Gendarmerie nationale : Port des galons par plus de soixante-dix officiers et sous-officiers

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le commandement de la gendarmerie nationale, sis à Brazzaville, a abrité un double évènement mercredi 11 janvier 2017: le port d’insignes de grades au titre du premier trimestre de l’année, pour les nouveaux promus,  et les adieux aux armes, pour les anciens admis à la retraite. La cérémonie de ce double évènement, placée sous les auspices du général de brigade Paul-Victor Moigny, commandant de cette institution, a eu lieu en présence du colonel Bellarmin Ndongui, commandant en second et chef d’Etat-major; des anciens de la gendarmerie, des officiers, tout comme des parents, amis et connaissances des nouveaux promus.

Ce rendez-vous s’est tenu quelques jours seulement, après que le président Denis Sassou Nguesso a vivement instruit la Force publique de poursuivre, avec encore plus de rigueur, les efforts engagés en 2016.
Plus de soixante-dix gendarmes, venus des différentes régions de gendarmerie et même des opérations extérieures, ont été promus, dont onze officiers supérieurs (deux colonels, deux lieutenants-colonels et sept commandants); 15 officiers subalternes (11 capitaines et quatre lieutenants); 55 sous-officiers (six adjudants chefs, 20 adjudants et 29 maréchaux de logis).
Le général Moigny, à cette occasion, s’est ainsi adressé aux promus et non promus: «Pour vous, promus du premier trimestre, cela doit être une interpellation. Posez-vous la question de savoir pourquoi vous? Vous saurez, alors, le poids des nouveaux insignes que vous venez de porter sur vos épaules. Le commandement vous a observés, et la République vous récompense ce jour. Cela doit être ressenti par vous, à la fois, comme un honneur et comme une immense responsabilité. Pour les autres, une leçon à capitaliser forcement.» Il a saisi, en outre, cette circonstance, pour féliciter, solennellement, tous les gendarmes, où qu’ils se trouvent, pour leur dévouement et leur sens de sacrifice.
Pour Bède Florentin Mbika, promu au grade de colonel, cette marque de confiance du commandement de la gendarmerie nationale traduit le poids des responsabilités. «J’ai été fait colonel pour le bien de la gendarmerie et l’intérêt du service. Je suis chef d’Etat-major de région de gendarmerie de Brazzaville, cela veut dire que je tiens présent», a-t-il affirmé, avant d’inviter les non promus à redoubler d’efforts et à se mettre au travail, pour mériter la confiance du commandement.  
L’autre temps fort de la cérémonie: les adieux des gendarmes ayant fait valoir leurs droits à la retraite, le 31 décembre 2016. En leur nom, un lieutenant a remis, symboliquement, au commandant de la gendarmerie nationale, les matériels militaires qu’ils ont utilisés lorsqu’ils étaient en fonction, suivi de la remise des témoignages de satisfaction. Aussi, le général Moigny les a-t-il congratulés, pour le travail abattu, pendant des années, au terme d’une vie professionnelle jalonnée de beaucoup de contraintes. Il leur a demandé de ne pas se sentir abandonner et d’être toujours utiles à la République et, les a rassurés que la porte de la gendarmerie leur reste toujours ouverte.

Alain-Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires