Lettre ouverte à la presse congolaise : Je pense que le ministre Calixte Nganongo est l’homme de la situation

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Messieurs les directeurs de publications, je suis l’une des lectrices assidues de plusieurs titres de la presse nationale, tels que «La Semaine Africaine», «Les Dépêches de Brazzaville», «Le Patriote», «Les Echos», «Sel-Piment», «La Griffe», «Emmanuel», «Epanza Makita» et j’en oublie forcément. Cependant, j’avoue que je suis choquée, à maintes reprises, par les informations contenues dans certains d’entre eux.

Par exemple, un article publié par l’hebdomadaire Epanza Makita, sur le ministre des finances, sous le titre interrogatif: «L’amateurisme du ministre des finances Calixte Nganongo?».
Le titre de cet article, bien qu’il soit interrogatif, voile à peine une subtilité sémantique qui traduit l’intention malveillante de ce journal de ternir l’image d’un homme d’Etat, réputé grand manager, dont la compétence, la riche expérience dans la gestion comptable et financière ainsi que la  probité morale et intellectuelle forcent l’admiration de ses nombreux compatriotes. Je pense très honnêtement que dans le contexte de crise économique et financière actuelle, consécutive à la chute brutale du prix du baril de pétrole qui impacte nos finances publiques, le ministre Calixte Nganongo apparaît, à mes yeux, comme l’homme de la situation.
Caricaturer son action, comme votre confrère l’a fait dans ses colonnes, dénote plutôt sa volonté manifeste de nuire, vilipender ou décourager les efforts déployés par cet homme qui a engagé des réformes hardies dans toutes les régies financières. Dans le souci de mieux m’informer sur la gouvernance du ministre Calixte Nganongo, je me suis rapprochée de la source, c’est-à-dire des services sous tutelle. Voici ce qui m’a été rapporté:
A propos du népotisme dans la nomination des cadres au Trésor public, où ce  journal épingle la nomination d’une Daaf. Il m’a été confirmé que le ministre Calixte Nganongo a bel et bien nommé une dame au poste de Directrice des affaires administratives et financières (Daaf) du Trésor public, sur des bases objectives et non subjectives. Effectivement, le cursus professionnel de cette dame fait foi: elle est administrateur en chef des Saf hors classe. De plus, au moment où le Congo prône la parité dans les postes de prise des décisions, le ministre des finances vient de donner, là, un exemple de bonne gouvernance à suivre en matière de gestion des ressources humaines féminines. A mon humble avis, on ne saurait mettre en cause l’expertise avérée de cette dame. Le journaliste aurait mieux fait d’approfondir ses investigations, au lieu de sombrer dans des allégations délibérément attentatoires à sa probité morale et à sa dignité. Malheureusement, ces allégations demeurent certainement ancrées dans l’imagerie d’hommes et de femmes haineux qui peuplent tous les jours les longs couloirs du Trésor public. Ils sont nombreux, hélas, qui s’adonnent à cet exercice malintentionné.
S’agissant de la redevance informatique qui serait allouée aux Douanes et aux impôts, il m’a été certifié que ces deux régies financières ont fait l’objet d’une enquête approfondie ayant révélé d’innombrables tractations malhonnêtes qui n’ont pas échappé à  l’attention du ministre. J’ai appris que la redevance informatique avait été instituée par la loi de finances de l’Etat exercice 2003. Et, le 21 janvier de la même année, le ministre des finances de l’époque, Rigobert Andely, avait pris un arrêté portant application de la collecte de cette redevance, afin d’interconnecter l’ensemble des régies financières. Malheureusement,  l’utilisation de cette ressource a été détournée de ce noble objectif. C’est pour cette raison, m’a-t-on dit, que le ministre Calixte Nganongo a décidé, en date du 28 octobre 2016, en sa qualité d’autorité monétaire, de ne plus affecter cette ressource aux différentes administrations sous tutelle. Elle est, désormais,  reversée directement  au Trésor public, dépositaire des fonds de l’Etat. Cette ressource sera gérée par le cabinet, aux fins de moderniser le système d’information du Ministère des finances.
Au regard de ces informations, j’ai compris que la gestion de la redevance informatique constituait, hier, une véritable nébuleuse à partir de laquelle certains fonctionnaires véreux, surtout ceux des Douanes et des Impôts, tiraient frauduleusement leurs dîmes mensuelles.
En ce qui concerne le refus du ministre des finances de réduire le train de vie de l’Etat, allusion faite par votre confrère, pour illustration, à la programmation du paiement de plus de 6 milliards de francs Cfa, le 30 novembre 2016, des voix autorisées du Ministère des finances m’ont informée que les orientations éclairées du Chef de l’Etat pour lutter contre les antivaleurs suffisent largement pour justifier le droit de regard direct du Ministre des finances sur les recettes directes ou indirectes de l’Etat. C’est ce pacte qu’il aurait conclu avec toutes les  administrations sous tutelle.
Enfin,  au sujet des opérations de paiement, les mêmes sources m’ont indiqué  que cela fait partie des attributs du Ministre des finances, qui consistent à faire mouvoir les comptes de l’Etat, mais pas l’inverse.
Après donc tous ces renseignements dignes de foi, recueillis à la source, j’en viens à la conclusion suivante: les griefs épinglés par le journal Epanza Makita ne cadrent nullement avec le nouvel état d’esprit que le ministre Calixte Nganongo  imprime du haut de son mirador perché au 7e étage  de la Tour des Finances.  Il me semble que, pour lui, c’est une question de salubrité financière et comptable.
Pour tout dire, conformément à une règle basique de la déontologie de votre métier de journaliste, je note une  légèreté dans le traitement de certains sujets abordés dans vos publications.        
J’estime, pour ma part, que vos affirmations gagneraient en crédibilité, si vous aviez pris le temps nécessaire de recouper vos différentes sources. Et puis, pour rendre un article de presse, lié aux finances et à la comptabilité, crédible et vendable, il faut publier des chiffres!  Mais bon…

Princesse DAYANA
Observatrice

Informations supplémentaires