Point de vue

Le recours à la contrainte ou à la force armée par la communauté internationale: les cas ivoirien et libyen

Note utilisateur:  / 0

Le conflit postélectoral en République de Côte d’Ivoire se caractérise, essentiellement, par la proclamation, comme élus, de deux présidents de la République: l’un, M. Alassane Ouattara proclamé comme tel par la commission électorale indépendante et reconnu par la communauté internationale; l’autre, M. Laurent Gbagbo, proclamé lui aussi président de la République par le conseil constitutionnel ivoirien et non reconnu par la communauté internationale qui somme ce dernier de quitter le pouvoir de son propre gré, faute de quoi ladite communauté userait de la contrainte ou de la force armée, pour le faire partir. Tel est le cas que présente le processus électoral mal achevé de la Côte d’Ivoire qui a accouché d’une grosse et encombrante souris à deux têtes et à mille pattes.

Lire la suite...

Livre: «Testament de Tchicaya U Tam’Si» de Maurice Amuri Mpala Lutebele : Des clés pour comprendre l’œuvre de Tchicaya U Tam’Si

Note utilisateur:  / 0

Né à Mpili, dans les environs de Pointe-Noire, en 1931, Tchicaya U Tam’si, Gérald Félix-Tchicaya de son nom de famille, s’est éteint en avril 1988, dans sa maison de Bazancourt, dans l’Oise, en France. Il a été inhumé à Loango, au Congo.

Le poète, dramaturge et romancier arrive en France à l’âge de 15 ans, et fait ses études secondaires au lycée Eugène Poitiers d’Orléans puis au lycée Jeanson-de-Sailly à Paris. Mais les études au Lycée l’ennuient. Qui plus est, il se sent repoussé du fait de son infirmité -il est affublé d’un pied bot. Il préfère consacrer son temps au dessin, à la peinture, à la littérature et particulièrement à la poésie. 

Lire la suite...

Libre opinion : Département de la Likouala: payer la paix au prix des intérêts égoïstes!

Note utilisateur:  / 0

Après la mort d’Edouard Ambroise Noumazalay, le département de la Likouala est, aujourd’hui, orphelin de leader. Devant le vide, les ambitions parfois démesurées de certains politiques ressortissants de ce département, se construisent, avec une certaine dose cynique de machiavélisme, non pour apporter solution aux problèmes sociaux récurrents auxquels font face les populations au quotidien, mais pour les déposséder de leur être, se servir d’elles comme piédestal et assouvir les intérêts égoïstes. C’est, pour le moins, ce qui paraît.

Lire la suite...

Hommage à Edith Lucie Bongo Ondimba : Une femme dont les qualités de conciliatrice, d’unificatrice avaient su faire l’assentiment de tous

Note utilisateur:  / 0

Je voudrais le dire....

Une grande dame, une vraie ...

«O youlou ô nè, ô youlou a mvamva» 

Lire la suite...

La presse congolaise libre, vingt ans après: des mesures simples pour la bonifier

Note utilisateur:  / 0

Il y a vingt ans, au début de  l’année 91, le Congo entrait dans une période exaltante de son existence, avec l’éclosion d’une presse débarrassée des pesanteurs tatillonnes d’une censure inepte. C’était le printemps de la presse. De cette époque furieusement glorieuse, entre autres faits, la fabuleuse épopée du journal Madukutsiékélé de Mathieu Bakima et ses collègues fraichement émoulus du département S.t.c de l’université Marien Ngouabi.

Lire la suite...

Informations supplémentaires