Délégation générale à la promotion des valeurs de paix et à la réparation des séquelles de guerre : Des journées portes ouvertes organisées à Pointe-Noire

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La délégation générale pour la promotion des valeurs de paix et la réparation des séquelles de guerre, structure relevant de la présidence de la République, a organisé, du 29 au 30 septembre 2011, au Forum Mbongui, à Pointe-Noire, des journées portes ouvertes sur ses missions et ses projets. C'est le ministre d'Etat Firmin Ayessa, directeur de cabinet du chef de l'Etat, qui a présidé la cérémonie d'ouverture de ces journées, en présence de Frédéric Bintsamou, délégué général à la promotion des valeurs de paix et à la réparation des séquelles de guerre.

L'objectif des journées portes ouvertes organisées par la délégation générale à la promotion des valeurs de paix et à la réparation des séquelles de guerre était de faire connaître ses missions à la communauté économique de la ville de Pointe-Noire, et les projets qu'elle entend réaliser en faveur des anciennes zones de conflits. Histoire de susciter le soutien des acteurs économiques, notamment les entreprises, les agences des Nations unies, comme le F.n.u.a.p et d'autres organisations. Ainsi, parmi ses projets, la délégation générale entend créer une cellule de gestion des aides et des financements de projets pour la paix et pour la réparation des séquelles de guerre.
Ces journées ont permis de faire part de l'impact social des sinistrés se trouvant dans les anciennes zones de conflits, en les soutenant par diverses actions spécifiques. Cela s'est fait par la projection de diapos et de vidéos et la distribution de prospectus, présentant les spécificités des séquelles de guerre. Le tout pour susciter la solidarité et l'intérêt de la communauté économique de la ville océane aux populations ayant subi les conflits armés. De ce fait, il s'agit de consolider la paix et l'unité nationale.
Après l'allocution d'ouverture du ministre d'Etat Firmin Ayessa, l'assistance a suivi une projection d'images sur les séquelles de guerre, commentées par le commissaire Philippe Ané, coordonnateur du projet. De même, il y a eu la présentation de la charte d'adhésion.
Le deuxième jour était consacré aux échanges entre les participants et les responsables de la délégation générale. Les différents représentants des organismes ont cherché à connaitre, entre autres, le nombre de dossiers déjà enregistrés, le montant alloué à une victime de guerre, les modalités de rétribution des aides à chaque victime, le mode de prise en charge des victimes enterrées à la sauvette dans les anciennes zones de combats, etc.
Les participants, plus de six cents dans la salle, se souvenant du fonds Africa initié par le chef de l'Etat, Denis Sassou Nguesso, pour les victimes de l'apartheid en Afrique du Sud, ils ont suggéré une institution identique, pour les victimes des conflits armés dans notre pays.
Après l'éclairage du délégué général Frédéric Bintsamou, les représentants des organisations présentes ont adhéré à ce projet, pour soutenir la dynamique de la paix dans notre pays. La cérémonie de clôture de ces journées s'est déroulée sous le patronage de Fréderic Bintsamou, qui signait ainsi sa première visite de travail dans la capitale économique, où il est arrivé par train, depuis qu'il a été nommé à ce poste, par décret présidentiel. Reçu par le préfet de Pointe-Noire, Alexandre Honoré Paka, il était logé à Mpaka (un quartier du troisième arrondissement, Tié-Tié), où il a tenu un meeting, le dimanche, avant de quitter la ville océane.

Equateur Denis NGUIMBI