Troisième circonscription de Talangaï (Brazzaville) : Proclamé meilleur député P.c.t de Brazzaville, Sylvestre Ossiala rassure les militants

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«Il nous a été donné de constater, ces dernières semaines, que le contexte politique demeure marqué par de nombreuses manifestations d’ambitions électorales. A titre d’illustration, à Talangaï, en particulier dans la circonscription n°3, les délibérations du Parti congolais du travail (P.c.t), présentent l’honorable Ossiala Sylvestre comme le seul candidat capable de conduire les destinées du P.c.t à l’assemblée nationale.
Cette décision, qui a été entérinée par le comité de la ville de Brazzaville, écarte ainsi, de fait, la candidature du camarade Pierre Obambi. Boudant cette résolution de notre organisation politique, le camarade Obambi Pierre entend la faire modifier. Pour ce faire, il a cru nécessaire de procéder par des voies abjectes et sans bravoure, en jetant le discrédit et l’opprobre sur le camarade Ossiala Sylvestre.
1- Monsieur Obambi Pierre ne réalise pas la gravité des propos qu’il propage auprès des populations des quartiers 63 et 66, selon lesquels l’honorable Ossiala aurait intimé l’ordre au Ministre Ondongo Gilbert, sur un média non désigné, de ne pas procéder, dans lesdits quartiers, au paiement des allocations et autres primes octroyés par le chef de l’Etat, à la suite du drame du 4 mars 2012. Il soutient que le Ministre des finances aurait privilégié les recommandations de l’honorable Ossiala au détriment de celles du chef de l’Etat.
Obambi Pierre a-t-il conscience de l’ignominie  à laquelle il s’expose et des perturbations que de telles calomnies peuvent causer dans l’opinion? N’est-il pas ancien directeur de cabinet du camarade Oba-Apounou et perçu comme proche collaborateur des dirigeants du parti, tels que les camarades Michel Ngakala et Pierre Ngolo?
De l’avis de nombreux de ses proches, on est en droit de s’interroger si le camarade Pierre Obambi n’est pas victime d’un mauvais sort familial ou d’un envoutement!
2- Obambi Pierre, docteur en socio-économie d’une Université de l’URSS, s’est adjoint Okoueré Nicodème, agent subalterne du Ceprod, pour vilipender les dirigeants du comité de la ville de Brazzaville, à travers une motion de protestation qui nous est parvenue. Cette motion de protestation est, d’après eux, fondée sur les éléments suivants:
- la désignation du député Sylvestre Ossiala, comme  étant meilleur député de la ville, est un acte de manipulation contraire aux intérêts supérieurs du parti;
- le mauvais travail parlementaire du député Ossiala Sylvestre;
- le lieu de résidence de celui-ci;
- l’importance des dons matériels du député à ses électeurs, qui seraient assimilés à l’achat des consciences;
- la présentation physique et l’intelligence du député Ossiala Sylvestre qui seraient «sulfureuses».
Cette démarche sournoise opérée par le camarade Pierre Obambi donne lieu, de notre part et de manière générale, aux observations suivantes:
- une énonciation de contre-vérités sur les grands principes de la loi électorale, notamment ceux relatifs au lieu de résidence de l’élu. A ce propos, les électeurs de cette circonscription le témoignent au quotidien, la présence du député et sa proximité ne font l’ombre d’aucun doute. Il est, par ailleurs, propriétaire de plusieurs parcelles dans ladite circonscription;
- une grossière confusion entre les notions de générosité dont fait preuve le député et celles «d’achat des consciences»;
- une accusation irrespectueusement et infondée de manipulation des candidatures par le comité de la ville de Brazzaville;
- une absence de respect de la discipline du parti;
- un complexe infâme sur l’élégance et l’intelligence des autres membres du parti, attitude qui, dans les années 60 dans notre pays, a engendré des actes criminels qui hantent, à ce jour, l’esprit des Congolais…
Pourquoi est-il à ce point difficile, dans notre pays, de respecter les mérites de chacun? Comment peut-on ne pas reconnaître la nécessaire et forte implication d’Ossiala Sylvestre, dans l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre du budget de l’Etat, ces dix dernières années?
Ambition plutôt illégitime de Monsieur Pierre Obambi, mauvais perdant, sa démarche sournoise et abjecte ne suscite que le mépris le plus cinglant. De telles initiatives, sont de nature à engendrer d’éventuelles situations conflictuelles, notamment au sein des militants et sympathisants à la base. Conflits qui, au regard du contexte politique actuel dans notre pays, sont plus que jamais à proscrire».


Informations supplémentaires