Premières assises nationales sur le développement de l’économie numérique : Les chantiers du développement numérique sont lancés au Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les assises nationales sur le développement de l’économie numérique se sont tenues du 23 au 25 novembre 2016, à la Grande Bibliothèque de l’Université Marien Ngouabi, à Brazzaville, sur le thème: «Economie numérique, un levier pour la diversification de l’économie, la compétitivité, l’emploi et la modernisation de l’Administration publique au Congo». Quatre moments forts ont caractérisé les travaux, à savoir: la cérémonie d’ouverture; les travaux en ateliers; les travaux en plénière et la cérémonie de clôture.

 

1- De la cérémonie d’ouverture

Placée sous le haut patronage du Premier Ministre Chef du Gouvernement, Monsieur Clément Mouamba, la cérémonie d’ouverture a été ponctuée par trois allocutions:
- l’allocution du Représentant-Résident du PNUD au Congo, Monsieur Mohamed Abchir;
- l’allocution du Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé de l’économie numérique et de la prospective, Monsieur Benoît Bati;
- le discours d’ouverture du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Clément Mouamba.

1-1: De l’allocution du Représentant-Résident du PNUD au Congo

Dans son allocution de circonstance, le Représentant-Résident du PNUD au Congo a formulé l’engagement de son organisation à accompagner le Gouvernement de la République du Congo dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique nationale de développement de l’économie numérique. Il a pour cela remercié les autorités politiques et administratives et particulièrement le Ministère délégué chargé de l’économie numérique et de la prospective pour le partenariat régulièrement renforcé entre le Gouvernement et le système des Nations unies dans son ensemble, a-t-il conclu.
 
1-2: De l’allocution du Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé de l’économie numérique et de la prospective

Prenant la parole, le Ministre délégué a fixé les objectifs des assises et exprimé sa gratitude aux partenaires en ces termes: «Ces assises sont organisées de manière à stimuler une participation partagée pour mettre en exergue toutes les contributions multiformes possibles avec l’appui non négligeable du PNUD et de quelques opérateurs du secteur privé». Il a, ensuite, rappelé l’axe cinq du projet de société du Président de la République, dans son volet éducation.
Terminant son propos, le Ministre a conclu en ces termes: «De la réflexion globale de nos assises sera extirpé un plan national de développement numérique élaboré selon les procédures qui mettront en relief les conditions participatives de l’Etat régulateur et acteur, des opérateurs du secteur et des particuliers qui acceptent de mettre leur savoir au bénéfice du développement».

1-3: Du discours d’ouverture du Premier Ministre, Chef du
Gouvernement

Dans son allocution, le Premier Ministre Chef du Gouvernement a rassuré les participants aux assises en ces termes: «Le Congo a pris l’option de s’arrimer résolument au numérique».
L’intérêt que nous manifestons pour l’économie numérique répond aux orientations stratégiques définies par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Denis Sassou N’Guesso, dans son Projet de société, «La marche vers le développement. Allons plus loin ensemble», a-t-il poursuivi. Pour terminer, il a rappelé les principaux défis qu’il faut relever:
- l’amélioration de l’employabilité d’un grand nombre de jeunes dans le numérique;
- l’adaptabilité des cadres juridique et institutionnel aux impératifs de diversification de l’économie numérique au Congo;
- la réduction de la fracture numérique au Congo;
- la digitalisation des administrations.
A l’issue du discours d’ouverture du Premier Ministre Chef du Gouvernement, il s’en est immédiatement suivi une conférence inaugurale sur le thème général des assises. Ainsi, deux exposés inauguraux ont été présentés.

II- Des travaux en ateliers

Pendant deux jours, les différents acteurs du numérique des secteurs publics, privés, de la société civile, des universitaires et des individualités ont débattu sur les six (6) thèmes ci-dessous:
- Atelier 1: Quel cadre juridique et institutionnel pour assurer un environnement d’affaires attrayant et favorable au déploiement du numérique et quel cadre institutionnel pour le Ministère en charge de l’économie numérique?
- Atelier n°2: Quelles infrastructures pour arrimer le Congo au développement de l’économie numérique et comment réduire la fracture numérique?
- Atelier n°3: Comment se doter des compétences numériques (formations initiales et continues);
- Atelier n°4: Comment stimuler l’innovation technologique dans les secteurs public et privé?
- Atelier n°5: Comment sécuriser les données dans le cyberespace?
- Atelier n°6: Mécanismes de financement de l’économie numérique au Congo.
Aux termes des travaux en ateliers une plénière a été organisée pour la validation des résultats.

III- Des travaux en plénière

Les travaux en plénière ont porté sur les rapports des différents ateliers qui, au terme des débats, échanges et des retours d’expériences partagés sur les enjeux du numérique, sur la diversification de l’économie, la compétitivité et l’emploi au Congo, a adopté avec amendements les rapports des ateliers. Ces rapports se résument aux recommandations suivantes:

Recommandations
 
Atelier n°1:
Quel cadre juridique et institutionnel pour assurer un environnement d’affaires attrayant et favorable au déploiement du numérique et quel cadre organisationnel pour le Ministère en charge de l’économie numérique?
a- Au plan juridique:
- relire la loi n°9-2009 du 25 novembre 2009 pour l’adapter à la nouvelle donne;
- relire la loi sur le droit d’auteur et les droits voisins;
- relancer et accélérer et accélérer le processus d’adoption de l’ensemble des avant-projets de lois sur la cyberstratégie, notamment:
- la loi d’orientation sur l’économie numérique qui devra servir de référence commune pour l’ordonnancement juridique de la société congolaise de l’information;
- la loi sur la cybersécurité;
- la loi sur la cybercriminalité;
- la loi sur les transactions électroniques;
- la loi sur la cryptologie;
- la loi sur les droits d’auteur et droits voisins.

b- concernant le cadre institutionnel

- mettre en place un Conseil national du numérique;
- créer un Centre national de réponses aux attaques informatiques;
- créer des cellules ou unités départementales du numérique.
Atelier n°2:
Quelles infrastructures pour arrimer le Congo au développement de l’économie numérique et comment réduire la fracture numérique?
- élaborer et mettre en œuvre un plan national de sécurité pour l’économie numérique,
- créer des directions des systèmes d’information(DSI) dans tous les départements ministériels,
- valoriser la formation à l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP) de l’Université Marien Ngouabi;
- relire de la loi portant création de l’Agence Congolaise des Systèmes d’Information
(ACSI);
- mettre en place une charte informatique;
- se doter d’un Datacenter dédié à l’économie numérique;
- valoriser et améliorer la plateforme de gestion des noms de domaine CG et le point d’échange;
- renforcer les capacités et/ou former les acteurs techniques de l’écosystème numérique;
- créer des technopoles et incubateurs;
- institutionnaliser les sessions des assises nationales sur le numérique.

Atelier n°3:
Comment se doter des compétences numériques continue)?
- créer un Observatoire national de l’économie numérique,
- élaborer un plan national de développement des ressources humaines dans le secteur du numérique;
- mettre en place une base de données des statistiques nationales sur l’offre et la demande d’emploi dans le secteur de l’économie numérique, avec la participation de l’ONEMO;
- mettre en place des Systèmes d’Information de Gestion de l’Education (SIGE), s’appuyant sur les technologies de l’information et de la communication;
- construire des campus numériques dans tous les départements;
- installer une usine d’assemblage d’équipements informatiques, afin de réduire les coûts d’acquisition des dits équipements et faciliter l’accès de ce matériel aux personnels et structures de l’éducation;
- élaborer la stratégie sectorielle des technologies de l’information et de la communication, en éducation;
- intégrer les programmes de formation sur les technologies de l’Information et de la communication dans les cycles d’enseignements primaire et secondaire;
- redynamiser les filières de formation sur les technologies de l’Information et de la communication au niveau des cycles d’enseignement technique et professionnel,
- développer les programmes de formation professionnelle et technique en technologie de l’information et de la communication du cycle d’enseignement supérieur,
- développer la formation des formateurs dans le domaine de la formation professionnelle et technique en technologie de l’information et de la communication du cycle d’enseignement supérieur et les Instituts de formation des enseignants (IFE).
- mettre en place un mécanisme articulant formation initiale et formation continue des enseignants et/ou formateurs à tous les niveaux;
- subventionner les écoles afin de diminuer les coûts de formation dans les programmes de technologie de l’information et de la communication;
- développer le partenariat entre les établissements de l’enseignement supérieur, les écoles des universités de la république du Congo et l’Agence Congolaise des Systèmes.
- mettre en place des portails web d’orientation-conseils des élèves et étudiants dans le choix des filières, des stages et d’insertion socio professionnelle;
- développer un portail web pour l’attractivité, la rétention et la valorisation des compétences des ressources humaines, tant nationales que des congolais issus de la diaspora;
- mettre en place un système national de vérification des compétences dans le secteur des technologies de l’information et de la communication.
 
Atelier n°4:
Comment stimuler l’innovation technologique dans les secteurs public et privé?
- doter les ministères et administrations de sites web véritablement informatif;
- mettre en place la gouvernance des projets E-Administration;
- défiscaliser de façon ciblée le matériel informatique;
- mettre sur place en partenariat avec le Ministère des petites, moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, un programme d’accompagnement des chefs d’entreprises à la découverte des richesses des TIC pour l’entreprise;
- mettre en place un cadre réglementaire adapté aux spécificités du secteur TIC;
- mettre en place d’une structure à gouvernance mixte regroupant différents acteurs;
- État, grandes entreprises, PME, opérateurs de l’enseignement et de la recherche;
- la mise en place d’une gouvernance nationale de l’innovation.

Atelier n°5:
Comment sécuriser les données dans le cyberespace?
- renforcer et actualiser le cadre juridique afférent à la cybersécurité et la cybersécurité;
- reprise en mains par le Ministère en charge de l’économie numérique des avants projets et les réactualiser en concertation avec les ministères impliqués;
- mettre en place un référentiel général de sécurité commun à l’ensemble de l’administration;
- mettre en place une infrastructure de clé publique;
- mettre en place une agence de sécurité des systèmes d’information et de communication;
- développer la veille juridique en matière de cybersécurité et cybercriminalité par le renforcement des capacités des magistrats;
- améliorer le niveau d’équipement de l’administration publique;
- favoriser l’usage généralisé des logiciels libres au sein de l’Administration publique,
- renforcer les compétences de l’expertise nationale en matière de cybersécurité et cybercriminalité;
- définir et élaborer un plan national de cybersécurité.

Atelier n° 6:
Mécanismes de financement de l’économie numérique au Congo.
- créer le fonds pour le service universel;
- doter un budget conséquent au Ministère de l’économie numérique;
- professionnaliser les acteurs du secteur du numérique;
- créer un service pour l’amélioration de l’efficience de l’administration: dossiers de réponse en ligne aux Marchés Publics;
- créer un service simplifiant les procédures administratives des entreprises: création d’entreprise;
- deux services mettant en place une administration au service des citoyens: renouvellement des passeports et demande de duplicata de papier de l’état-civil, et tout particulier l’acte de naissance;
- mettre en place une gouvernance des projets E-administration;
- défiscalisation ciblée du matériel informatique;
- mettre sur place en partenariat avec le Ministère des Petites et Moyenne entreprise, un programme d’accompagnement des chefs d’entreprise à la découverte des richesses des TIC pour l’entreprise.
- mettre en place une direction des Systèmes d’Information ou Service Système d’information/Informatique;
- mettre en place un cadre réglementaire adapté aux spécificités du secteur TIC;
- mettre en place une structure à gouvernance mixte regroupant différents acteurs: État, grandes entreprises, PME, opérateurs de l’enseignement et de la recherche;
- la mise en place d’une gouvernance nationale de l’innovation.
Les travaux se sont déroulés dans un climat empreint de cordialité, de fraternité et de sympathie. Les participants se sont quittés avec la conviction que les premières Assises ne seront pas les dernières.

Fait à Brazzaville,
le 25 novembre 2016.

Les Assises

Informations supplémentaires