Cuvette-Ouest : Richard Eyeni déplore le ravage des richesses du département

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La 2e session ordinaire administrative du Conseil départemental de la Cuvette-Ouest a adopté son budget exercice 2019 équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 1.175 682 559 F.CFA, contre 1.002 193 620 F.CFA en 2018, soit une augmentation de 173 488 939 F.CFA. C’est Richard Eyeni, président du Conseil départemental, qui a clôturé les travaux, en présence d’Edouard Denis Okouya, préfet de la Cuvette-Ouest, et Simplice Kanza, maire de la ville d’Ewo.  

 

Dans son mot de clôture, Richard Eyeni a rappelé que l’Etat est le collecteur d’impôts pour la nation. Pour lui, si les Conseils ont des problèmes, c’est dans la redistribution au profit des collectivités locales. «Les collecteurs rapportent que la Cuvette-Ouest est pauvre en matières imposables. Erreur! Nous avons plusieurs richesses exploitées en grandes quantités, mais en silence, à Okoyo, à Kéllé et à Mbomo, dans notre département. Nous pouvons citer le bois, l’or, la pierre à bâtir et le tourisme. Je mets au défis ceux qui douteraient encore de cette évidence. Nous n’avons que nos yeux pour voir et déplorer le ravage de ces richesses nationales car, plusieurs fois les populations ont été rappelées à l’ordre quand elles ont voulu réagir. Ces sociétés, dont certaines exploitent nos richesses depuis des décennies, n’ont aucun devoir vis-à-vis de la collectivité locale: pas d’écoles, de centres de santé, rien», a-t-il regretté.
Pendant la session, le Conseil départemental a résolu de faire recours au Gouvernement pour que celui-ci prenne la mesure du grand ravage sauvage qui se déroule dans le département de la Cuvette-Ouest. «Si on veut connaitre la réalité, on ne s’arrête pas à Kéllé-Centre, loin des machines en action qui creusent pour sortir le métal précieux, qui dévastent les forêts et les rivières privant les populations d’eau potable et de ressources agricoles. Nous, élus locaux, voudrions aider le Gouvernement à nous aider, car il ne nous est plus possible d’assister à ce cynisme comme avant», a indiqué Richard Eyeni.
Il s’est interrogé sur ce qui se passe dans les mines d’or à Kéllé, dans les carrières de Pori et dans les Unité exploitation forestière aménagée de Kéllé, Mbomo, Tsama et Mbama. «Quand la collectivité de la Cuvette-Ouest pourra-t-elle bénéficier des retombées de cette production? On ne peut pas nous dire que tout ceci se passe dans l’implication du fisc. Nous l’avons déjà déclaré, nous ne pousserons plus des jérémiades, mais nous agirons auprès du Gouvernement pour relever le défi. Nous sommes armés de courage pour le faire. Avec l’appui du préfet et de nos populations, nous allons tous travailler dans l’intérêt de notre département», a-t-il insisté.
Richard Eyeni a, par ailleurs, salué le climat de paix et d’amour rétabli à Kéllé par les autorités nationales et départementales après les tristes évènements de février 2019 où un gendarme a été tué après une bavure au poste de gendarmerie.  

Aybienevie
N’KOUKA-KOUDISSA

Informations supplémentaires