Département du Kouilou : La cimenterie de Makola a démarré ses activités

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

Située dans le district de Hinda, dans le département du Kouilou, la cimenterie de Makola, une filiale du Groupe marocain Ciment d’Afrique (CIMAF), a été inaugurée, le 3 mars 2016, par  M. Denis Sassou-Nguesso. Le Président de la République avait à ses côtés M. Anas Sefrioui, Président-Directeur général du Groupe Ciment d’Afrique, ainsi que de nombreuses autorités politiques et administratives.

 

On se souviendra que c’était le 23 mars 2014 que fut posée la première pierre pour la construction de cette usine de production de ciment à Makola. Ce qui n’était, jusque-là, qu’un rêve est devenu une réalité pour les populations de cette contrée qui, en dépit de la pluie, se sont massivement mobilisées, pour assister à cette cérémonie d’inauguration. C’est la traduction de leur sentiment de reconnaissance envers les autorités politiques congolaises, et surtout, à l’endroit du Groupe CIMAF, peut-on dire.
Cette reconnaissance, les populations de Makola l’ont exprimée, à travers les propos du Préfet du Département du Kouilou, M. Fidèle Dimou,  en ces termes: «Qui aurait bien pu croire qu’à cet endroit, un ancien terrain vague, très herbeux, se dresserait un si joli chef-d’œuvre. Désormais, nous avons notre ciment, et ainsi, le District de Hinda et ses voisins, y compris la ville de Pointe-Noire, pourront disposer d’un matériau de construction très demandé, à moindre coût, afin qu’il soit à la portée de toutes les bourses», a-t-il déclaré. «Il n’est pas alors exagéré de dire que les masures, ces espèces de maisons en bois éclaté qui jusque-là caractérisent l’habitat local, seront de moins en moins construites. Et la pression sur les forêts naturelles devrait, tant soit peu, diminuer, au profit de la préservation de l’environnement. Je salue la fructueuse coopération avec le Royaume du Maroc, coopération grâce à laquelle nous avons ce précieux bijou, cet indispensable outil de production», a conclu le Préfet du Kouilou.
En effet, l’inauguration de la CIMAF Congo est le témoignage de l’engagement du Groupe CIMAF dans le développement économique et industriel du Congo. «Nous avons choisi le secteur industriel pour amorcer cette implantation, à travers la mise en place d’unité de production de ciment d’une capacité annuelle de 500.000 tonnes, extensible à 1 million de tonnes. Cette usine a été réalisée dans le strict respect des normes techniques et des standards environnementaux internationaux, avec un investissement de plus de 35 milliards de F. Cfa, pour la production du ciment de qualité aux normes internationales», a précisé M. M. Anas Sefrioui, Président  Directeur général du Groupe Ciment d’Afrique.
En phase de construction, le projet a généré plus de 1.000 emplois directs et indirects. Lors de la phase d’exploitation, 200 emplois directs et indirects ont été créés, dont plus de 95% sont Congolais. Un plan de formation ambitieux  a permis d’envoyer des techniciens congolais, pendant plusieurs mois, dans les usines de CIMAF au Maroc. Ce transfert de savoir-faire permettra d’assurer la pérennité du projet.

Investissements diversifiés pour la CIMAF

Par ailleurs, la CIMAF prévoit d’investir 12 milliards de F. CFA dans  la mise en place d’un projet logistique unique en Afrique centrale. Ce projet Logistique CIMAF, en partenariat avec le CFCO, consiste en la mise en place de solutions ferroviaires, multimodales, pour le flux des matières premières et des produits finis. De même, des investissements seront engagés dans le secteur portuaire de déchargement de matières premières, respectant les normes environnementales strictes, avec des plates-formes logistiques réhabilitées à Brazzaville et Pointe-Noire. C’est ainsi qu’il est aussi prévu un branchement de l’usine de la CIMAF au réseau ferroviaire du CFCO, par la réalisation d’une nouvelle voie, tout en réhabilitant la voie existante. «Notre objectif est de transporter par la voie ferrée toutes les matières premières et la majorité des produits finis à partir du premier trimestre 2017. Ainsi, l’ensemble de nos investissements dans le secteur cimentier est de plus de 50 milliards de F. Cfa», a dit M. Anas Sefrioui. Qui a terminé son allocution par le souhait que le Gouvernement prendra les mesures nécessaires pour la protection de l’industrie locale, notamment en matière d’importation du ciment.
Pour le Ministre Isidore Mvouba, en charge du développement industriel, c’est grâce à l’engagement personnel du Président de la République, et aux relations privilégiées qu’il entretient avec Sa Majesté le Roi Mohamed VI que les Ciments d’Afrique se sont installés au Congo, et que cette usine ultra moderne a été construite. Il s’agit d’une cimenterie de troisième génération, très peu polluante, avec des équipements modernes et une émission très limitée de poussière. Et, durant tout le processus de construction de cette usine, «le Gouvernement a veillé au strict respect des principes de la responsabilité sociétale. Une place de choix sera, naturellement, accordée aux jeunes de Hinda, pour les emplois qui vont, bientôt, s’ouvrir», a affirmé le Ministre Isidore Mvouba. La mise en production de cette usine de la CIMAF contribue, autant que faire se peut, à satisfaire les besoins du Congo en matière de ciment.
En effet, le secteur du bâtiment et des travaux publics du Congo consomme environ 2 millions de tonnes de ciment par an. La capacité de production de la CIMAF, qui est 500.000 tonnes par an, vient s’ajouter à celle des autres usines déjà fonctionnelles dans le pays. Notamment de la Forspak de Dolisie (400.000 tonnes/an) de la Sonocc, à Loutété (300.000 tonnes/an) et de l’unité d’ensachage de Unibeco (100.000 tonnes/an).
A toutes ces productions citées, devraient s’ajouter celles des usines en construction à Madingou, dans le département de la Bouenza (Dangoté, 1,5 million de tonnes/an), à Mindouli, dans le Pool (Diamond Ciment, 600.000 à 1,2 million de tonnes/an). Toutes ces productions combleront, largement, les besoins de la consommation et devraient générer un surplus destiné à l’exportation, affirme-t-on.
A la fin de la cérémonie inaugurale, des personnalités qui ont œuvré pour la réussite de ce projet ont été décorées par le Chef de l’Etat aux différents grades de l’Ordre du mérite congolais. Parmi lesquels, le PDG du Groupe Ciment d’Afrique, M. Anas Séfrioui,  ainsi que certains de ses collaborateurs.