A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques) : Les abonnés non identifiés ne pourront ni recevoir ni émettre des appels à partir du 21 octobre 2011

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La campagne nationale d’identification des abonnés à la téléphonie mobile en République du Congo s’est achevée, officiellement, le 30 septembre 2011, sur l’ensemble du territoire. La cérémonie de clôture de cette campagne a eu lieu à l’hôtel Olympic Palace, à Brazzaville. Elle a été présidée par Thierry Lézin Moungalla, ministre des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies, en présence de Séraphin Ondélé, directeur de cabinet du ministre de l’intérieur et de la décentralisation, Yves Castanou, directeur de l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques) et devant les directeurs généraux des sociétés de téléphonie mobile.

 

Lancée le 25 janvier 2011, cette campagne nationale d’identification des abonnés à la téléphonie mobile a eu pour objectif de protéger les abonnés contre l’utilisation incivique, frauduleuse et malveillante de certains usagers de la téléphonie mobile. Et partant, mettre le Congo dans les bonnes pratiques internationales en termes  de protection des consommateurs. Cette opération a été, également, une campagne de vulgarisation, pour mettre en place une politique de protection des abonnés, donc des consommateurs. Elle a été, aussi, une mise en œuvre du décret adopté le 25 juillet 2010, en conseil des ministres, prescrivant l’identification des abonnés et d’autres clients des opérateurs de téléphonie mobile exerçant en République du Congo.
A cette clôture, il a été expliqué les enjeux de cette campagne dans tous les départements du pays, pendant huit mois. Le taux d’identification enregistré jusqu’au 30 septembre 2011, dans tout le pays, a été de 92 %. Pour Yves Castanou, directeur général de l’A.r.p.c.e, ce taux représente un score très appréciable et très suffisant. Il est au dessus des espérances. En faisant le point le 25 juin 2011, date à laquelle devait s’arrêter la campagne, le score réalisé était de 82 %. D’où le prolongement de l’opération au 30 septembre 2011.
Il a été annoncé, à cette occasion, que le comité de suivi et d’évaluation de ladite campagne, a un délai de sept jours, pour mettre à jour et surtout finaliser la base des données des opérateurs de téléphonie mobile, jusqu’au 7 octobre 2011, pour une meilleure qualité du fichier des abonnés. Quant aux abonnés non identifiés, ils seront, automatiquement, mis en mode de réception et non d’émettre des appels. Mais, à compter du 21 octobre 2011, ils ne pourront ni recevoir ni émettre des appels. Le directeur général de l’A.r.p.c.e,  en faisant le bilan et en dégageant,  les perspectives de cette campagne, a insisté sur le fait que le téléphone portable est un outil répandu dans tous les foyers congolais.  Il est, donc, du devoir du gouvernement de protéger  les abonnés et d’assurer leur sécurité.
En éteignant, officiellement, les lampions de cette campagne, le ministre Thierry Lézin Moungalla, dont le département s’est largement impliqué, a déclaré: «Cette campagne, outre des objectifs techniques (constitution de fichiers,  gestion optimale du parc des abonnés par les opérateurs, etc.), avait surtout pour objectif de préserver les bonnes mœurs et la convivialité, en d’autres termes l’assainissement de l’espace communicationnel. Maintenant que, dans notre pays, et pour l’essentiel, derrière chaque numéro de téléphone figure une identité, je peux, donc, en notre nom à tous, m’adresser, respectueusement, à son excellence Monsieur le Président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement, en lui disant : «Mission accomplie!».

Philippe BANZ     


Informations supplémentaires