Réaction de la F.a.e-EPres au compte rendu de la rencontre du M.e.e.c avec les étudiants boursiers de l’E.s.g.a.e, le 5 avril 2017 : «Le M.e.e.c s’ingère dans un champ dont il n’a pas la compétence»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Suite à la rencontre du M.e.e.c (Mouvement des élèves et étudiants du Congo), au campus de Bayardelle, dans la salle PTCI, avec les étudiants boursiers de l’E.s.g.a.e (Ecole supérieure de gestion et d’administration des entreprises), assortie d’un compte rendu diffusé, avec large écho, dans les médias de la place, la F.a.e-EPres (Fédération des associations des étudiants des établissements privés de l’enseignement supérieur)

- dont l’A.e.a (Association des étudiants et anciens), structure interne de l’E.s.g.a.e, est membre - s’est réunie, pour examiner cette situation et la démarche on ne peut plus cavalière du M.e.e.c qui n’a pas daigné préalablement prendre attache avec elle moins encore avec l’A.e.a. A l’issue de cette rencontre qui a eu lieu le 11 avril dernier, à Brazzaville, un communiqué, dont nous publions, ci-après, l’intégralité, a été rendu public.
«Le bureau exécutif du Mouvement des élèves et étudiants du Congo, en sigle  M.e.e.c, a tenu le 5 avril 2017, une réunion dans la salle du PTCI de la Faculté des sciences économiques de l’université Marien Ngouabi, à Bayardelle. Il a publié, à l’issue de cette réunion, un compte rendu entaché de fausses informations et teinté de menaces dont un large écho en a été fait dans les médias de la place.
La Fédération des associations des étudiants des établissements privés de l’enseignement supérieur:
1/ relève que le M.e.e.c s’ingère dans un champ dont il n’a pas la compétence, car il s’agit du secteur privé de l’enseignement supérieur;
2/ condamne le comportement du M.e.e.c qui a installé une cellule illégale du M.e.e.c au sein de l’Ecole supérieure de gestion et d’administration des entreprises (E.s.g.a.e) à l’insu de la Direction de cet établissement et de l’Association des étudiants et anciens (A.e.a) dudit établissement. Lors de la réunion du 5 avril 2017,  tenue dans la salle du PTCI, il a été placé à la tête de cette cellule un étudiant dont la moyenne générale est de 00/20, à l’issue du premier semestre 2016-2017.
3/condamne l’attitude du M.e.e.c qui soutient que dans les établissements privés, les parents doivent payer les frais de scolarité de leurs enfants et que les boursiers de l’Etat peuvent fréquenter, gratuitement, toute une année sur le dos de ces  parents;
4/met en garde le M.e.e.c contre sa volonté de déstabiliser le secteur privé de l’enseignement supérieur par des manœuvres dilatoires bien connues basées sur la violence, les troubles et les grèves. Ce qui est sa spécialité à l’Université Marien Ngouabi;
La Fédération des associations des étudiants des établissements privés de l’enseignement supérieur rappelle qu’elle est enregistrée au Ministère de l’intérieur de même que toutes les Associations des étudiants qui la constitue.
Elle s’opposera, avec fermeté, à toute forme de désordre et d’ingérence que voudra introduire le M.e.e.c, dans le secteur privé de l’enseignement supérieur.»

La F.a.e-EPres (Fédération des associations des étudiants
des établissements privés de l’enseignement supérieur)

Informations supplémentaires