Projet d’électrification transfrontalière Gabon-Guinée Equatoriale : Un pas supplémentaire a été franchi à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Siège du Pool énergétique d’Afrique centrale (PEAC), un organisme spécialisé de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), Brazzaville a abrité, du 29 au 31 octobre 2019, une réunion technique et ministérielle relative au projet d’interconnexion des réseaux électriques et d’électrification entre le Gabon et la Guinée Equatoriale.

 

Cette rencontre a permis aux experts et décideurs concernés par le projet de traduire dans les faits, à travers l’examen, la validation et la signature du protocole d’accord y relatif, la volonté des deux pays concernés d’alimenter en électricité, à des coûts compétitifs, les populations vivant aux abords d’une même frontière, et particulièrement celles de la ville d’Oyem, au Gabon, à partir de la centrale hydroélectrique de Mongomo, située en Guinée Equatoriale.
Le protocole d’accord a été signé par Miguel Ekua Ondo, ministre équato-guinéen de l’Industrie et de l’énergie, et Christian Menvie M’Obame, ministre délégué auprès du ministre de l’Eau, de l’énergie, de la valorisation et de l’industrialisation des ressources minières. C’était en présence de Serge Blaise Zoniaba, ministre congolais de l’Energie et de l’hydraulique, Karl Rawert, premier conseiller, chef de coopération de l’Union européenne au Congo, et Jean Chrysostome Mekondongo, secrétaire permanent du PEAC.
«Ce réseau transfrontalier constitue une formidable opportunité d’exploiter la centrale de Djibloho sans risque de surproduction, en offrant la possibilité au Gabon, pays voisin et frère, d’avoir accès à de l’électricité de source propre, renouvelable et à coûts compétitifs, située de l’autre côté de la frontière, sans devoir utiliser ou construire d’installations coûteuses et polluantes.
Par ailleurs, en plus de favoriser l’accès à l’électricité des populations, ce projet permettra à la Société d’électricité de Guinée Equatoriale et celle du Gabon d’élargir la structure de leur clientèle», a commenté Jean Chrysostome Mekondongo.  
Pour sa part, Karl Rawert a souligné qu’en Afrique subsaharienne, seuls 44% de la population ont accès à l’électricité et plus de demi-milliard de personnes n’en disposent toujours pas. Le témoignage de l’importance accordée au secteur de l’énergie par l’Union européenne, ce sont les 3,7 milliards d’euros d’aide qui ont été alloués au secteur sur la période 2014-2020, dont 2,7 milliards pour l’Afrique subsaharienne.
«Face aux défis qui se posent, l’Union européenne soutient en particulier l’approche régionale promue par les pays africains, au travers des pools énergétiques régionaux dont les bénéfices sont reconnus.      
L’appui de l’Union européenne au PEAC, financé à hauteur de 3,5 millions d’euros, sur la période 2018-2022, vise l’accélération de la mise en place du marché régional d’électricité et s’inscrit dans les stratégies globales d’appui à l’intégration économique et commerciale en Afrique centrale.
Ce sont ainsi 155 millions d’euros qui sont dédiés par l’Union européenne à l’amélioration du fonctionnement et de l’interconnexion des réseaux d’infrastructures économiques régionales.
Dans la lignée des objectifs poursuivis par l’Union européenne, permettez-moi ainsi de saluer les efforts engagés par le PEAC, la République de Guinée Equatoriale et la République Gabonaise qui se voient aujourd’hui concrétisés par la signature d’un protocole d’accord.
Cela constitue une nouvelle avancée significative dans la consolidation du marché régional d’électricité», a-t-il affirmé. Et Christian Menvie M’Obame de souligner que le projet d’interconnexion des réseaux électriques est la résultante à la fois de la rigueur des rapports d’amitié et de fraternité entretenus au plus haut sommet de nos Etats, de la qualité de la coopération multisectorielle entre le Gabon et la Guinée Equatoriale, et de la teneur des liens qui unissent les peuples du Gabon et de Guinée Equatoriale.
Le ministre gabonais a rappelé qu’en ce qui concerne la coopération avec la République sœur de la Guinée Equatoriale, c’est en 2014 qu’une délégation tripartite Gabon, Guinée Equatoriale et PEEAC avait effectué une mission dans la zone du projet dans le but d’évaluer la faisabilité technique et économique des projets d’interconnexion et d’électrification transfrontalière: interconnexion entre Oyem, au Gabon, et Mongomo, en Guinée Equatoriale; électrification transfrontalière entre Mangomo et Assock Medzeng, au Gabon; électrification transfrontalière entre Ebibiyin, en Guinée Equatoriale, et Meyo Kye, au Gabon; électrification transfrontalière entre Medouneu, au Gabon, et Acumam, en Guinée Equatoriale.
Christian Menvie M’Obame a déclaré que la signature du protocole d’accord en matière d’échange d’énergie électrique entre la Gabon et la Guinée Equatoriale consacre les termes et principes généraux qui devront régir l’importation et l’exportation d’énergie entre les deux pays. C’est un pas supplémentaire que nous allons franchir dans la marche vers l’intégration sous-régionale.
Pour Miguel Ekua Ondo, le projet d’interconnexion des réseaux électriques et d’électrification transfrontalières entre la République de Guinée Equatoriale et la République du Gabon est un «pilier essentiel de développement durable de la sous-région. L’impact multidimensionnel qu’il peut avoir est global et constitue une stratégie essentielle de réduction de la pauvreté, d’amélioration du bien-être humain, de la préservation de la santé, de l’autonomisation des femmes, de la protection de la planète, de l’amélioration du niveau de vie, de la stimulation et de la transformation culturelle, du renforcement de la capacité de résilience, de la réalisation d’une croissance économique soutenue de la coopération énergétique de l’intégration régionale».
Serge Blaise Zoniaba a émis le vœu que la signature du protocole d’accord soit suivie, dans les meilleurs délais, de la réalisation effective des infrastructures de cette interconnexion et de l’électrification dans les zones frontalières communes au Gabon et à la Guinée Equatoriale.
A signaler qu’au terme de la réunion, le protocole d’accord du projet d’interconnexion des réseaux électriques et de l’électrification transfrontalière entre le Gabon et la Guinée Equatoriale et l’annexe relative aux missions et prérogatives du Comité de pilotage ont été validés.
Les participants ont également formulé des recommandations à l’endroit des Etats, des sociétés d’électricité et du PEAC: s’engager à travailler en synergie pour la réalisation des projets d’interconnexions des réseaux électriques et d’électrification transfrontalière identifiés; finaliser la rédaction des termes de références du projet d’études et les valider au plus tard le 15 novembre 2019; engager le processus approprié de désignation des membres du Comité de pilotage dans le délai prescrit par le protocole d’accord.

Informations supplémentaires