Action humanitaire : La diaspora congolaise au chevet des compatriotes sinistrés

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Une délégation spéciale des professionnels de santé de la diaspora congolaise, membres de l’O.n.g S.d.a (Synergies et développement de l’Afrique), est venue à Brazzaville, avec une tonne de médicaments et de vêtements destinés aux populations sinistrées par le drame de Mpila. Lors d’une conférence de presse, le vendredi 23 mars dernier, au Cinu (Centre d’informations des Nations unies), à Brazzaville, William Bongho, président de S.d.a et coordonateur de la délégation spéciale des professionnels de santé de la diaspora congolaise, a expliqué qu’en plus du don, une équipe d’une dizaine de médecins de la diaspora se relaie sur le terrain.
Autour de William Bongho, il y avait le Dr Arsène Bikoué, chef de la délégation spéciale de la mission et chercheur spécialiste du V.i.h-sida,  Mme Julienne Koussikou Pouaoua, infirmière diplômée d’Etat, Thierry-Paul Ifoundza, pneumologue, et  Bienvenu Dzamba, gastroentérologue-urgentiste-cancérologue. La délégation spéciale des professionnels de santé de la diaspora congolaise est arrivée à Brazzaville, le 10 mars  dernier, pour participer à l’élan de solidarité, suite au drame survenu le 4 mars 2012. Certains sont repartis, d’autres sont arrivés le 25 mars dernier.
Le but de la conférence de presse était d’informer l’opinion publique congolaise sur la contribution, déjà, apportée par la diaspora, après la tragédie, qui a frappé le pays. C’était, aussi, l’occasion de souligner la volonté de la diaspora congolaise de poursuivre son action, dans le cadre de la chaîne de solidarité qui a vu le jour autour des victimes du drame de Mpila, et de rappeler la disponibilité de la diaspora à œuvrer aux côtés des autorités nationales, pour soulager les compatriotes affectés par ce drame.
La première délégation était composée d’un gastroentérologue-urgentiste-cancérologue, un dentiste stomatologue, un pharmacien, un chercheur spécialiste du V.i.h-sida, un pneumologue, une infirmière diplômée d’Etat, un chirurgien orthopédiste, un médecin généraliste, un aide médico-psychologue et une coordonnatrice d’équipe de secours.
Pour le Dr Arsène Bikoué, conduisant la mission de la délégation spéciale, «l’équipe a travaillé sans relâche, depuis son arrivée, à Brazzaville, aux côtés des autorités nationales et des autres partenaires humanitaires. De façon déterminée, la diaspora, à travers son organisation S.d.a  (Synergie et développement de l’Afrique), prendra toute sa place. Il est temps qu’à ce niveau-là, qu’on puisse nous considérer comme faisant partie intégrante de nos institutions, pour que nous puissions, tous ensemble, en coordination, apporter notre contribution et être impliqués dans l’amélioration de notre système de santé. La diaspora ne pouvait rester en marge de l’élan de solidarité généré par ce drame. C’est pourquoi les médecins de la diaspora avaient décidé, spontanément, d’apporter leur modeste contribution, en donnant de leur temps et en mettant à la disposition des populations congolaises et des pouvoirs publics, leur expertise».
Wiliam Bongho, quant à lui, a  bien apprécié l’intervention rapide des pays amis du Congo, dont l’aide  apportée a permis de répondre, efficacement, à l’urgence. «Après la catastrophe que nous avons connue à Brazzaville, les images ont été insoutenables à voir à la télévision et le constat  sur place a été également difficile à supporter. Cela m’a interpellé et il a fallu faire face aux amis, pour s’organiser, en vue de vite aider le pays. Ainsi, il a été décidé d’appuyer les efforts d’urgence sur place. Cette démarche de S.d.a  a été menée sans demander l’aide du gouvernement, sinon que sa  caution morale. L’appui a été donné par le sponsor, qui est l’Agence de régulation des postes et communications électroniques», a-t-il dit.

Philippe BANZ