F.p.a. (Fondation perspectives d’avenir) : Signature d’un accord de partenariat avec le Ministère des P.m.e.a.s.i

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La Fondation perspectives d’avenir et le Ministère des petites, moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel sont désormais liés par un accord de partenariat ayant pour objectif de créer les conditions d’un bon accompagnement des jeunes Congolais qui désirent s’engager dans l’entrepreneuriat.

Cet accord a été signé jeudi 15 juin 2017, lors d’une cérémonie à l’Hôtel Radisson Blu (Mbamou Palace), à Brazzaville, par M. Denis Christel Sassou-Nguesso, président de la Fondation perspectives d’avenir, et Mme Yvonne Adelaïde Mougany, ministre des petites, moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel. Plusieurs membres du gouvernement, du corps diplomatique et une soixantaine de jeunes des classes entrepreneuriales lancées par la Fondation perspectives d’avenir, au mois de mars 2017, y ont assisté.

Le protocole d’accord signé par la Fondation perspectives d’avenir et le Ministère des petites, moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel porte principalement sur la promotion des très petites, petites et moyennes entreprises formelles, ainsi que le développement des activités génératrices de revenus, dans l’artisanat et le secteur informel, impliquant prioritairement les jeunes issus des familles démunies ou des milieux défavorisés, en vue de leur autonomisation et participation au développement intégral de leur pays. Il traduit l’un des objectifs de la Fondation perspectives d’avenir d’encourager et d’accompagner les jeunes dans le monde des entreprises, afin de créer leurs emplois. C’est pourquoi elle a d’ailleurs lancé les classes entrepreneuriales, qui visent à stimuler l’esprit d’entreprise et l’initiative privée au niveau de la jeunesse, dans les domaines prioritaires du gouvernement et là où les besoins du secteur privé se font sentir.
«L’entrepreneuriat occupe une place de choix dans le plan stratégique et le programme d’action de la Fondation. Même si la montée en puissance de ses activités dans ce domaine a été un peu plus lente que dans ceux de l’éducation et de la formation qualifiante, il ne reste qu’il est dans la vision de la Fondation, un des leviers essentiels de la contribution de la jeunesse à l’émergence et au développement durable de notre pays», a-t-il déclaré M. Denis Christel Sassou-Nguesso dans son allocution. Il a affirmé que «l’entrepreneuriat n’est ni un garage, ni un refuge pour des jeunes en situation d’échec. Il est tout au contraire, une voie de réalisation ou l’accomplissement à la fois humaine, professionnelle et sociale».
«La signature de l’accord-cadre de partenariat me donne l’occasion d’exprimer, avec force, notre volonté d’intensifier et d’enrichir la présence et l’activité du Ministère aux côtés de la Fondation perspectives d’avenir, sur fond d’être de notre ambition d’être: développeur d’idées; découvreur de projets; détecteur de talents; provocateur de vocations», s’est réjouie la ministre Yvonne Adelaïde Mougany, dans son allocution. «Nous apportons dans la corbeille de notre union aussi bien un cadre légal et règlementaire modernisé et actualisé qu’une expertise appropriée pour répondre aux attentes et aux besoins de futurs bénéficiaires», a-t-elle poursuivi, avant de promettre que «le Ministère va aussi disponibiliser les outils d’accompagnement, à l’instar de l’incubateur que nous allons installer, très rapidement, dans les locaux de la Fondation avec l’appui de la Banque africaine de développement».
L’accord conclu se déploiera sur les axes d’intervention ci-après: adéquation entre la formation, les emplois et les priorités nationales; préparation professionnelle visant à intégrer directement la vie économique par l’emploi, l’auto-emploi ainsi que la création et le développement d’entreprises; développement de l’esprit d’entreprise et d’initiatives entrepreneuriales; promotion du leadership et de l’employabilité; mesures d’accompagnent des initiatives des jeunes, y compris des espaces d’incubation et de travail collaboratif; renforcement des capacités (formations qualifiantes, recyclages, etc.); intégration ou adoption des technologies de l’information et de la communication; renforcement qualitatif et quantitatif des infrastructures et équipements; recherche conjointe de financement aussi bien à l’échelle national qu’international, et d’autres opportunités d’appui.
Signalons que la cérémonie de signature de cet accord de partenariat s’est déroulée en présence des ministres Anatole Collinet Makosso (enseignement primaire, secondaire et alphabétisation), Hellot Matson Mampouya (recherche scientifique et innovation technologique), Destinée Hermella Doukaga (jeunesse et éducation civique), Benoît Bati (ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’économie numérique et de la prospective) et de Louis Bakabadio, conseiller spécial du Président de la République, chef du Département de l’éducation, de la recherche scientifique et de la technologie.
 
Marcellin MOUZITA
MOUKOUAMOU

Informations supplémentaires