Lutte contre la criminalité faunique : Des trafiquants d’ivoire condamnés à Owando

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Ce verdict relatif à une affaire de braconnage a été rendu le 4 avril 2019, par le Tribunal de Grande Instance d’Owando, dans le département de la Cuvette. Arrêtés le 11 février 2019 à Makoua, en flagrant délit de détention de six pointes d’ivoire, Vianney Evoura, Justin Ngoua Issoko, tous de nationalité congolaise et Koumaré Kolon, de nationalité malienne ont été condamnés à trois ans d’emprisonnement ferme, assortis de 2.000.000 de F.CFA de dommages et intérêts solidaires. Vianney Evoura versera en outre 200.000 F.CFA d’amende à l’Etat congolais.

Ils sont ainsi condamnés pour avoir abattu un éléphant, commercialisé ses trophées et détenu illégalement une arme de guerre de type PMAK et des munitions.
Ces trois personnes avaient été interpellées par les éco-gardes du Parc National d’Odzala Kokoua (PNOK) avec le concours des éléments de la police nationale.
La traque de tout contrevenant à la loi portant protection de la faune est dorénavant bien organisée. Régulièrement, des trafiquants de produits de faune sont interpellés jugés et condamnés à travers le pays. A preuve, deux audiences sont prévues à Dolisie (département du Niari) et à Sibiti (département de la Lékoumou). A Dolisie, trois présumées délinquants fauniques, arrêtés le 25 novembre 2017 pour délit de détention et circulation illégales de deux pointes d’ivoire, seront à la barre le 11 avril 2019 à la Cour d’Appel. Au Tribunal de Grande Instance de Sibiti seront jugés le 12 avril prochain deux Congolais arrêtés pour abattage d’éléphants le 27 novembre 2017 à Zanaga. Ces délinquants fauniques ont été mis aux arrêts grâce aux efforts conjoints des agents des directions départementales des Eaux-et-Forêts (Niari et Lékoumou) et de la Gendarmerie nationale, avec l’appui du PALF.

V.M.