Construction du pont-route-rail Brazzaville-Kinshasa : Les travaux débuteront en août 2020, a annoncé le président de la BAD

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Dr Akinwumi A. Adesina, a entrepris, du 10 au 11 mai 2019, une visite de travail en République du Congo. Il a été accueilli, à son arrivée à Brazzaville par Gislaine Olga Ebouka Babackas, ministre du Plan, de la statistique et de l’intégration régionales, par ailleurs, gouverneur de la BAD au Congo.

Le numéro 1 de la BAD a, entre autres, rencontré le Président de la République, les membres du gouvernement, les partenaires bilatéraux (l’Union européenne, la Banque mondiale, la France, l’Allemagne, etc.), les opérateurs économiques. Au centre de cette visite de travail, les projets intégrateurs et la diversification économique qui permettront au Congo de poser les bases de son développement. Selon le président de la BAD, les travaux de construction du pont-route-rail Brazzaville-Kinshasa débuteront en août 2020.
Les travaux de ce chantier titanesque s’élèvent à 660 millions de dollars américains, soit un peu plus de 330 milliards de F. CFA. Ce financement a été conclu entre Africa 50 (plateforme d’investissement dans les infrastructures qui contribue à la croissance de l’Afrique) et la BAD qui interviendra à hauteur de «210 millions de dollars pour la construction de ce pont-route-rail», soit 105 milliards de F. CFA, a déclaré M. Adesina.
Le projet pont-route-rail Brazzaville-Kinshasa intègre la vision du Nouveau partenariat pour le développement économique de l’Afrique (NEPAD) qui considère cet ouvrage comme la première composante du processus de désenclavement de l’Afrique. C’est aussi une aubaine pour la République du Congo qui, à l’issue des travaux, pourrait reconquérir sa vocation de pays de transit, grâce à sa position géographique et le placement de son port maritime susceptible de recueillir des bateaux gros porteurs.
Dans la perspective d’accompagner le Congo dans son périple de diversification économique, le président de cette institution financière panafricaine a annoncé que la BAD investira, entre autres, 83 millions de dollars américains, soit un peu plus de 41 milliards 500 millions de F. CFA pour la création des zones agroindustrielles, en vue de permettre la transformation de la production agricole locale. Et Le premier responsable de la BAD estime que le développement du Congo est tributaire de la diversification de son économie. «Je pense que la diversification de l’économie doit occuper une place prépondérante. Il faut, pour cela, travailler pour l’amélioration du climat des affaires, afin de stimuler et d’accroître l’investissement direct étranger…», a souligné Dr Akinwumi A. Adesina.  
Pour l’ambassadeur de France au Congo, M. Bertrand Cochery, qui a pris part à ces réunions de travail avec le président de la BAD, cela présage un lendemain meilleur pour le Congo. «Nous avons tous été unanimes pour souligner les besoins de coordination plus étroite entre les bailleurs, les partenaires techniques et financiers, à titre bilatéraux ou multilatéraux. Particulièrement à la veille de la mise en œuvre d’un programme avec le Fonds monétaire international (FMI)».
Enfin, une autre série de préoccupations à cette rencontre a tourné autour du renforcement des capacités, la nécessité d’encourager l’investissement privé, la nécessité d’agir davantage et de façon concertée sur le désenclavement tant au plan sous-régional (le transport), que sur le plan numérique. Bref, l’intégration du Congo en Afrique centrale et l’employabilité des jeunes ont été parmi les sujets à l’ordre du jour des retrouvailles.   
Le Congo a constitué la première étape de la tournée du président du Groupe de la BAD qui le conduira respectivement en Centrafrique, au Tchad, au Cameroun, au Gabon et en République Démocratique du Congo.  

Marcellin MOUZITA MOUKOUAMOU

Informations supplémentaires