ANTIVALEURS : La majorité présidentielle réaffirme sa détermination à accompagner le Gouvernement

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les partis de la majorité présidentielle se sont retrouvés le vendredi 29 septembre dernier au Palais des congrès en assemblée générale, sous l’autorité de Pierre Ngolo, président par intérim de cette plateforme politique qui soutient le président de la République. Les questions essentiellement politiques et économiques se rapportant à la vie nationale ont été au centre de cette rencontre qui a connu une forte mobilisation des militants et sympathisants.

 

Ils étaient venus en grand nombre dans leur hâte de se voir définir le cap au moment où une lassitude perceptible gagne quelques-uns.
La majorité présidentielle tarde à asseoir une ligne directrice en conformité avec la voie tracée par le président de la République sur les antivaleurs alors que sa principale frange, le PCT, est secouée par des querelles de clocher, d’où l’absence remarquée de certains de ses ténors à cette rencontre qualifiée de rentrée politique.
Face à ces errements à l’évidence déstabilisants, reprendre la main et fixer un cap conséquent apparaissaient impérieux pour le directoire de cette plateforme politique. Quoi qu’il en soit, l’accord conclu entre le Congo et le FMI, la découverte et l’exploitation pétrolière dans le delta de la Cuvette, la récente visite de travail du président Denis Sassou Nguesso en France, le 5e Forum ‘’Investir en Afrique’’, sont des sujets qui ont été abordés.
Dans son mot d’ouverture, Pierre Ngolo a rendu un hommage à Jacques Chirac, ancien président français, décédé le 26 septembre 2019, à Paris. Pour lui, la conjoncture économique et financière difficile que traverse le Congo, contribue à décupler l’inspiration ainsi que l’activisme de leurs adversaires qui inondent la République des Fake New et des chimères.  «Nous devons agir absolument pour que le Gouvernement s’attèle efficacement à mettre en œuvre le programme conclu avec le FMI et prenne toutes les initiatives de relance de l’économie nationale pour que les Congolais retrouvent espoir et gaieté. Nous n’avons pas le droit de décevoir le peuple qui nous a fait confiance», a-t-il dit.
Le ministre d’Etat Gilbert Ondongo a, quant à lui, expliqué l’accord conclu avec le FMI le 11 juillet dernier. «Cet accord de prêt d’un montant de 448,6 millions de dollars américains, soit 259 milliards de F.CFA, est classé dans la catégorie des prêts concessionnaires du FMI, relevant précisément de la facilité élargie de crédit. Après analyse du mémorandum des politiques économiques et financiers qui constituent le programme, le Gouvernement a identifié 48 mesures dont la mise en œuvre correcte aboutirait au succès ou plutôt à une bonne exécution du programme», a-t-il précisé.
Tout en se réservant d’inventorier ces différentes mesures, Gilbert Ondongo a néanmoins indiqué qu’elles sont disponibles au niveau des administrations compétentes et même sur certains sites Web. «Chaque mesure identifiée par le Gouvernement comporte une échéance de son exécution et une indication sur l’Institution ou l’organisme chargé de sa mise en œuvre. Les Institutions concernées sont: la présidence de la République et le Gouvernement pour la plus grande partie. La Cour des comptes et de discipline budgétaire est aussi concernée. Au nombre des établissements publics impliqués, il y a la SNPC. Le suivi de la mise en œuvre du programme: il est créé au niveau du Gouvernement, un Comité de suivi du programme basé au ministère des Finances et du budget. A l’Assemblée nationale, il est mis en place une Commission ad hoc de 15 membres représentant toutes les sensibilités politiques qui a charge du suivi de la mise en œuvre du programme. Au niveau du FMI, le programme fera l’objet d’un suivi semestriel par le Conseil d’administration qui s’appuiera sur les revues du programme organisées au Congo par l’équipe pays du FMI. La prochaine revue est prévue pour le mois de décembre 2019. Elle évaluera ce que le Congo a pu faire pendant les premiers mois de la mise en œuvre du programme».
A l’issue des débats, les militants ont jeté leur dévolu sur les questions sociales, notamment les salaires, les bourses et les pensions des retraités pour lesquelles la salle s’est montrée enthousiaste. Même s’il n’a pas été fait état du remaniement de l’équipe gouvernementale, il a pourtant été évoqué en sourdine par nombre de militants.
Dans la déclaration rendue publique, les partis de la majorité présidentielle ont réaffirmé leur satisfaction quant à l’aboutissement «heureux des longues et âpres négociations qui ont conduit à la signature d’un accord avec le FMI». Tout comme leur soutien au président de la République et au Gouvernement qu’ils ont exhorté à mettre en œuvre les mesures et la feuille de route issues de ces négociations; «à travailler sans relâche pour ne pas décevoir les espoirs suscités par la conclusion de cet accord».
La majorité présidentielle a aussi réaffirmé sa détermination à suivre l’application par le Gouvernement des termes de l’accord FMI-Congo. Ces partis ont salué l’annonce de la découverte du gisement dans le Delta de la Cuvette. «Cette découverte est d’une importance économique majeure d’autant plus que les opérations d’exploration menées ont mis en évidence la présence de réserve de pétrole de qualité. Il n’y a donc pas lieu d’inviter la polémique dans ce sujet, mais plutôt encourager cette société et tous les opérateurs compétents à tout entreprendre pour la réussite de ce projet qui devrait contribuer à l’amélioration de la situation économique du pays», ont-ils fait savoir.
Face aux tentatives, selon eux, de manipulation, de désinformation et de déstabilisation, ils ont appelé à la sérénité, à la vigilance, au renforcement de la cohésion, de l’unité nationale et de la mise en avant de l’intérêt général.
Ils ont par ailleurs réaffirmé leur soutien au président de la République et l’engagement à accompagner le Gouvernement dans la lutte contre les antivaleurs et toute autre comportement déviant, afin de juguler la crise économique et financière que traverse le pays.
Clôturant les travaux, Pierre Ngolo a invité les partis de la majorité présidentielle à être désormais sur le terrain pour passer le message de la majorité, «contrer toute campagne de diversion, de mensonge, de désinformation et de désintoxication».

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires