Lorsque Brazza News imagine un sulfureux coup d’Etat du vice-amiral Jean-Dominique Okemba!

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Il n’y a des personnes ou des organisations atteintes du syndrome de la désinformation chronique doublée du traumatisme complexé des perdants qui ne peuvent pas, sans risque de se discréditer, faire des annonces et des pseudos-révélations aussi grossières que ridicules, tout en ayant la certitude qu’elles seront écoutées. Des oiseaux de mauvais augure et porteurs de malheurs qui, comme des chacals ou des vautours, se nourrissent de putréfaction. Promoteurs d’illusions invraisemblables et folles, elles rêvent un jour que leurs illusions deviennent réalité.

 

Aux yeux de tous ceux qui espèrent une fin de régime Sassou par tous les moyens et de ceux qui piaffent d’impatience pour s’asseoir sur le trône tant convoité, le vice-amiral Jean-Dominique Okemba est devenu, au fil des années, leur bouc émissaire idéal. Comme quoi, la longévité aux côtés d’un grand Président est source de jalousie et d’animosité sauvage qui n’apprécie guère ni la compétence, ni la loyauté.
Nous servir une fois de trop, le sulfureux coup d’Etat du vice-amiral Jean-Dominique Okemba, secrétaire général du Conseil national de sécurité, ne surprend personne. C’est dans l’imaginaire de tous ceux qui rêvent du départ du Président Sassou et qui s’impatientent qu’il faut trouver les manipulateurs.
Le fait est clairement établi: le vice-amiral Jean-Dominique Okemba est le dernier rempart, la forteresse et le bouclier du pouvoir qu’il faut briser, avant d’atteindre le Président congolais, car le secrétaire général du Conseil national de sécurité sait qui est qui, il a l’oreille et la confiance du boss et cela dérange même dans les milieux politiques du pouvoir y compris même de la famille. Il est clair que certains se prennent dans l’illusion d’un transfert de pouvoir par décret politique ou familial, voire même «mystico-familial-politique», tandis que d’autres escomptent une action militaire attribuée au vice-amiral, pour faire sauter le bouclier du Président Sassou. Pour preuve, le décret nommant les conseillers spéciaux du Chef de l’Etat congolais a suscité des débats controversés au Congo, parce que le vice-amiral n’y figure pas. De ceux qui s’en réjouissaient et ceux qui s’en offusquaient, nous retenons que l’homme ne laisse pas indifférent et suscite un intérêt manifeste. C’est très probablement auprès de ceux qui veulent à tout prix isoler Jean-Dominique Okemba du Président Sassou qu’il convient de trouver ceux qui sont à l’origine du pamphlet écrit sur le site Internet «Brazza News», média qui n’hésite pas à insulter le Président congolais et qui est radicalement estampillée «opposition».
En faisant parler «Brazza News», les assaillants veulent que le Président Sassou ferme les yeux pour ouvrir le bouclier et se livrer à des ambitieux de l’intérieur comme de l’extérieur du palais. C’est alors ignorer que le Président Sassou est un homme qui n’oublie jamais la fidélité et la loyauté de tous ses collaborateurs et qu’il n’hésite pas de mettre à l’épreuve. Il n’oubliera jamais ceux qui avaient, hier, tout laissé tomber, pour demeurer à ses côtés, jour et nuit, lors de sa traversée du désert.
En citant, sans la moindre réserve, des officiers aujourd’hui en disgrâce ou en réserve de la République, Brazza News cherche à éveiller l’instinct sécuritaire du Président congolais, pour qu’il valide, par conséquent, l’hypothèse d’un complot de l’un de ses plus loyaux collaborateurs. La méthode utilisée est aussi machiavélique, puisqu’en citant toutes ces pointures des Forces armées congolaises, l’initiateur de ce pamphlet secoue fébrilement la menace. Un avertissement à peine voilé en direction d’officiers qui savent que la règle, dans le milieu, est qu’il n’y a pas de fumée sans feu. L’objectif visé est de les apeurer, pour qu’ils prennent des distances et des précautions vis-à-vis du vice-amiral Okemba, afin de les enrôler méthodiquement dans de nouveaux cercles aux velléités très peu nobles.
Jean-Dominique Okemba n’est ni un serpent, encore moins un hypocrite à côté du Président Sassou. Il est à la fois un gage de sécurité et de loyauté dont a besoin le Président congolais, au moment où plusieurs prétendument fidèles ont brillé par leur incompétence, irresponsabilité et gloutonnerie, enfonçant le Congo dans une crise sans précédent. Il ne faut pas s’y méprendre, toutes ces manœuvres fomentées de l’intérieur et de l’extérieur sont connues du secrétaire général du Conseil national de sécurité. Le moment viendra où il faudra lever le voile à peine flou qui masque mal les amuseurs publics qui croient que la politique au Congo est un bal masqué des vicieux, prétentieux et cyniques. A bon entendeur, salut!

Hassan TRAORE
Observateur

Informations supplémentaires