Gendarmerie nationale : 2011, année du lancement des actions de modernisation

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le général de division Gilbert Mokoki, commandant de la gendarmerie nationale, a appelé à une maîtrise réelle des effectifs dans les différentes unités et services, au cours de cette année 2011, qui sera marquée par le lancement des actions de modernisation de la gendarmerie nationale, conformément aux orientations du chef suprême des armées. C’était lors de la cérémonie de présentation de vœux, samedi 29 janvier 2011, au commandement dudit corps, à Brazzaville, en présence des officiers responsables des différents services, des sous-officiers et du personnel civil évoluant au sein de la gendarmerie nationale.

Tout a commencé avec le bilan de l’année écoulée, fait par le colonel Paul Victor Moigny, commandant en second et chef d’Etat-major. Après avoir évoqué les objectifs prioritaires et les directives particulières fixés aux responsables de la gendarmerie nationale et particulièrement, qui mettaient au centre des préoccupations, la question cruciale de la formation et de l’équipement, le commandant en second a insisté sur la problématique de la sécurité des personnes et des biens, raison d’être des forces de police et du métier de la gendarmerie. «La gendarmerie nationale a constaté, au plan de la police judiciaire, 1.859 crimes et délits, au cours de l’année 2010, contre 2.293, en 2009, soit une régression de 434 cas. C’est l’occasion de rendre hommage à nos unités et services qui ont, durant toute l’année, effectué des saisies sur des trafiquants véreux d’espèces fauniques protégées. Concernant la police de route, nos unités ont constaté 793 cas d’accidents de la route, ayant occasionné 1.106 victimes dont 160 morts, 518 blessés graves et 427 blessés légers».

Ce bilan préoccupant des victimes de la route est particulièrement dû à «l’état défectueux de nombreux véhicules, la conduite en état d’ivresse, l’excès de vitesse, la conduite par des éléments non habilités, porteurs de faux permis de conduire ou sans permis de conduire, le mauvais état des routes, ainsi que leur exigüité, le non port du casque pour les conducteurs de motos», a dit le colonel Moigny. «Au regard de ces données et causes, il y a lieu de reconnaître que l’effort multidimensionnel de l’autorité publique est hautement sollicité, pour enrayer ou réduire ce phénomène grandissant d’insécurité publique», a-t-il prévenu.

Le général Gilbert Mokoki, quant à lui, a indiqué les axes d’efforts de 2011, année de lancement des actions en vue de la modernisation de la force publique, conformément aux prescriptions du chef suprême des armées et aux orientations du ministre de la défense nationale. «Il s’agira de parvenir à la maîtrise réelle des effectifs, en valorisant notamment les fonctions. Dans ce cadre, il sera procédé, cette année, à la revue générale de nos effectifs, à la généralisation du processus d’expérimentation des fonctions administratives et financières à toutes nos unités, pour une maîtrise effective des ressources humaines. La gestion des matériels n’échappera pas à cette rigueur. L’effort consistera, aussi, à réactualiser et à finaliser le projet de loi de programmation militaire, en vue d’améliorer notre maillage territorial et développer nos capacités, en ayant à cœur l’adéquation besoins à satisfaire/ressources allouées», a dit le commandant de la gendarmerie.

Le général Mokoki a, aussi, mis l’accent sur «la formation des personnels qui demeure, aujourd’hui, la préoccupation majeure du commandement. Elle est le fondement sur lequel reposent le développement des capacités, la professionnalisation du métier et le renforcement du lien historique armées-nation».

Il n’a pas oublié la dimension sécuritaire dont «l’accent sera mis sur la couverture des grands événements: 50ème anniversaire de la gendarmerie, 51ème anniversaire de l’indépendance nationale et 53ème anniversaire de la République». «Naturellement, nos tâches traditionnelles de sécurisation des institutions et de protection des personnes et des biens ne devront pas être oubliées», a-t-il ajouté. Le général Gilbert Mokoki a, par ailleurs, indiqué aux gendarmes que la réalisation de ces charges ne peut se concevoir sans discipline et goût du travail.

Alain Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires