Lycée Victor Augagneur (Commune de Pointe-Noire) : Total E&P Congo a récompensé les élèves des classes renforcées

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

La société Total E&P Congo a procédé, le samedi 12 septembre 2015, à la remise des prix aux élèves des classes renforcées du Lycée Victor Augagneur de Pointe-Noire. Il s’agit des bacheliers de la promotion 2014-2015 et des meilleurs élèves des classes de Seconde et de Première. La cérémonie de remise des prix s’est déroulée dans la cour du lycée, sous le patronage de M. Anatole Collinet Makosso, Ministre de l’enseignement primaire et secondaire, de l’alphabétisation, de la jeunesse et de l’éducation civique, et de M. Jean-Marc Thystère-Tchicaya, Ministre des hydrocarbures, en présence de M. Alexandre Honoré Paka, Préfet du Département de Pointe-Noire, de M. Pierre Jessua, Directeur général de Total E&P Congo, de bien d’autres autorités locales, et des responsables du Lycée Victor Augagneur.  


Les rayons du soleil de midi avaient beau être dardants, ils n’ont, cependant, pas réussi à saper le moral des élèves, moins encore de leurs parents et enseignants, venus nombreux à la cérémonie de remise de récompenses aux meilleurs élèves des classes renforcées de l’année scolaire écoulée.
Les autorités gouvernementales, à travers les Ministres Anatole Collinet Makosso et Jean-Marc Thystère-Tchicaya, ont donné un éclat particulier à l’événement, encourageant ainsi les élèves à prendre leurs études au sérieux.
Dans son mot de bienvenue, M. Firmin Moungala, Proviseur du Lycée Victor Augagneur, a rappelé que son établissement scolaire, qui venait de célébrer son 60ème anniversaire, a défini cette initiative comme étant une manière de favoriser une gouvernance scolaire axée sur les résultats, pour qu’il y ait «retour de l’école d’hier», qui a donné à la République, des cadres consciencieux, valeureux et compétents, pour œuvrer à son développement. C’était une école élitiste qui promouvait l’excellence. Or, aujourd’hui, cette école semble avoir disparu, tant le niveau des élèves a significativement baissé. Ainsi que l’atteste le taux de réussite au baccalauréat général qui, en 2015, est l’un des plus faibles de l’histoire de l’éducation au Congo. Du coup, les cadres congolais ont, souvent, du mal à être compétitifs. Il faut sortir de la médiocrité et de la facilité et retrouver le goût de l’effort et de l’excellence. Le Projet «Classes renforcées» avait pour principal objectif de «remédier au déficit de compétences», selon l’expression de M. Jean-Baptiste Sitou, Directeur départemental de l’enseignement primaire et secondaire, chargé de l’alphabétisation de Pointe-Noire. Dans son mot de circonstance, celui-ci a fait part de la genèse de cette noble idée dont il est l’un des initiateurs et exécutants. «Ce projet devrait aider les élèves des classes renforcées à s’adapter à toutes les circonstances professionnelles», a-t-il indiqué.
Les élèves des classes renforcées sont, en effet, formés aux programmes français et congolais des sciences. Dès lors, si le Lycée Victor Augagneur a mobilisé son personnel, la société Total E&P Congo quant à elle, a apporté un important appui logistique. C’est le cas de l’achat du matériel didactique, de la réhabilitation des salles de classes et des laboratoires et l’octroi des bourses.
En 2009, sur proposition de quelques enseignants et responsables du secteur de l’éducation et dans le cadre de sa politique sociétale, Total E&P Congo mettait en place le dispositif des classes dites renforcées, pour offrir aux élèves congolais, sélectionnés par voie de concours en Troisième, un enseignement gratuit de qualité dans les filières scientifiques, pour passer en fin de cursus le baccalauréat C congolais et le baccalauréat S français.
Cette année encore, les classes renforcées ont fait leurs preuves. Alors que le taux de réussite au bac congolais a été de 10%, les classes renforcées ont réalisé 80% au bac national et 84% au bac français. Un motif de satisfaction, pour Jean Baptiste Sitou, qui a estimé que les classes renforcées constituent le succès palpable d’un partenariat étroit entre l’Etat congolais et la société Total E&P Congo.
Une satisfaction éprouvée également par M. Pierre Jessua: «Cette initiative consiste à favoriser l’adéquation entre la formation et les besoins. Elle s’inscrit aussi dans le cadre de la politique sociétale et culturelle de notre entreprise, car Total E&P Congo se doit de contribuer au développement des talents, car le Congo a besoin de ressources humaines compétentes pour son développement». Le Directeur général de Total E&P Congo a invité les autres entreprises basées dans le pays, à s’impliquer dans la formation des futurs cadres congolais.
Le ministre Anatole Collinet Makosso a, quant à lui, salué le projet de Total, en promettant sa duplication à l’échelle nationale.