Brin d’histoire : Il était une fois, le mur sacré du village Kissenga!

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

 

 

 

A Kissenga se trouve un mur sacré construit vers les années 50 par un chef de terre, le nommé Mfumu Nzaou. Ce mur, selon la légende et les témoignages des habitants de cette localité, recèle de mystères liés à l’agriculture. Aussi chaque habitant du village avant de labourer une partie de terre, y va-t-il pour invoquer les ancêtres et espérer une bonne moisson.

 

Vers les années 40, les habitants du village Kissenga vécurent de façon atomisée; chacun était dans sa partie de terre. C’est en 1950 que les différents chefs de famille s’accordèrent pour vivre ensemble et qu’ils créèrent un village unique. Ainsi naquit le premier village dénommé «Mputu Kongo» en français «grenier du Congo». Chemin faisant, pour des raisons sociales, ils décidèrent de changer d’endroit pour s’établir sur une colline peuplée d’essences forestières appelées en doondo «Mussenga» d’où le nom de Kissenga.
En 1952, le chef de terre Mfumu Nzaou fit construire une maison dans sa partie de terre. Les membres de sa famille y partaient faire des rituels avant toute campagne agricole. Mfumu Nzaou, avec ses pouvoirs hérités de ses ancêtres, prononçait à l’issue du rituel la phrase suivante en doondo: «saleno si la baka» (travailler et vous recevrez).
A la saison de récolte, une fois la moisson terminée, les membres de famille repartaient déposer quelques sacs des produits dans la maison de Mfumu Nzaou en guise de remerciements.
Avant sa mort, Mfumu Nzaou transféra son pouvoir dans un des murs de sa maison. Après l’effondrement de celle-ci, ce mur est resté debout jusqu’à ce jour. Mais chose curieuse, ce mur ronfle comme une voiture de 19 heures à 20 heures. Une façon pour le mur de prouver ses pouvoirs.
Depuis, les habitants de Kissenga se rendent au pied du mur pour y faire des rituels avant toute activité agricole, dans l’espoir d’une bonne récolte ou saison agricole. Ils y font des libations de vin de palme ou de boisson faite à base de canne à sucre en formant des vœux de bonne récolte…Une façon de rendre hommage aux ancêtres et de les respecter. Ce mur est devenu une puissance tutélaire pour le village, notamment pour les activités agricoles.
Le village Kissenga compte 10 familles: Kissala, Kinanga, Kibouende, Kimbahouka, Kinkanga, Moukonzi, Mbinda, Mansoundi, Louangou et Kinsakou. Plus de 10 chefs se sont succédé à sa tête. Ces chefs venaient des différentes familles citées. Le village compte plus de trois cent habitants et s’étend sur un kilomètre. Il est entouré des forets galeries.

Marcel MPOLO MPANDZOU (Stagiaire)

 

 

 

Informations supplémentaires