Négiociations Congo-FMI : Vers l’ouverture d’un programme d’aide

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Après pratiquement deux années de négociations infructueuses, le Fonds monétaire international (FMI) s’est dit disposé à conclure prochainement un accord avec le Congo, lui ouvrant la voie à un programme d’aide. «Au regard de la consistance du dossier du Congo, le pays est dans les perspectives d’une conclusion prochaine d’un programme économique avec cette institution de Breton Woods», a déclaré Alex Segura Ubiengo, conseiller au département Afrique du Fonds monétaire international, après son audience avec le président de la République, mercredi 8 mai, au terme de sa mission au Congo.


La récente mission du FMI à Brazzaville a salué les efforts d’assainissement fournis par le Congo.  Les progrès sont réels, mais ce n’est pas une raison pour se  relâcher.  C’est en substance la conclusion tirée par Alex Segura Ubiengo. «J’ai trouvé les éléments nécessaires pour faire avancer le dossier du Congo. Reste que c’est le Conseil d’administration du FMI qui doit approuver le programme», a-t-il déclaré.  Pour lui, le programme du Congo est solide. «Le FMI va aider le Congo à rétablir la stabilité macroéconomique et à réaliser une croissance plus élevée et plus inclusive», a-t-il rassuré. Le conseiller du FMI a manifesté l’engagement de l’institution de Breton Woods de signer un accord programme avec le Congo qui pourrait  être  soutenu par un arrangement  financier au titre de la facilité élargie de crédit (FEC).
Les discussions engagées en mars 2017 entre le Congo et le FMI avaient été suspendues quelques mois plus tard, après la découverte par l’institution de Bretton Woods de l’ampleur de la dette du pays. le FMI avait alors imposé aux autorités congolaises une renégociation de sa dette, jugée très élevée, avec ses principaux créanciers (dont la Chine) avant de conclure tout programme d’aide.
En outre, il avait demandé plus d’efforts et de transparence avant d’accorder au Congo un arrangement financier pour relancer son économie. Or, le 29 avril 2019, les autorités congolaises et chinoises ont conclu à Pékin, un accord sur le rééchelonnement de l’énorme dette congolaise, quelque 3,15 milliards de dollars américains, détenue par la Chine, ouvrant ainsi la voie à la reprise des négociations avec le FMI.
Pour le chef de la mission du FMI, cet accord représente une étape décisive vers le rétablissement de la viabilité de la dette congolaise. Il a, en outre, précisé que les autorités congolaises doivent mettre en œuvre la stratégie déjà annoncée de restructuration de la dette extérieure envers les créanciers commerciaux, en particulier celle des négociants en pétrole: «Avec l’aide de leurs conseillers financiers et juridiques, les autorités congolaises doivent poursuivre des négociations de bonne foi avec leurs créanciers, en tenant compte de la capacité de paiement du Congo».
Les perspectives encourageantes enregistrées avec le FMI devraient aboutir rapidement à l’adoption d’un programme permettant au Congo de reconstituer des réserves de change du pays, afin de contribuer conjointement avec les autres membres de la CEMAC à la stabilité de l’ensemble de la sous-région.  

Philippe BANZ
 



Informations supplémentaires