DISPARITION : Le journaliste Borgia Samba s’est endormi pour l’éternité

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La République a rendu hommage au journaliste Miguel Borgia Samba Bouesso, directeur de l’information de la Télévision nationale congolaise, décédé le 28 novembre 2019 à Brazzaville, des suites d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Avant sa mise en terre le 7 décembre, une cérémonie présidée par Thierry Lezin Moungalla, ministre de la Communication et des médias, a réuni plusieurs autorités dont Alain Akouala Atipault, ancien ministre de la Communication, Philippe Mvouo, président du Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC), ses collègues et confrères de la profession. Il a été inhumé au cimetière privé Bouka.


Vive émotion, souvenirs, moments d’évocation ont marqué la cérémonie d’hommage à Miguel Borgia Samba Bouesso, journaliste chevronné, décédé à l’âge de 43 ans. Les professionnels de l’information et de la communication réunis au Centre national de radio et de télévision (CNRTV) à Nkombo-Matari ont tenu à lui rendre un vibrant hommage.
Prononçant l’oraison funèbre, le directeur général de Télé-Congo, André Ondélé, a rappelé les valeurs qu’incarnait Borgia Samba. «DI, alors que la République soufflait une bougie de plus, tu as tiré ta révérence. Tu es une figure de renom de la presse congolaise, un astre, un être exceptionnel. Qu’il me soit permis de rappeler que ce n’est pas la même aura, la même personnalité et le même génie qui caractérisent les hommes. Ceux-ci diffèrent d’un individu à un autre, selon les façons d’être, d’agir et de réagir. Il y a des grands, il y a les héros, ceux qui sont gravés dans les manuels d’histoire. Ils sont les têtes d’affiches, les acteurs divers les immortalisent, et Borgia appartenait à cette catégorie…», a-t-il dit, le cœur meurtri.
Le message des journalistes et amis de Borgia Samba délivré par le directeur de la communication au ministère des Affaires étrangères, Jocelyn Francis Wabout, était tout émouvant. Tous ou presque plaident pour l’immortalisation de sa mémoire, et ont souhaité que la salle de rédaction de Télé-Congo soit débaptisée «Salle Borgia Samba». Et, qu’il soit aussi initié un concours ou un prix en sa mémoire, qui primera les meilleurs reportages chaque 28 novembre, date de sa mort.
Après l’hommage officiel, la dépouille du journaliste a pris le chemin de la paroisse Saint-Grégoire de Kingoma (Massengo), où une messe des funérailles a été célébrée avant sa mise en terre. Au cours de celle-ci, le père Ignace Kidzimou, curé de la paroisse, a retracé les grands traits de ce personnage qu’il a connu, et qui était devenu son chrétien. Baptisé, confirmé, Borgia avait également fait sa consécration à la Vierge Marie: par la profession de foi ou scapulaire.
Né en 1976 à Brazzaville et fils d’un enseignant, Borgia Miguel Samba Bouesso obtint son Baccalauréat série A4 en 1995 au lycée Thomas Sankara de Brazzaville qui le conduisit au département des Sciences et techniques de la communication de l’Université Marien Ngouabi où, après le tronc commun, il opta pour le journalisme.
En 1998, année où il obtint sa licence, il intègre concomitamment la Radio Liberté, avant d’être recruté à la Fonction publique en 2003.
Affecté à la Télévision nationale congolaise, il gravit rapidement les marches et devient l’un des grands présentateurs des journaux et animateurs des tribunes. Entre 2009 et 2012, il assure les fonctions de directeur de l’information, en même temps que collaborateur du ministre Charles Zacharie Bowao à la Coopération, puis à la Défense nationale.
Entre 2013 et 2014, il bénéficie d’une formation à la faveur d’une bourse aux Etats-Unis.
Regorgeant de potentialités et bénéficiant de la confiance de sa tutelle, il est renommé en 2018 directeur de l’information, poste qu’il a occupé jusqu’ à sa mort.
Outre ses fonctions de directeur, ce talentueux journaliste était attaché de presse au commandement de la Gendarmerie.
Le défunt était doté de plusieurs valeurs et qualités, entre autres, l’amour du travail bien fait, l’honnêteté, l’humilité et l’altruisme.
Tous les témoignages recueillis s’accordent à dire que Borgia a laissé un vide qui sera difficile à combler.

Affe MASS (Stagiaire)