POOL : Les jeunes s’engagent à tourner le dos à la violence et à être des acteurs de paix

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

A l’initiative de l’association des élèves et étudiants ressortissants du Pool, il s’est tenu, du 21 au 23 juin 2019 à Kinkala, les assises de la jeunesse du Pool. Pour marquer, selon les organisateurs, une rupture avec les habitudes du passé et faire prendre conscience aux jeunes du rôle important qui est le leur dans le développement du département et, partant, du Congo.

 

Sous le parrainage de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, ces assises ont été ouvertes par Georges Kilebé, préfet du Pool, en présence de Michel Bouboutou Mampouya, président du Conseil départemental du Pool; Joseph Kifoua, maire de Kinkala, ainsi que les représentants des rois Makoko et Mâ Loango, de l’ambassade de France et du Haut-commissariat à la réinsertion des ex-combattants. Placées sous le thème: «Place et rôle des jeunes dans la conscientisation de la paix, la promotion du vivre ensemble et la reconstruction du Pool», ces assises visent à amener la jeunesse du Pool à changer de mentalités, en marquant la rupture avec les habitudes d’un passé marqué par des violences armées devenues récurrentes depuis l’ouverture du Congo à la démocratie.
Elles se sont données comme objectifs de rassembler les jeunes pour prendre conscience de leur rôle dans la conscientisation à la paix; prendre leur place dans la reconstruction du département et son développement; apprendre ou réapprendre les notions fondamentales du vivre ensemble; combattre le repli identitaire et apprendre à s’ouvrir aux autres; favoriser le pardon et la réconciliation entre jeunes des différentes catégories et avec les aînés.
Les travaux se sont organisés autour des échanges entre les jeunes venus des différents districts du département, des associations, des confessions religieuses, de l’administration, de la Force publique, des personnalités, des institutions  publiques et traditionnelles; les  conseils ont été prodigués par des aînés; donner le pardon pour favoriser la réconciliation pour tourner définitivement le dos au passé et s’engager dans une nouvelle ère du vivre-ensemble débarrassée de la hantise des violences armées.
L’intérêt de ces assises était d’apporter une contribution significative à la réappropriation des valeurs de paix et du vivre-ensemble dans le département du Pool qui a connu, ces dernières années, une énième période d’hostilités armées avec des conséquences sur les populations et provoqué des victimes, des déplacements massifs et des dégâts importants.
Il s’agissait de réinstaurer un vrai climat de dialogue entre générations, pour faire de telle sorte que les contradictions qui peuvent surgir ne dégénèrent plus jamais en violences armées. De ces assises, il est attendu une prise de conscience de la jeunesse du Pool sur la nécessité de sauvegarder la paix dans le département et dans le pays; une prise de conscience  de savoir se prendre en charge; l’abandon de la culture de violences armées; l’ouverture des jeunes  à la culture du développement; la réconciliation de la jeunesse avec elle-même et avec les aînés; le respect des valeurs traditionnelles du vivre ensemble et du respect des autres; le changement des mentalités, ainsi que l’engagement à la culture de l’entreprenariat et au développement.
Le maire, Joseph Kifoua, a, dans son allocution, soutenu que ces assises suscitaient un grand espoir à toute la population du département du Pool en général, et celle de Kinkala, sa commune, en particulier.
Pour Mgr Louis Portella Mbuyu, ce moment des assises de la jeunesse du Pool pourrait être déterminant dans l’histoire du pays. «Que les jeunes qui ont vécu dans leur chair les douleurs de la violence avec  ses conséquences qui s’égrènent en termes de destruction, à la fois, physique, économique, psychologique et morale, décident de se relever, de vouloir se ressaisir pour ne plus subir les aléas de l’histoire, mais pour en être des acteurs lucides, conscients et déterminés. Voilà l’agréable surprise qu’ils veulent faire à la nation toute entière», a-t-il affirmé.
De son côté, le préfet Georges Kilebé a estimé que l’initiative de l’association des élèves et étudiants ressortissants du Pool est encourageante. «Par la tenue de vos assises, a-t-il dit, vous venez de mettre la main à la pâte dans le processus de paix dans le département. Que vos assises soient concluantes. En tant que force vive, force active du département, venez jouer votre partition; changez les mentalités de vos confrères en faisant une rupture sur le comportement déviant du passé, devrait être notre préoccupation partagée. Prenez donc conscience; prenez à bras le corps le  sens de votre responsabilité pour notre mieux vivre ensemble».
A l’issue de ces assises, une déclaration dite «déclaration de la jeunesse du Pool» a été adoptée, en plus des motions et recommandations portant, entre autres, sur l’interdiction du port d’armes par les agents de la Force publique en milieu public; l’interdiction par les agents de la Force publique de régler les problèmes des populations, afin d’éviter les soulèvements populaires et les conflits sociaux; l’installation du Pasteur Ntumi dans un centre urbain pour un vrai espoir de paix; la mise en place des mécanismes de la conscience civile dans tous les districts; la création des conditions d’élévation de la conscience professionnelle en milieu jeune, etc.
Quelques activités connexes conformes aux objectifs visés par ces assises ont été également organisées. Il s’agit de la marche de la paix, le culte œcuménique pour le pardon et la réconciliation et la soirée culturelle.
Clôturant ces assises, Mgr Louis Portella Mbuyu a appelé les jeunes à un changement de comportement, de mentalité et de méthodes d’action. Il faut tourner la page du passé: «Vous êtes capables de faire du neuf dans ce département; capables de vivre en paix, de s’écouter, de pouvoir nous accepter les uns des autres quels que soient les défauts ou les qualités que nous pouvons avoir; capables de vivre dans l’honnêteté, la justice, la vérité et surtout dans l’amour. Tous ces changements exigent un véritable engagement», a-t-il dit aux jeunes.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires