Journée mondiale de la Poste : La Poste congolaise se dote d’un centre de distribution du courrier à Brazzaville

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Commémorée le 9 octobre de chaque année, la journée mondiale de la poste a eu pour thème, cette année: «Un service public mondial d’une valeur inestimable». A Brazzaville, cette journée a donné lieu à plusieurs manifestations. Il y a eu la déclaration officielle du gouvernement, le carnaval à travers les différents arrondissements de Brazzaville, dimanche 9 octobre 2011, et l’inauguration, mardi 11 octobre, du CDC (Centre de Distribution du Courrier) de Brazzaville, par M. Thierry Lézin Moungalla, Ministre des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies de la communication, en présence de Mme Brigitte Olga Ida Manckoundia, Directrice générale de la SOPECO (Société des Postes et de l’Epargne du Congo), qui a rappelé que la journée mondiale de la poste est née d’une décision prise lors du congrès postal de Tokyo, en 1969.

L’inauguration du CDC  (Centre de Distribution du Courrier) de Brazzaville était le clou des manifestations qui ont dominé la commémoration de la Journée mondiale de la Poste, cette année, au Congo. Elle s’est déroulée en présence du Directeur de cabinet du Ministre Thierry Moungalla, des représentants des partenaires de la SOPECO tels que Money Gram et MTN Congo et de son personnel et de plusieurs invités.
Dans son allocution, Mme Brigitte Olga Ida Manckoundia a fait un bref aperçu historique de la Journée mondiale de la Poste. «Ce jour a été déclaré Journée mondiale de la Poste par une décision prise lors du congrès postal de Tokyo en 1969. Depuis cette date, les Postes de nombreux pays saisissent cette occasion pour lancer et promouvoir de nouveaux produits et services postaux», a-t-elle déclaré. Elle a éclairé le public sur le lancement du CDC de Brazzaville: «Nous comprenons ainsi que la réalisation de ce projet était attendu par tous, simplement parce qu’il y avait un problème réel dans la chaîne de traitement du courrier: le courrier arrivait sans difficulté au bureau d’échange, il était bien trié et bien envoyé aux bureaux distributeurs, mais après traitement dans les cabines de distribution, commençaient les incertitudes. La distribution a donc été, ces deux dernières décennies, quasiment le maillon faible de cette chaîne», a relevé la Directrice générale de la SOPECO.
«En le créant, la SOPECO a voulu redonner ses lettres de noblesse au service du courrier postal, qui longtemps a été l’objet de la désaffection de la clientèle. Cet instrument, j’en suis convaincue, revalorisera l’image de l’opérateur postal désigné par le Congo, et permettra ainsi de relever les défis majeurs, auxquels il est confronté. Cet outil très performant, qui a fait ses preuves dans d’autres administrations postales, est particulièrement mis à la disposition des entreprises désirant optimiser la distribution de leur courrier, notamment, les factures, les relevés bancaires, les journaux, les bulletins scolaires, les prospectus, etc. La Poste sera très heureuse de les compter parmi les bénéficiaires de ces prestations, rapides, fiables, traçables, et à tarif modulable en fonction du volume du trafic», a précisé Mme Manckoundia.
Le Ministre Thierry Moungalla s’est, lui aussi, montré optimiste, pour l’avenir de la Poste congolaise, en dépit de ses multiples balbutiements. «Je dois d’abord féliciter Madame la Directrice générale et son équipe, parce que c’est un travail de longue haleine, avec des moyens souvent dérisoires, insuffisants. Et quand, avec peu, on peut faire déjà ceci, le jour où nous aurons la possibilité, le loisir de fournir beaucoup plus de crédits, je crois que la Poste congolaise connaîtra un bond en avant. Là, il s’agit d’un moment éminemment symbolique, puisque l’image que les Congolaises et Congolais ont de la Poste, c’est la distribution du courrier. Si nous rétablissons la distribution du courrier, nous rendons à la Poste, comme moine -quand on dit l’habit fait le moine- et bien ce qui fait la Poste, c’est d’abord et avant tout la distribution du courrier», a-t-il affirmé, en répondant aux questions des journalistes.
De même, le Ministre en charge des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies de la communication croit au rapprochement des peuples par les services postaux. «Donc, la Poste congolaise est tel Lazare à qui on a dit: «Lève-toi et marche», vient de se lever et va commencer à marcher sur ses deux jambes, c’est-à-dire le pilier moderniser et le pilier services fondamentaux et de base de la Poste, c’est-à-dire distribuer le courrier aux Congolais et que demain, comme il y a 20 ou 30 ans, qu’on puisse envoyer une carte postale à un parent resté au village ou qu’un parent resté au village nous envoie de ses nouvelles par la Poste. Cela nous fera éminemment plaisir et nous montrera que nous sommes sur la bonne voie», a-t-il poursuivi.
En effet, c’est dans le cadre de la coopération multilatérale et bilatérale, que la Poste congolaise a sollicité une aide auprès de certains de ces partenaires, qui lui a valu l’acquisition des véhicules et vélomoteurs par le biais du fonds de l’U.p.u (Union postale universelle) pour l’amélioration de la qualité de service et l’expertise des Postes suisse et sénégalaise, que Mme Manckoundia a tenu à remercier.
Bâti sur l’espace qui abritait les vieux magasins de la recette principale de la Poste, le C.d.c de Brazzaville a pour vocation d’améliorer la qualité du service de la distribution du courrier; collecter et distribuer le courrier d’entreprise B to B «Business to Business» et B to C «Business to Customer». Il regroupe six entités: le bureau du chef de service, les différentes sections (exploitation, contrôle, affaires générales et commerciales) et un hall servant de salle de tri.
Le centre est équipé en mobilier et matériel de bureau acquis sur fonds propres, tandis que le parc des moyens roulants est composé de deux véhicules (une berline et un mini bus), trente deux vélomoteurs et neuf bicyclettes.
En clair, le CDC est l’instrument adapté à la relance du service de distribution du courrier dans toutes ses composantes: la distribution en boîtes postales, à domicile, au bureau, etc. La distribution se fait à pied, à bicyclette, à moto et en voiture.
Au cours de la cérémonie, deux agents de la Poste, qui se sont distingués par leur dévouement, ont été particulièrement félicités par la Direction générale de la SOPECO. Il s’agit de Mme Marie-Jeanne Moutari, agent d’exploitation de 12ème échelon, première dame facteur du Congo et Elty Steven Obembo, contrôleur de 2ème échelon, qui a suivi en ligne la formation de l’U.p.u.
Avec ce centre, la Poste congolaise offre également à sa clientèle du publipostage et lui garantit à des tarifs souples, les envois en temps réel des documents de toute nature sur toute l’étendue du territoire national, à l’exclusion des objets dangereux réglementés.