ECHO DE LA CAMPAGNE

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’élection législative reportée à Vindza
Dans la circonscription unique de Vindza (département du Pool), le vote n’a pas eu lieu, dimanche 15 juillet. Et pour cause, d’un côté, du fait que cinq candidats ont contesté la composition de la Conel locale et, de l’autre, des troubles créés par des jeunes instrumentalisés, qui ont empêché le meeting de clôture de campagne du candidat du P.c.t, Aimé Emmanuel Yoka. Ces graves incidents font suite à des propos intolérants tenus par un leader politique, pourtant allié de la majorité. Le candidat du P.c.t, qui attendait l’arrivée de la première dame, Mme Antoinette Sassou Nguesso, pour son meeting de clôture de campagne, a dû quitter Vindza, vendredi 13 juillet, en catastrophe, par hélicoptère, tandis que son équipe de campagne était chassée par des jeunes extrémistes, venus d’autres localités, selon un proche du candidat. Le scrutin aura lieu avant le 29 juillet.

A Oyo, l’élection sans suspense de Denis Christel Sassou Nguesso
Le candidat du P.c.t dans la circonscription unique d’Oyo (département de la Cuvette), Denis Christel Sassou Nguesso, est passé haut la main, dès le premier tour. Sur la ligne de départ, ils étaient cinq candidats, dont quatre indépendants. Trois se sont retirés de la course, pendant la campagne électorale, au profit du candidat du P.c.t. Le seul resté en lice ne pouvait pas faire le poids devant le rouleau compresseur déployé par le directeur de l’aval pétrolier de la S.n.p.c (Société national des pétroles du Congo), pendant la campagne électorale. Reste, maintenant, à savoir si Denis Christel Sassou Nguesso va siéger à l’assemblée nationale ou, plutôt, garder son juteux poste à la S.n.p.c.

Même refrain pour d’autres barons du P.c.t dans le Nord du pays
Les barons du P.c.t, dans la partie septentrionale du pays, n’ont pas eu beaucoup de mal à remporter les législatives, même si certains ont dû ramer pour être à l’abri de surprise fâcheuse. Ainsi, Jean-Jacques Bouya, ministre délégué général aux grands travaux, qui a déroulé d’impressionnantes activités de campagne électorale, est passé haut la main, dès le premier tour. Il était resté seul dans la course, après le retrait, pendant la campagne électorale, des deux candidats indépendants qui étaient en face de lui et qui lui ont apporté leur soutien. A Makoua, Firmin Ayessa, ministre d’Etat, directeur de cabinet du chef de l’Etat, s’en est bien sorti. A Boundji, Denis Gokana, président d conseil d’administration de la S.n.p.c, a été élu, mais ses adversaires dénoncent l’iniquité pendant la campagne électorale, car le candidat du P.c.t, d’après eux, a fait usage des moyens de l’Etat, déverser des cadeaux aux populations et exercé une mainmise sur l’organisation du vote. A Ongoni, Jean-Claude Gakosso (P.c.t et actuel ministre de la culture et des arts), est passé, tout comme à Abala avec Henri Ossebi (P.c.t et actuel ministre de l’énergie et de l’hydraulique). A Owando, le ministre des finances, du budget et du portefeuille public, Gilbert Ondongo (P.c.t) l’a emporté devant son collègue du tourisme, Mathieu Martial Kani (R.d.d), dans la première circonscription d’Owando. Le P.c.t a, d’ailleurs, raflé les deux circonscriptions d’Owando, car son candidat Abel Joël Owassa Yaucka, dans la deuxième circonscription, est également élu. Il faut dire que la campagne électorale à Owando a connu quelques tensions. Le vote s’est bien déroulé, mais, le R.d.d dénonçait, déjà, l’usage des moyens de l’Etat, l’achat des consciences par la distribution d’argent et autres biens et la mainmise du P.c.t dans l’organisation du scrutin.

Tension à Gamboma et scrutin retardé à Kellé et dans trois circonscriptions Pointe-Noire
Dans la première circonscription de Gamboma, c’est Hugues Ngouelondelé (P.c.t) qui est donné gagnant. Mais, son adversaire de l’opposition, Mathias Dzon (U.p.r.n), revendique également la victoire et accuse son adversaire d’avoir favorisé la publication des chiffres en faveur du candidat du P.c.t. Selon des témoins, il y a lieu de craindre un excès de tension à Gamboma. A Kellé, dans le département de la Cuvette-Ouest, et à Mbinda (Niari), le vote a lieu le mercredi 18 juillet, en raison des difficultés survenues le dimanche dans l’organisation du scrutin. De même, suivant un communiqué signé par le préfet de Pointe-Noire, Alexandre Honoré Paka, le vote a été organisé le lundi 16 juillet dans quelques centres de vote des circonscriptions de Mongo-Mpoukou, Ngoyo et Loandjili.

Des poursuites judiciaires à l’endroit des candidats coupables de troubles
Suite aux dérives constatées pendant la campagne électorale dans deux localités du pays, Jean-Aive Allakoua, porte-parole de la police, a fait un point de presse, vendredi 27 Juillet 2012, au mess des officiers, à Brazzaville, au nom de la sous-commission sécurité de la Conel (Commission nationale d’organisation des élections). A cette occasion, il a annoncé que des poursuites judiciaires vont être engagées contre tous ceux qui seraient responsables de ces actes qui, selon lui, portent «gravement atteinte à l’ordre public, à la sécurité des personnes et des biens». Dans sa communication, le colonel Jean-Aive Allakoua a tenu à rappeler aux différents candidats et à leurs sympathisants que la période électorale n’est pas une période de non Etat.

Informations supplémentaires