ASSOCIATIONS : La CAPPED lance son nouveau produit: Le crédit agricole

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le nouveau produit de la Caisse de participation à la promotion des entreprises et à leur développement (CAPPED) dénommé le crédit agricole a été officiellement présenté aux membres, le vendredi 13 mars dernier, à Brazzaville, au cours d’une cérémonie patronnée par Ghislaine Mampouya, directrice générale de la CAPPED. Elle avait à ses côtés le Dr Jeannin Damba et Valdain Kimbembe tous deux cadres de la CAPPED. Avec ce lancement, la CAPPED élargi sa gamme de produits. 

 

Ghislaine Mampouya a tout d’abord rappelé la motivation qui a poussé à proposer ce produit. Pourquoi l’agriculture? Tout simplement parce que ce secteur, malgré le fait qu’il est porteur, éprouve d’énormes difficultés. Il est perçu comme étant un parent pauvre. «Cela a interpellé la CAPPED, pour donner un peu de vigueur par l’octroi de crédits à nos parents qui évoluent dans ce secteur, étant donné que nos grands-parents et arrière-grands-parents étaient majoritairement des cultivateurs et agriculteurs» a-t-elle indiqué. Elle a rappelé qu’avant de proposer ce produit aux membres de la CAPPED, une ronde dans quelques agences de la CAPPED avait été faite de janvier à février 2020 dans différentes localités pour une étude de marché du crédit agricole. Cette étude a révélé qu’il y avait plus de femmes concernées que d’hommes. Une centaine de personnes et coopératives ont donné leur avis, 33% d’hommes et 67% pour de femmes. Il ressort de cette étude de marché que les cultures pratiquées sont: le manioc, la patate douce, le maïs, les ignames, les bananes, l’ananas, le haricot et tous les produits de maraîchage (tomate, concombre, ciboule, choux, oseille, haricot vert, piments, courge, carotte, épinard, poivron, autres légumes etc). Elle a souligné que les difficultés sont les mêmes partout: changement climatique (abondance de pluies), manque de serres, manque d’équipement, manque d’accompagnement technique, manque de financement, semences de mauvaise qualité, concurrence des produits importés (Cameroun et RDC), peu d’espaces de vente ou d’écoulement des produits, besoins de financement, fonds de roulement et d’équipement.
Pour prendre un crédit, les montants vont de 50.000 FCFA à 8.000.000 FCFA pour une durée de remboursement de 3 à 12 mois. La directrice générale a précisé que les secteurs à financer sont entre autres l’agriculture, l’élevage, le maraîchage, la pisciculture, l’apiculture, l’agro-alimentaire, le commerce (petit équipement, intrants etc).
S’agissant des objets de crédit, il y a les semences, le petit bétail, l’aliment de bétail, le matériel d’exploitation, la construction de bâtiment et d’enclos. Autres travaux: location tracteur, réparation et maintenance d’un engin agricole, labour, pulvérisation…
A propos des conditions d’accès au crédit: il faut avoir une expérience professionnelle d’au moins un an, avoir une comptabilité sommaire, avoir un compte à la CAPPED. En ce qui concerne les conditions de prêt, crédit d’investissement: montant de 100.000 FCFA à 5.000.000 FCFA, taux 3% durée 24 mois, différé selon les cas. Garantie financière 20%; garantie matérielle: hypothèque ou fonds de garantie du groupement (30%) Tandis que pour le crédit de fonds de roulement: le montant est de 100.000 FCFA à 3.000.000 FCFA, taux 3% durée 12 mois; différé: 3 à 6 mois; garantie matérielle: hypothèque ou fonds de garantie du groupement (30%) de décaissement: en une ou plusieurs fois.
La directrice générale de la CAPPED a indiqué que le crédit agricole n’était pas un projet, encore moins un don ou un cadeau, c’est un crédit qu’il faut à tout prix remboursé. Cette initiative a été vivement saluée par les membres qui demandent à la CAPPED de voir quelques tarifs à la baisse compte tenu des réalités sur le terrain.

Pascal AZAD DOKO

 

Informations supplémentaires