Lutte contre le poliovirus sauvage : Un quatrième passage de vaccination, pour mieux sécuriser les populations

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le directeur général de la santé et président du comité technique de gestion des épidémies, le prof. Alexis Elira Dokekias, a fait un point de presse, mardi 15 février 2011, dans son cabinet de travail, au Ministère de la santé et de la population, à Brazzaville. L’objectif était d’informer les populations de la nécessité d’un quatrième passage de vaccination, le lundi 21 février prochain, contre l’épidémie de la poliomyélite sauvage. A cette occasion, il a invité la population à adhérer, massivement, à cette campagne et à réserver un  accueil chaleureux aux équipes de vaccination. «Il ne s’agit pas d’une vaccination de luxe, mais importante», a-t-il dit.

Pour le directeur général de la santé, le quatrième passage de vaccination ne s’explique pas parce que les trois premiers passages étaient insuffisants. Mais, par précaution. «Face au risque permanent d’importation du virus qui continue à circuler entre les frontières qui sont très poreuses et par le fait que deux cas de poliovirus sauvage ont été détectés sur les sujets immunisés, en janvier dernier», a expliqué Alexis Elira Dokekias.

C’est pourquoi, le gouvernement, avec l’appui des partenaires, a décidé de réaliser un quatrième passage de vaccination, pour mieux immuniser les populations contre le poliovirus sauvage qui a, déjà, attaqué 543 personnes et entrainer 220 décès. «Cette campagne débutera le lundi 21 février prochain, dans les grandes localités et le 22 février, à l’intérieur du pays. Les équipes de vaccination vont se scinder en zones. Il y aura ceux qui iront vers le Gabon, l’Angola et ceux qui iront vacciner à l’intérieur du Congo. Ceci, de telle sorte qu’on puisse, au maximum, sécuriser notre population et constituer un véritable bouclier solide contre le poliovirus sauvage», a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, le directeur général de la santé a précisé que cette campagne se fera de façon simultanée et synchronisée avec les pays voisins. «Le Gabon et la République Démocratique du Congo débuteront aussi leurs campagnes, le 22 février 2011».

Comme les trois précédents passages, le quatrième passage de vaccination consistera à administrer deux gouttes de vaccin par la bouche. «C’est un vaccin qui est inoffensif et couvre les deux souches les plus virulentes: le poliovirus de type 1 et 2. Il ne s’agit, donc, pas d’une vaccination de luxe, mais importante».

A ce titre, il a invité les Congolais à adhérer, massivement, à cette campagne de vaccination qui va se faire selon les mêmes stratégies, c’est-à-dire au niveau des centres de groupement que représentent les entreprises, les écoles, l’administration publique et de porte-à-porte dans les quartiers, les villages.

Outre ce quatrième passage, le directeur général de la santé a indiqué que le gouvernement entreprend d’organiser, dans le futur, un autre passage de vaccination uniquement dans les zones ou règne l’épicentre de l’épidémie, à savoir: les départements de Pointe-Noire, du Kouilou et du Niari. «Toutes ces mesures concourent à renforcer notre sécurité contre le poliovirus sauvage», a-t-il souligné.

Signalons qu’au cours de ce point de presse, Alexis Elira Dokekias a mis à la disposition de la presse, une liste de 42 médicaments antipaludiques retirés du marché dans l’Union européenne. «Il est prouvé que ces médicaments sont à l’origine de l’insuffisance rénale qui tue spontanément». (Voir liste des médicaments retirés, en encadré)

Cyr Armel YABBAT-NGO