Ministère des hydrocarbures : «Le secteur des hydrocarbures doit plus que jamais continuer à jouer son rôle»

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

A l’occasion de la cérémonie d’échange de vœux de nouvel an au Ministère des hydrocarbures, qui a eu lieu  mardi 12 janvier 2016, à l’hôtel Ledger Plaza Maya-Maya, à Brazzaville, Jean-Marc Thystère-Tchicaya, ministre des hydrocarbures, entouré d’Antoine Panzou Bouyou,  son directeur de cabinet et Serge Marie-Aimé Ndeko, directeur général des hydrocarbures, a annoncé «qu’au regard de la conjoncture internationale, 2016 s’annonce comme une année difficile, mais passionnante».

Mais, en termes de feuille de route, le ministre des hydrocarbures entend régler la question de l’accès aux produits pétroliers raffinés, par l’augmentation de la capacité de production de la Coraf et la construction d’une nouvelle raffinerie.
Avant l’intervention du ministre des hydrocarbures, le directeur de cabinet a fait le bilan de l’exercice 2015. Dans le secteur amont pétrolier, sur le plan recherche et de l’exploitation, des permis ont été attribués. Dans le secteur de l’aval pétrolier, à titre indicatif, il y a eu le renouvellement du contrat de performance de la Coraf (Congolaise de raffinage) pour la période 2013-2016, en vue de porter progressivement la capacité de traitement de 850.000 tonnes à 1.200.000 tonnes par an; accroître les rendements en produits blancs de la raffinerie à plus de 60% et baisser les charges de fonctionnement.
La consommation nationale en produits pétroliers raffinés, tirée par la hausse du parc automobile et des activités industrielles, est passée de 741.689,105 tonnes en 2014 à 858.134,294 tonnes en 2015, soit une augmentation de 15,70%. Le parc des stations-services des sociétés agréées de distribution et de commercialisation des produits pétroliers raffinés a continué à se développer sur toute l’étendue du territoire national. En ce début d’année 2016, le pays compte 137 stations-service, dont 42 de Total Congo, 35 de Puma, 26 de la S.n.p.c, 19 de X-Oil, 12 d’A.o.g.c et de Snat. Entre autres activités réalisées, on peut citer: l’inauguration du nouveau quai de la société Ilogs, en octobre 2015 par le Président de la République; le démarrage du champ de Lianzi, le 27 novembre 2015, le lancement du champ de la production du gisement Moho Nord phase 1 bis qui a eu lieu le 9 décembre 2015 et l’inauguration officielle le 11 décembre 2015.
Donnant les orientations pour l’année nouvelle, le ministre Jean-Marc Thystère-Tchicaya a inscrit, dans le cadre de sa feuille de route, entre autres, la poursuite de actions engagées en vue de l’augmentation du niveau de production des hydrocarbures. La tendance devra résolument être à la hausse pour les prochaines années et bien perceptibles dès 2016. De même, la campagne de promotion des zones libres du bassin côtier et du bassin intérieur de la Cuvette, lancée en 2015, devra être poursuivie à son terme.
A plus court terme, les travaux de modernisation exécutés actuellement dans le cadre du plan de performance devraient porter la capacité de raffinage de la Coraf (Congolaise de raffinage) de 850.000 à 1,2 million de tonnes dès fin janvier 2016. Aussi, en vue de répondre à la demande croissante en produits pétroliers, les projets suivants sont à l’étude, à savoir la construction d’une nouvelle raffinerie d’une capacité de 5 millions de tonnes par an et la construction du pipe-line des produits pétroliers à poursuivre entre Pointe-Noire-Brazzaville-Ouesso.
Le ministre des hydraucarbures a conclu son message d’orientation par un engagement. «Nous avons la responsabilité de poursuivre le développement du secteur des hydrocarbures, secteur stratégique pour le développement du Congo», a-t-il déclaré. Pour cela,  il a interpellé ses collaborateurs: «Il nous faudra, ensemble être à la hauteur et redoubler d’efforts pour relever ces grands défis. Nous nous y sommes préparés. Je vous invite donc à plus d’ardeur au travail, afin que l’année 2016 soit une année de consolidation et de relance de l’économie pétrolière. Nonobstant la baisse des cours du pétrole, le secteur des hydrocarbures, qui demeure un contributeur majeur de l’économie congolaise, doit plus que jamais continuer à jouer son rôle».
Signalons qu’en dehors des personnels relevant du cabinet, il y avait à cette cérémonie les membres du directoire de la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo), du secrétariat exécutif de l’Appa (Association des producteurs de pétrole africain), de nombreux invités dont quelques parlementaires, les responsables des sociétés pétrolières et parapétrolières, etc.


Informations supplémentaires