SIGNATURE DU PROTOCOLE D’ACCORD ENTRE LE PROGRAMME SUCRE CONGO-UNION EUROPÉENNE ET L’ASSOCIATION POINTE-NOIRE INDUSTRIELLE(APNI) : Appuyer les PME-PMI pour la diversification économique du tissu économique du département de la Bouenza

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’unité de coordination du Programme Sucre Congo, structure placée sous la tutelle du ministère en charge de l’Industrie, a procédé à la signature d’un protocole d’accord de trente mois (6 mois de formulation et 24 mois de mise en œuvre), avec l’Association Pointe-Noire industrielle (APNI), pour son expertise dans le cadre de l’appui aux Petites et moyennes entreprises (PME), en vue d’un appui à la formulation et à la mise en œuvre d’un programme d’assistance intégrée aux porteurs de projets dans le département de la Bouenza.

Le document a été paraphé par Messieurs Théodore Mvouli, coordonnateur national du Programme Sucre Congo-union européenne, et Sylvestre Didier Mavouenzela, président de la Chambre de commerce de Pointe-Noire et président de l’Association Pointe-Noire industrielle. La cérémonie a eu lieu au siège du Programme Sucre, à Brazzaville, samedi 15 juin 2019. Ce protocole d’accord vise l’appui des très petites et moyennes entreprises, dans le cadre de la diversification économique du département de la Bouenza, une région sucrière.  
On rappellera à souhait que l’union européenne appuie le Gouvernement congolais  dans la mise en œuvre de la stratégie nationale sucre qui s’articule autour de quatre piliers :  renforcement de la compétitivité du sucre congolais sur le marché national et international(i), appui à la diversification du tissu économique du département de la Bouenza (ii),désenclavement des bassins de production(iii) et amélioration des conditions de vie des populations du département(iiii). Sous l’angle de la diversification économique, il est préconisé de créer les conditions favorables dans la région sucrière à l’implantation des entreprises, y compris par la création d’un incubateur-pépinière de Très petites entreprises (TPE) et Petites et moyennes entreprises (PME), d’une part, la formulation et la mise en œuvre d’un programme d’assistance intégré aux porteurs de projets, d’autre part.
L’Association Pointe-Noire industrielle, signataire de ce protocole d’accord, réunit les différents acteurs du développement économique local pour favoriser la création et le développement des TPE et PME, en les accompagnants à chaque étape de leur parcours. Les actions de l’APNI s’articulent autour de quatre grands axes à travers différents services et projets, notamment: le renforcement des capacités; l’accès à l’information économique; l’accès au financement; et l’accès à la formation. Le dispositif d’accompagnement mis en place par l’APNI s’est révélé efficace au regard des performances réalisées. Ainsi, la convergence des objectifs visés par l’APNI et l’unité de coordination du Programme Sucre Congo-UE, en matière de contribution à l’émergence d’un tissu des TPE et PME, a conduit à un rapprochement des deux parties. Les activités prévues dans le cadre de la mise en œuvre de ce protocole d’accord sont déclinées en deux phases. La première portera sur la formulation du programme d’assistance intégré aux porteurs de projets et analyse des conditions d’un incubateur-pépinière de TPE et PME dans la région sucrière. La seconde phase sera axée sur la mise en œuvre de ce programme.
Monsieur Analex Chancel Tsimba, assistant appui institutionnel et communication au Programme Sucre Congo, s’étant prêté à notre micro, a dégagé l’importance de cet accord tout en rappelant les interventions du programme sucre dans le département: «Le Programme Sucre Congo-union européenne vise particulièrement la diversification du tissu économique du département de la Bouenza. Nous voulons, dans le cadre de la diversification économique, appuyer les petites et moyennes entreprises dans leur structuration, leur organisation, leur appui technique et formation, leur accès au financement  pour que celles-ci puissent être capables de bien mener leurs activités et ainsi contribuer à atteindre cet  objectif de diversification économique local l’une des composantes du programme sucre.
L’APNI, par ce protocole d’accord, contribuera à pérenniser les acquis du programme sucre dans le département la Bouenza.
En lien avec la diversification économique de la région sucrière, le programme sucre finance, actuellement, le projet d’appui aux petits producteurs de haricots dans la Bouenza mis en œuvre par le consortium PAM-FAO-FIDA avec le concours du ministère de l’agriculture et l’institut de recherche agronomique de Loudima. 200 producteurs de haricots sont appuyés pour produire 1600 tonnes de haricots en trois ans, dont 30% seront rachetées par le PAM au profit des cantines scolaires.  Toujours dans une logique filière, 12  pépiniéristes regroupés en groupement d’intérêt économique (GIE) ont bénéficié d’un appui technique et financier  avec le projet INECO (initiatives Economiques locales financé par le programme sucre et  mis en œuvre par l’ONG française Initiatives Développement avec le conseil départemental de la Bouenza contribuant, à la relance de la filière bois-énergie et fruitière. Le programme sucre a financé un autre projet similaire avec l’ONG ACTED intitulé dynamisation des chaines économiques dans la Bouenza. Des pisciculteurs, maraichers et transformateurs d’aliments ont bénéficié des appuis multiformes de ce projet pour booster leur compétitivité. On retiendra par exemple l’appui à un  meilleur  accès au financement à travers les caisses d’épargnes et de crédit (CMEC) qui elles-mêmes ont  été bénéficiaires des formations sur la gestion des IFM.   Au titre  de la composante infrastructure du programme sucre, nous avons financé la  construction  d’une station de traitement des eaux usées de la sucrerie du Congo afin de réduire la toxicité des effluents rejetés  dans le fleuve  Niari. Des dalots, 26 au total, ont été érigés sur les axes Madingou-Kinbounda, Kinssaka-Sonoc, Kindzaba-Bouassa, environnants le complexe sucrier pour améliorer tant soi peu, la circulation des personnes et des biens dans le département. C’est  donc un programme spécifique qui concerne la région sucrière, au titre des mesures d’accompagnement en faveur des pays ACP-signataire du protocole sucre, lequel  octroyait des préférences commerciales auxdits Etats dans l’exportation du sucre vers l’UE sans droits de douanes et à des prix garantis deux à trois fois supérieur au cours mondial en matière du sucre. La réforme de ce protocole en 2005 a fait perdre ces avantages préférentiels à ces états avec des retombées substantielles sur les revenus d’exportation du sucre.  Ainsi, pour atténuer les conséquences de la réforme du régime sucre de l’UE sur les industries des pays ACP, la commission  de l’UE a proposé de fournir une aide au développement  résumée par les axes de la stratégie nationale d’adaptation du secteur sucrier.
Le document de stratégie, dans sa version finale, a été présenté successivement à l’UE en mai 2007, et en conseil des Ministres le 05 juin 2007. Il  a été  validé par  décret n°2008-26 février 2008. Le programme sucre cofinancé par l’UE et le Congo à hauteur de 12.618.000 euros, connu aussi de son slogan «Koulissa», qui veut dire faisons développer la région sucrière,  met ainsi en œuvre la stratégie nationale sucre.