre sa mère et le défunt Batchi Pierre, membre du clan Tchimpanana, il a usurpé la qualité de chef de famille représentant légal du clan Tchimpanana, alors qu’il n’en a jamais reçu mandat.
Malonda Gabriel vante partout que ce sont ses terres. Il vend et ne rend compte à personne, alors qu’il n’est pas du Clan Tchimpanana ni ses arrières parents.
C’est ainsi, pour arrêter net les grandes ambitions de cet homme et de son Collectif, les membres des clans Tchimpanana et Tchinkongo ont porté plainte contre lui et son collectif, à la cour royale du Royaume de Loango, à Bwali (Diosso) Kouilou depuis le 14 octobre 2011, pour leur légitimité.
Plusieurs fois, ils ont été invités devant cette cour royale pour s’expliquer sur le bradage des terres de Djeno, mais ces hommes arrogants, sourds et instigateurs ont toujours trouvé refuge auprès de la sous-préfecture de Tchiamba-Nzassi, alors que Djeno est, aujourd’hui, dans l’arrondissement n°6 Ngoyo. La balle étant dans le camp du Roi, attendons la délibération. Voici donc ici la liste du collectif:
1- Famille Tchiniambi, représentée par Mavoungou Poaty Louis et Bitelika Aloïse;
2- Famille Tchissounda, représentée par Pambou Nzinga Ousmane et Kossi Bernard;
3- Famille Tchissendji représentée par Kouminguini Ndala Jean Raphael et Makaya Joachim, alias «Le Mauvais», Pasteur de l’Eglise de Zéphirin.
4- Famille Mbom Djeno représentée par Makaya Zacharie et Taty Dieudonné;
5- Famille Tchinanga-Nanga représentée par Pambou Jean Jérôme, Pangou Jean Louis, Tchicaya Poaty Michel président du comité du village de Djeno et Mavoungou Alphonse alias Salif;
6- Tchinz-Kufu représentée par Nzaou Apollinaire et Mavoungou François;
7- Famille Tchiboundou représentée par Nzaou Philippe et Tchicaya Rose;
8- Famille Tchivoutou représentée par Djimbi Jean Louis et Tchicaya Gilbert ;
9- Famille Loubossi (Kayes-Kukwanguila) représentée par Damba Hyacinthe et Mbouity Bernard.

Pour le Clan TCHIMPANANA
Président du Bureau, Exécutif
Lomerge Raymond


Pour le Clan TCHINKONGO
Président du Bureau Exécutif
Rigobert TCHIBOUANGA