ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel) : Une formation pour renforcer les capacités des consultants et bureaux d’études locaux devant accompagner la mise à niveau des entreprises congolaises

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Sous la responsabilité de Roger Moukengué, directeur du guichet de mise à niveau des entreprises en République du Congo, l’Onudi (Organisation des nations unies pour le développement industriel) a organisé, du 5 au 9 décembre 2016, simultanément à l’Hôtel Olympic Palace, à Brazzaville, et à l’Hôtel Elaïs à Pointe-Noire, une session de formation à l’endroit des consultants et bureaux d’étude locaux.

Cette session rentre dans le cadre du Programme de Restructuration et de Mise à Niveau des entreprises (PRMN) en Afrique centrale (5 pays de la CEMAC et 2 pays de la CEEAC), programme financé par l’Union Européenne et exécuté par l’ONUDI.

En tout, 23 consultants ont été formés en méthodologie du diagnostic et de la mise à niveau des entreprises, selon l’approche de l’Onudi.

La formation était ouverte à Brazzaville par M. Jean-Claude Matsiona, représentant le Ministère de l’économie, du développement industriel et de la promotion du secteur privé, en présence de M. Tom Ashwanden, chef de section, représentant la délégation de l’Union européenne au Congo Brazzaville; et à Pointe-Noire par M. Didier Sylvestre Mavouenzela, Président du Conseil d’administration de l’APNI, partenaire du Ministère de l’Economie, du développement industriel et de la promotion du secteur privé.
L’animation a été assurée par MM. Ousmane Sy, conseiller technique en mise à niveau, basé à Libreville, Mouloud Sadat, expert Onudi en marketing et stratégie; Justin Ambassa, expert Onudi en finances, ressources humaines et systèmes d’information, et Roland Rijckevorsel, expert Onudi en diagnostic technique,

Selon les propos de Roger Moukengue, l’objectif de cette formation était de «donner aux consultants et bureaux d’étude locaux les outils et la démarche méthodologiques du diagnostic et de la mise à niveau versus Onudi». En d’autres termes, la formation visait «à mieux outiller les consultants et bureaux d’étude locaux sur les techniques de diagnostic et de réalisation du plan de mise à niveau selon la méthodologie de l’Onudi. Ceci, pour que ces experts, qui vont intervenir très prochainement dans la phase pilote du Programme, disposent des compétences et des connaissances appropriées pour produire des rapports en phase avec les attentes et exigences du Programme es acteurs économiques, dans le cadre des projets de changement structurants dans les entreprises».
Pour cela, des consultants seniors avaient été présélectionnés sur appel à candidature. Non pas «seniors» en âge, mais seniors en expérience, qui accompagnent les entreprises depuis une vingtaine ou une quinzaine d’années. «Nous considérons qu’ils ont déjà l’expérience, ils connaissent les problématiques de l’entreprise, et comprennent les préoccupations de chefs d’entreprise. Puisque l’objectif de la mise à niveau, c’est d’aider les entreprises à monter en compétences et en compétitivité, afin de pouvoir affronter la concurrence et gagner des part de marché aux plans local, national, régional et, pourquoi pas, international», a précisé Roger MOUKENGUE.

Bénéficiaire de cette formation, François de Paul Backoko, expert financier, a fait savoir que «la particularité de cette formation réside dans le fait que les experts ont bénéficié d’une formation spécifique sur l’approche méthodologique du diagnostic stratégique global, qui est une touche particulière de l’Onudi. Une approche multidisciplinaire où, quand on va en diagnostic, on va en équipe renforcée: un expert qui s’occupera du volet financier, ressources humaines et organisation; un expert qui se chargera du volet technique (production, qualité, environnement, énergie); et un expert qui s’occupera des aspects marketing et commercial ».
Pour Jean-Christophe Boungou-Bazika, directeur général du Centre d’Etudes et de Recherches sur les Analyses et Politiques Economiques (CERAPE), «la perspective, c’est d’ouvrir le marché de l’Union européenne aux produits de, l’Afrique centrale. Mais pour le faire, il faut que les entreprises de l’Afrique centrale soient capables de produire selon les standards internationaux en termes de qualité et de délais. D’où il fallait former les consultants au Congo, pour qu’ils soient à même d’accompagner la mise à niveau des entreprises locales…». «C’était une formation formidable», a-t-il conclu.
Un autre consultant, Paul Kampakol, président du conseil d’administration de la Capped (Caisse de participation à la promotion des entreprises et à leur développement), a fait savoir que «la formation était très bonne du fait qu’elle donne la possibilité à nous autres experts, qui pratiquons déjà le métier, de nous familiariser avec la méthodologie Onudi, pour aider les entreprises congolaises à se hisser à un niveau de compétitivité raisonnable».
A Pointe-Noire également, cette formation a eu lieu pendant la même période aux mêmes dates, dans la salle Wengue à l’Hôtel Elaïs. Elle a réuni huit (8) consultants sur la méthodologie Onudi en matière de diagnostic technique, préalable à la mise à niveau des entreprises.
A l’issue de cette formation, un participant, Désiré Gilbert Pouelé, a livré ses impressions en ces termes: «Nous avons retenu de cette formation que les PME congolaises ont besoin de se restructurer, pour atteindre un certain nombre d’objectifs stratégiques par rapport au marché ou secteur d’activités dans lesquels elles se sont positionnées. L’Onudi, qui est l’organe exécuteur de ce programme, nous a donné un certain nombre de recettes qu’il faudra mettre en place en termes de diagnostic. Nous qui avons bénéficié de cette formation, nous sommes chargés d’aller vers les entreprises qui seront éligibles. Noter que ces entreprises vont se rapprocher du guichet de mise à niveau qui se trouve dans l’enceinte de la chambre de commerce de Pointe-Noire, et une fois ces entreprises identifiées, nous qui avons été formés, nous irons diagnostiquer ces entreprises. Et à l’issue de cela, nous allons faire notre rapport pour la mise à niveau de ces entreprises».

La session de formation s’est achevée par une cérémonie de remise des certificats de formation, placée sous le patronage de M. Tom Ashwanden, représentant la Délégation de l’Union Européenne en République du Congo.

Comme on peut le voir, l’organisation de cette formation marque le démarrage effectif du Programme de restructuration et de mise à niveau(PRMN) des entreprises en République du Congo.

Informations supplémentaires