Port Autonome de Pointe-Noire : La douane congolaise se dote de deux nouveaux navires et cinq scanneurs mobiles

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La Douane congolaise a reçu deux navires intercepteurs en haute mer et cinq scanneurs mobiles montés sur véhicules. La cérémonie de réception a eu lieu, le 3 mars 2012, à Pointe-Noire, la capitale économique congolaise. Où M. Alfred Onanga, le Directeur Général des Douanes et Droits indirects, a procédé à la mise en service de ces instruments, sous le patronage de M. Gilbert Ondongo, Ministre des finances, du budget et du portefeuille public.

On se souvient qu’en mars 2010, les services de douane installés dans le Port Autonome de Pointe-Noire étaient dotés d’un scanner, don de la société d’inspection et de surveillance Cotecna. La mise en service de cet outil a été une première expérience au Congo, totalement réussie, et qui a placé la douane congolaise au niveau des douanes modernes du monde. Et, partant, le Port Autonome de Pointe-Noire s’inscrivait dans la liste des ports sécurisés du monde.
Fort de ce succès, la Direction Générale des douanes et sa tutelle ont consenti de renforcer cette expérience, avec l’acquisition de cinq nouveaux scanners et deux navires intercepteurs en haute mer, de puissance 600 Cv, chacun. Ces acquisitions traduisent la mise en œuvre du renforcement des capacités des services de douane et la modernisation de l’administration publique, en général. Le Ministre Gilbert Ondongo a, d’ailleurs, personnellement, effectué le déplacement de Pointe-Noire, pour la circonstance. Ce qui témoigne de l’attention qu’il accorde, singulièrement, à la douane congolaise. C’est, donc, un privilège, pour la douane congolaise, mais aussi, une lourde responsabilité, dans ce sens qu’il y a un défi à relever, celui de la sécurisation des recettes.
L’action conjuguée de ces outils et leur mise en œuvre immédiate contribueront à rehausser l’activité de la douane. «Notre administration augmentera, ainsi, ses capacités opérationnelles, en assurant au mieux la sécurisation des recettes, la protection des personnes et de l’environnement, la fluidité des échanges commerciaux, la simplification et la facilitation des procédures. Ces objectifs seront d’autant plus réalisables qu’il existe en nous la volonté de rendre la douane plus moderne, la détermination de réussir et un bon esprit de partenariat douane-entreprise», a expliqué M. Alfred Onanga, le DG des Douanes et droits indirects.
Les deux navires acquis, malgré leur taille modeste, sont de puissants intercepteurs capables de pourchasser les trafiquants de tout acabit. Ils constituent la première marche de renforcement de la capacité de surveillance de la brigade maritime. Les douaniers ont appris à les manier et à naviguer à bord, avec succès. Une démonstration a, d’ailleurs, été faite, sous les yeux du Ministre Gilbert Ondongo, avec, aux commandes, quelques douanières.  Après ces intercepteurs, la douane va se doter, dans un proche avenir, de navires patrouilleurs.
Quant aux scanneurs, de fabrication chinoise, ils sont dotés de puissants logiciels capables d’aider à identifier, facilement, les marchandises à bord de conteneurs. Trois des cinq scanneurs seront installés à Pointe-Noire, dans les points de passage où il en est besoin (exemple l’aéroport) et les deux autres seront installés à Brazzaville. Ces scanneurs permettront d’accélérer le processus de dédouanement, en évitant les longues et fastidieuses inspections à vue.
Pour sa part, le Ministre Ondongo a exigé des services de douane que ces outils soient utilisés convenablement, sans être précocement abimés.