Anep (Amicale des anciens élèves du C.e.g de la paix) : Remise de don de matériels au C.e.g de la paix

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le C.e.g (Collège d’enseignement général) de la paix, situé à Moungali, le 4e arrondissement de Brazzaville, a reçu de l’A.n.e.p (Amicale des anciens élèves du C.e.g de la paix), créée depuis 1993, un don de divers matériels, en vue de faire face à certaines difficultés auxquelles il est confronté.

 

La cérémonie de remise présidée par Rosalie Matondo, ministre de l’économie forestière, du développement durable et de l’environnement, et ancienne élève de ce C.e.g, s’est déroulée dans l’enceinte dudit collège, samedi 10 décembre 2016. En présence de Noël Ngouélé, président de ladite amicale et d’Edgard Elango-Ngouambela, directeur du C.e.g de la paix. Y ont pris part, également, les responsables départementaux de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation de Brazzaville, le président du comité des parents d’élèves du C.e.g de la paix, les membres de l’amicale, un échantillon des parrains de l’amicale, tous anciens enseignants de ce collège et un échantillon, également, des élèves de classe de 3e. Ce don de divers matériels a pour but de contribuer à améliorer les conditions de travail du personnel enseignant et des apprenants.
Remettant le don, Noël Ngouélé, président de cette amicale, a rappelé les missions principales de son organisation, lesquelles portent, essentiellement, sur l’entraide entre les membres. Elle est apolitique et regroupe, a-t-il poursuivi, en son sein tous les anciens élèves du C.e.g de la paix de toutes les générations. Selon lui, chaque fois que le collège sera confronté à quelques situations difficiles, l’amicale pourra, toujours, se déployer, pour donner sa part de contribution. L’A.n.e.p a secouru déjà le collège, quand un des bâtiments avait perdu sa toiture emportée par un grand vent, en 2005. «Aujourd’hui, c’est aussi un geste d’entraide qui n’est peut-être pas suffisant, mais ce geste est essentiel, pour prouver que nous sommes ensemble. Nous remettons ce don de 50 tables-blancs; d’un ordinateur de bureau, avec imprimante; d’un bureau muni d’une chaine et d’un matériel aratoire constitué des brouettes, pelles, râteaux, balaies, houes et d’une machette. Celui-ci servira à assainir l’environnement de l’école», a-t-il affirmé.
L’amicale a pris, par ailleurs, l’engagement d’élever, dans les prochains jours, le mur de clôture à une certaine hauteur, pour mettre l’école à l’abri des actes de banditisme, de vandalisme et empêcher les intrus d’enjamber souventefois le mur. Dans un proche avenir, il réhabilitera la bibliothèque, pour redonner le goût de la lecture aux élèves, afin de leur permettre d’aborder les études dans des conditions convenables et meilleures. Le fond documentaire étant disponible, a dit le président de l’A.n.e.p.
Edgard Elango-Ngouambela, directeur du C.e.g de la paix, recevant le don, a reconnu que son collège a subi les affres des évènements socio politiques qu’a connu le pays entre 1997 et 2001. Heureusement que le passage des humanitaires a fait que l’école retrouve son éclat d’antan. Cependant, le besoin en tables-bancs, en bureaux et chaises, en matériel didactique et informatique se fait toujours sentir. «Ce geste salutaire de l’amicale est une solution à un problème. Les apprenants, désormais, étudieront dans des conditions confortables. Ce geste louable à votre ancienne école restera gravé dans la mémoire des populations de Moungali, et dans celle de l’ensemble du personnel administratif et des apprenants, en particulier», a dit le directeur de ce collège.
Pour Mme Rosalie Matondo, l’occasion était toute indiquée, d’adresser un message aux élèves, pour prendre soin du matériel donné au collège. «Je remercie le staff dirigeant de ce collège de nous avoir accueilli dans ce site plein de souvenirs, pour nous. Chers enfants, moi personnellement, je suis passée dans cet établissement de 1976 à 79, année où j’ai été admise au B.e.m.g. C’est pour vous dire que ces années que vous passez, ici, dans cet établissement sont les plus importantes de votre vie. Ce sont là des années qui confortent votre personnalité. Vous devez savoir que vous êtes dans cet établissement, pour étudier et devenir demain des cadres de ce pays, sur lesquels le Congo doit compter. Par cette occasion, je vous exhorte au travail et je voudrai vous exhorter, aussi, à la préservation de cet établissement qui vous permet d’étudier, dans de bonnes conditions; à renoncer à tous les actes d’incivisme, lesquels ne sont pas nécessaires, dans la vie que vous menez dans cet établissement. Respecter les enseignements qui viennent vous partager leurs connaissances. Nous voudrions aussi, ici, rendre hommage à ceux-là qui nous ont formés.»

Philippe BANZ

Informations supplémentaires