Ministère des hydrocarbures : La production pétrolière congolaise a atteint des sommets au cours de l’année 2010

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La cérémonie de présentation de vœux de nouvel an au ministre des hydrocarbures, André-Raphaël Loemba a eu lieu, le mercredi 19 janvier 2011, dans le jardin de l’immeuble des mines où se trouve le cabinet du Ministère des hydrocarbures, à Brazzaville. Cette cérémonie, qui a regroupé l’ensemble des cadres et agents de ce département ministériel et de la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo), des responsables des sociétés pétrolières installées au Congo et des responsables syndicaux a permis au Ministère des hydrocarbures, de faire le point des actions réalisées en 2010, une année au cours de laquelle la production pétrolière congolaise a atteint des sommets.

 

 

Tout d’abord, au nom des travailleurs, Serge Bouiti-Viaudo, directeur de cabinet du ministre des hydrocarbures, a dressé le bilan de 2010, qui a été, selon lui, très riche, pour le secteur pétrolier, en amont et en aval. D’importantes actions ont été également menées dans les domaines relatifs à la coopération, à l’hygiène, à la sécurité et à l’environnement.

En matière d’exploration, les travaux ont  été  réalisés sur dix permis. Selon le directeur de cabinet, malgré les résultats mitigés de ces travaux, les perspectives en exploration demeurent encore intéressantes, au regard du nombre  de permis sur lesquels se déroulent les travaux, des programmes de travaux restants et des résultats déjà obtenus.

En matière de production, la croissance se poursuit. La production de l’année 2010 s’élève à 114.523.333 barils, soit une production moyenne de 313.763 barils par jour. Cette production est en augmentation de 14% par rapport à l’année 2009, grâce essentiellement à la  montée en régime des nouveaux champs et au bon comportement des vieux champs. Il a y a eu, également, une bonne valorisation des hydrocarbures congolais en ligne,  avec le niveau élevé du prix des hydrocarbures dans le monde.

«Pour ce qui est de l’aval pétrolier, des actions ont été menées tendant à améliorer l’approvisionnement en produits pétroliers dans notre pays, avec notamment:

- l’acquisition par la Sclog de dix wagons-citernes  consacrés au transport massif du jet et du pétrole lampant;

- la mise en service de nouvelles stations mobiles par la S.n.p.c à Ewo, Okoyo et Etoumbi;

- un fonctionnement normal de la Coraf qui a traité 656.210 tonnes de brut;

- enfin, une bonne réactivité et une bonne présence des marketeurs», a dit le directeur de cabinet.

Les travailleurs, à travers Serge Bouiti-Viaudo, ont reconnu que les défis et les enjeux du secteur pétrolier sont encore importants et ils ont rassuré le ministre de leur soutien.

A son tour, le ministre André Raphaël Loemba a reconnu que «l’augmentation de la production de pétrole et de gaz, conjuguée à un niveau relativement élevé du prix du baril de nos différents bruts ont permis de générer des recettes substantielles pour notre pays». Il s’est réjoui de ce que, «malgré quelques problèmes logistiques, l’approvisionnement en produits pétroliers a été réalisé de façon constante, grâce au professionnalisme et aux différentes actions menées par la S.n.p.c, la Sclog et tous les marketeurs installés dans notre pays».

Le ministre a, aussi, souligné que les résultats réalisés doivent plutôt les inciter à continuer d’être les moteurs de la croissance de l’économie congolaise. C’est pourquoi, il a exhorté les dirigeants à continuer d’investir dans le capital humain, par la fonction, le développement des compétences du personnel, «car la principale matière est constituée par les hommes et les femmes qui travaillent dans nos administrations et  nos entreprises», a-t-il dit.

Philippe BANZ.