Baccalauréat technique et professionnel : 15.281 candidats affrontent les épreuves écrites

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les épreuves écrites du baccalauréat technique et professionnel, session 2019, ont débuté mardi 4 juin dernier sur l’ensemble du territoire national. Au total, 15.281 candidats, répartis en 24 séries et dans 32 centres, soit une augmentation de 1170 candidats par rapport à la session de juin 2018,  affrontent les épreuves écrites. En rapport avec cet examen d’Etat, le ministre de l’Enseignement Technique, Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes, a adressé un message à l’endroit des candidats, des enseignants et parents d’élèves. Pour que les uns et les autres puissent prendre leurs responsabilités.


Le ministre a appelé les acteurs impliqués dans l’organisation de cet examen à faire preuve de bon sens. Cette session, a-t-il dit, a mobilisé plusieurs millions d’acteurs au nombre desquels, les chefs de centre, des superviseurs, des présidents et secrétaires de jurys, des correcteurs, des examinateurs, des financiers, des agents de sécurité, des agents de la santé, les pompiers, etc.
A l’endroit des apprenants, le ministre a rappelé que l’examen du baccalauréat n’est pas un concours, mais une évaluation d’étape qui conduit à une conclusion réussie des études secondaires et qui leur ouvre les portes des études supérieures dans les universités. «Je vous demande d’observer les textes réglementaires qui régissent les examens d’Etat. Les cas de fraude ont pour conséquence la suspension de toute participation au baccalauréat pendant trois ans. Evitez de détenir par devers vous tous les objets interdits dans une salle d’examen (photocopie miniaturisée communément appelée «bébé lili», les téléphones portables (smartphones), tablettes, ordinateurs, ordinateurs et calculatrices» a-t-il prévenu. Et d’ajouter que les détecteurs de téléphone même éteints, seront encore utilisés pour le contrôle cette année. «Le gouvernement a fait le choix de la tolérance zéro», a-t-il fait savoir.
A l’endroit des enseignants, il a dit: «Vous les avez enseignés, ne soyez donc pas complaisants !.... Il est ainsi impératif qu’en votre qualité de pédagogues et surtout de modèles de la société vous renouiez avec vos véritables valeurs morales et éthiques», a-t-il rappelé.
Enfin, le ministre a invité tous les acteurs impliqués dans l’organisation de cet examen à accomplir leur travail de manière rigoureuse dans le strict respect des règles de leurs missions respectives.

Pascal AZAD DOKO