Vie politique nationale : Vibrant hommage de la nation à Céline Claudette Eckomband

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Ancienne sénatrice décédée vendredi 18 octobre 2013, à Brazzaville, à l’âge de 81 ans, Céline Claudette Eckomband, membre du comité central du P.c.t (Parti congolais du travail), ancienne sénatrice (2002-2005), grande figure féminine de la scène politique nationale, a été inhumée mardi 29 octobre dernier, au mausolée Marien Ngouabi, à Brazzaville, en présence des corps constitués nationaux et des responsables du P.c.t.

 

Un hommage national a été rendu à Mme Céline Claudette Ekomband, au palais des congrès, en présence du président de la République, Denis Sassou Nguesso, des corps constitués nationaux, des membres du gouvernement, des parlementaires, des dirigeants du P.c.t et d’autres partis de la majorité, etc. «C’est dans ce cadre que, dans la période de 1950 à 1955, Céline Claudette Eckomband et d’autres femmes se retrouvèrent dans le cercle culturel de Poto-Poto et elle en assurait la présidence avec un bureau composé de Simone Aubert Ganga, Firmine Kailly, Antoinette Malalou et Odile Otouna. C’était la mise en mouvement de l’activisme de la femme congolaise, sous la conduite de Céline qui a été reconnue, par ses camarades de lutte, comme une femme de grande conviction politique, caractérisée par un grand courage», a dit Dominique Lékoyi, deuxième secrétaire du sénat, dans l’oraison funèbre qu’il a prononcée. «Infatigable et sans désemparer, elle participait à la plupart des réunions politiques organisées dans les années 1963-1968, une période assez tumultueuse de la vie politique nationale au cours de laquelle Céline et d’autres femmes ont eu l’idée de créer une structure d’appui à leur combat, l’Union révolutionnaire des femmes du Congo, U.r.f.c», l’organisation féminine liée au P.c.t et dont elle fut la première présidente. Elle connut 25 mois de prison, «à cause de ses opinions politiques».
Première femme ambassadeur du Congo en Guinée-Conakry (1979-1984), première femme commissaire politique dans le Niari, elle fit ses premiers pas en politique sous le parrainage de son père, feu Moïse Eckomband, puis, d’Antoine Letembet-Ambily à l’époque du Moyen-Congo où Jacques Opangault fut vice-président du conseil de gouvernement  (1957-1958).
Ex-épouse de M. Gérard Yandza, ancien inspecteur de l’enseignement primaire, ancien directeur régional de l’enseignement de Brazzaville, ancien membre du Conseil économique et social et ancien opérateur économique, aujourd’hui décédé, Céline Claudette Eckomband a reçu plusieurs distinctions honorifiques, dont celle de commandeur dans l’Ordre du mérite congolais. Née le 28 mai 1932, à Brazzaville, des feux Moïse Eckomband et Marie Issombo Kani, elle a été détentrice d’une licence et d’une maîtrise en sciences sociales, obtenues dans l’ex-République Démocratique d’Allemagne.

Pascal-Azad DOKO

Informations supplémentaires