Premier anniversaire de l’A.r.p.c.e : Yves Castanou réaffirme le bien-fondé de la campagne d’identification en cours

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Pour commémorer le premier anniversaire de naissance de l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques), Yves Castanou, le directeur général de cette agence, a organisé, mardi 8 février 2011, à l’hôtel Olympic Palace, à Brazzaville, un déjeuner de presse sur le thème: «Le marché de la communication électronique au Congo». A cette occasion, il a dressé un bilan positif des activités menées par sa structure, en 2010, et il a projeté les perspectives de 2011 qui, selon lui, s’orientent dans la continuité de ce qui a été fait au cours de l’année écoulée. Il a réaffirmé le bien-fondé de la campagne d’identification en cours, comme pour prendre à contre-pied ceux qui tentent de la discréditer.

 

 

Parlant des perspectives de 2011, Yves Castanou a indiqué que de nombreuses actions vont être menées comme: l’homologation des équipements de télécommunications électroniques; la délivrance des licences des réseaux mobiles de troisième génération; la régulation du secteur postal; la mutualisation des infrastructures entre les opérateurs de téléphonie; l’identification des abonnés de la téléphonie mobile.

Sur ce dernier point, il a édifié les usagers de la téléphonie mobile sur le bien-fondé de la campagne d’identification lancée par l’A.r.p.c.e, comme pour prendre à contre-pied, sa mauvaise interprétation par certaines personnes. Pour lui, en lançant cette campagne d’identification des abonnés, le Congo ne fait que se conformer aux standards internationaux, en termes de protection des consommateurs. «Le téléphone portable est devenu, dans notre pays, un outil pour tout le monde. Donc, il était indispensable que l’agence de régulation mette en place une politique pour protéger les abonnés», a-t-il dit.

Fort de cette considération, le directeur général de l’A.r.p.c.e s’en est pris vivement à ceux qui se livrent à une contre-propagande. «Ceux qui le font ne comprennent pas ce qu’ils disent. Cette campagne n’a rien à voir avec un système d’écoute. Les bases de données des informations concernant les abonnés seront stockées chez les opérateurs de téléphonie et non à l’A.r.p.c.e», a-t-il précisé.

Selon Yves Castanou, ceux qui mènent la contre-propagande agissent de la sorte, parce que l’identification ne fait pas leur affaire. «Ils veulent continuer à pratiquer certains actes inciviques, à utiliser le téléphone pour faire du mal ou causer du tord à d’autres. Je comprends qu’ils s’agitent et c’est normal. C’est de bonne guerre», s’est-il exclamé, tout en appelant les abonnés de la téléphonie mobile à se faire identifier. Pour cela, il a sollicité la contribution des médias, pour rassurer les populations sur le bien- fondé de la campagne d’identification. Car, au-delà du 25 juin prochain, «toutes les lignes qui ne seront pas identifiées vont être, purement et simplement, coupées».

Le directeur général de l’A.r.p.c est revenu sur la question des pylônes, en réaffirmant que ceux qui ne sont pas dans les normes seront démantelés.

Concernant la concurrence entre opérateurs de téléphonie mobile, il a fait savoir «qu’il y avait un opérateur qui faussait le jeu, en tirant le marché dangereusement vers le bas. Il fallait, donc, prendre des mesures pour préserver l’équilibre du marché. Nous avons décidé d’encadrer les prix… C’est important pour éviter qu’un opérateur ne se mette en situation de faillite ou d’auto-danger, en baissant trop bas les prix». Allusion faite à Warid-Congo qui, pour lui, n’a pas également respecté son cahier des charges. «Il n’a pas du tout les moyens de faire face à ses obligations, de déployer son réseau comme les autres opérateurs», a-t-il signifié.

Quant à la sempiternelle question des fréquences entre Brazzaville et Kinshasa, la capitale du Congo voisin, Yves Castanou  a fait entrevoir un début de solution. «Nous nous sommes causés du tord mutuellement. Aujourd’hui, il y a des fréquences qui ont été rétrocédées, à cause du fait que Kinshasa est passé au numérique. Nous espérons que les choses vont aboutir cette année», a-t-il déclaré.

Pour Yves Castanou, la plupart des actions menées par l’agence de régulation et ses décisions vont dans l’optique de faire du Congo, une référence en matière de communications électroniques et des postes.

Cyr Armel YABBAT-NGO

 

Informations supplémentaires