Congo-Côte d’Ivoire : Akissi Kouamé, première femme africaine officier général, a séjourné à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Promue le 6 août 2012, par le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, au grade de général de brigade, la doctoresse Akissi Kouamé, épouse Lebahy,  directrice de la santé et de l’action sociale des Forces armées de Côte d’Ivoire, a séjourné, le mois dernier, à Brazzaville, à l’occasion du 9ème congrès panafricain de la médecine militaire. A l’issue de cette rencontre, elle a passé le témoin de la présidence des congrès panafricains du comité international de médecine militaire à son homologue congolais, le médecin-général de brigade Pascal Ibata. Au terme de ce congrès, nous l’avons rencontrée, pour en savoir plus sur sa personne. Mme Akissi Kouamé est la première femme officier général dans l’armée Ivoirienne et, peut-être aussi, en Afrique.

Née le 1er janvier 1955, à Singrobo (Tiassalé, Côte d’Ivoire), Mme Akissi Kouamé, médecin et général de brigade, a fait de brillantes études et a intégré l’armée ivoirienne, alors qu’elle était encore étudiante, comme le montre son parcours:
- 10 janvier 1981: entrée sous le drapeau, alors qu’elle est étudiante en cinquième année de médecine, à l’Université d’Abidjan;
- juillet-septembre 1981: formation commune de base à l’école des Forces armées de Côte d’Ivoire, à Bouaké;
- 23 juin 1983, thèse de doctorat en médecine, à l’Université d’Abidjan;
- juin-juillet 1983: formation aux cours d’officiers à l’école des Forces armées de Côte d’Ivoire, suivie de la remise des épaulettes de lieutenant;
- août 1983: elle décroche son brevet de parachutiste, à la compagnie des paras-commandos du premier bataillon d’Akouedo (Elle est la première femme à arriver à ce niveau);
- 1er septembre 1984: grade de capitaine;
- 1er juillet 1992: elle accède au grade de commandant;
- 1er octobre 1996: lieutenant-colonel;
- 1er avril 2006: colonel;
- 2 août 2010: élevée au grade de colonel major;
- 6 août 2012: nommée générale de brigade.
Pour ce qui est de la formation dans le domaine de la santé, elle obtient, en 1990, un certificat d’études spécialisées de gynécologie obstétrique et d’échographie, après cinq ans d’études à l’Université d’Abidjan et à Brest (France). 1991-1995-1998, elle suit une formation en santé de la reproduction et prise en charge du V.i.h-sida (Onfp-Tunis); 1995, formation en gestion des ressources de santé dans les pays en développement (Université Libre de Bruxelles); 1996, formation des formateurs en communication de la santé et du social (Université de Liège); 1997-1998, C.e.s de santé publique/Cedres à Abidjan.
Côté fonctions, elle a exercé plusieurs responsabilités:
- 1983-1985: elle est médecin-chef adjoint du centre médical des armées;
- 1985-1996: chef de service de gynécologie-obstétrique (Hima);
- 1996-2000: coordonnatrice des projets «santé de la reproduction dans les forces armées». Initiatrice de l’affectation des sages-femmes dans le service de santé des armées;
- 1998-2000: responsable de la médecine préventive à la direction du service de santé des armées;
- 2002-2003: sous-directrice de la prévention au Ministère en charge de la lutte contre le V.i.h-sida;
- 2004-2012: responsable du centre de dépistage volontaire du V.i.h des armées.
- Depuis le 18 janvier 2012, elle occupe les fonctions de directrice de la santé et de l’action sociale des armées (première femme à ce poste).
Mère de deux enfants, Mme Akissi Kouamé, docteur général de brigade, est aussi très engagée dans la vie associative. Elle est présidente de l’Association des femmes cadres supérieurs de la santé et membre fondatrice du Réseau des femmes leaders de Côte d’Ivoire, présidente de la Mutuelle de développement Singrobo. Outre cela, elle est détentrice de plusieurs distinctions et publications.

Alain Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires