Déclaration de l’Ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela accréditée en République du Congo, au nom de son Gouvernement et du Peuple vénézuélien

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Nous avons vécu, ces derniers jours, des actes de violence, tentatives de déstabilisation et de coup d’Etat perpétrés par un petit groupe de la droite vénézuélienne, avec l’appui financier de l’étranger et de la guerre médiatique de l’impérialisme contre la révolution du peuple bolivarien. Ils veulent, par des actes de violences, méconnaître, de manière arbitraire et fasciste, la victoire obtenue par la Révolution Bolivarienne aux élections présidentielles sanctionnées par l’élection de l’actuel Président Constitutionnel, Nicolas Maduro Moros, ainsi que les récentes élections municipales et cantonales de décembre dernier qui ont donné une majorité écrasante à la Révolution Bolivarienne avec plus de 80% de voix.


Aujourd’hui, le peuple vénézuélien conscient des acquis obtenus dans les domaines de l’éducation, de la culture, de l’économie et du social répond favorablement au Gouvernement constitutionnel à chaque vote populaire direct ou indirect qui se tient dans notre patrie. C’est pourquoi, la droite fasciste et à la solde des intérêts oligarchiques et impérialistes, consciente de ne pas bénéficier d’un appui populaire, cherche, par tous les moyens, à mener des actions à l’encontre du Gouvernement bolivarien, afin d’occasionner actes de violences et antidémocratique, pour s’emparer du pouvoir.
Nous remercions les pays frères tels que la République Populaire de Chine, la Fédération de Russie, la Bolivie, Cuba, l’Equateur et les organismes multilatéraux comme le Mercosur, la Communauté des Etats latino-américains et caribéens et l’Union des Nations sud-américaines, entre autres, qui ont fait un vaillant appel pour la reconnaissance du gouvernement élu démocratiquement, pour que le Venezuela soit respecté ainsi que les institutions qui forment un Etat de droit et de justice, garantissant les droits politiques à tous les citoyens, dans le cadre des libertés civiques consacrées par la constitution.
Le Gouvernement bolivarien accorde du prix au respect de la liberté d’expression et de manifestation, mais comme dans toutes les démocraties du monde, les citoyens doivent s’exprimer dans le cadre constitutionnel et non à travers des manifestations violentes qui portent atteinte à la vie et détruisent le patrimoine national.
L’Etat vénézuélien a agi et continuera à le faire contre les actions violentes de petits groupes fascistes de l’extrême droite qui conspirent dangereusement contre les libertés démocratiques, qui portent atteinte à la vie de nos concitoyens, à leur liberté d’exercer pacifiquement leurs droits, et contre le bien public et privé à travers des actes de vandalisme punis par la loi.
Nous réitérons notre ferme conviction de défendre l’ordre constitutionnel et l’Etat de droit et nous soulignons que n’importe quelle demande doit être canalisée de manière pacifique, par voie démocratique. L’Etat vénézuélien continuera à batailler pour défendre la paix au Venezuela et à travailler pour assurer le développement
économico-productif du pays, toujours à côté des plus pauvres et des exclus.
Nous réitérons l’intention du Gouvernement bolivarien à poursuivre sa politique publique de développement intégral des jeunes, afin de garantir la pleine jouissance et l’exercice de leurs droits fondamentaux, politique qui a permis qu’au Venezuela l’éducation soit gratuite, égalitaire et de qualité. 67% de nos jeunes sont scolarisés dans des écoles publiques. Nous rappelons qu’au Venezuela, le taux de scolarité est de 85%, plaçant le pays au cinquième rang. Les inscriptions à l’Université sont de l’ordre de 216% par rapport aux années antérieures.
Nous faisons appel à la plus grande solidarité des gouvernements indépendants des peuples frères du monde afin qu’ils se solidarisent avec le Venezuela et qu’ils manifestent leurs ferme refus des menaces de rupture de l’ordre démocratique et constitutionnel qui est le reflet de la volonté populaire.
Nous faisons également appel aux pays qui pourraient être conduits en erreurs suite à la situation qui prévaut au Venezuela, et réitérons aux gouvernements épris de liberté de par le monde, que le Gouvernement Bolivarien continuera de travailler d’une main et qu’avec l’autre main, il défendra le droit sacré à la paix qu’aspirent tous les vénézuéliens.
Personne ne pourra sortir le Venezuela du chemin de la démocratie et de la paix.

Fait à Brazzaville, le 25 Février 2014

Norma BORGES
Ambassadeur


Informations supplémentaires