4ème conférence des ministres des Etats membres du Codepa : Yvonne Adelaïde Mougany reconduite à la tête du comité

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Brazzaville a été, pendant quelques jours, le carrefour de l’artisanat africain, en abritant, du 3 au 4 février 2011, à l’auditorium du Ministère des affaires étrangères et de la coopération, les travaux de la 4ème conférence des ministres des Etats membres du Codepa (Comité de coordination pour le développement et la promotion de l’artisanat africain). A l’issue de cette session dont les travaux étaient ouverts par le ministre d’Etat Pierre Moussa, coordonnateur du pôle économique, la ministre Yvonne Adélaïde Mougany a été, de nouveau, portée à la tête du comité, pour un nouveau mandat d’une année.

La 4ème conférence du Codepa a réuni de nombreuses délégations, venues des pays membres. C’était un véritable moment d’échanges d’expérience sur l’artisanat africain, et de réflexion sur la réforme des textes régissant le Codepa, en vue de l’arrimer à l’Union africaine. En outre, les participants aux travaux ont adopté plusieurs résolutions et visité l’exposition d’œuvres d’arts montée pour la circonstance.

Dans son mot inaugural, le ministre d’Etat Pierre Moussa a réaffirmé l’engagement du Congo de voir le Codepa être arrimé à l’Union africaine: «L’initiative prise à Yaoundé, au Cameroun, de l’arrimage du Codepa à l’Union africaine, la République du Congo y adhère pleinement et notre gouvernement va appuyer toute action permettant la réalisation dans les meilleurs délais, de cet objectif majeur de consolidation de l’unité africaine», a-t-il souligné.

Yvonne Adélaïde Mougany, président en exercice du Codepa, quant à elle, a interpellé les gouvernements africains à insérer, à sa juste place, les politiques de promotion de l’artisanat dans les plans nationaux de développement économique respectifs. Mais aussi, dans la perspective d’intégration africaine.

Au terme des travaux, une brochette de résolutions a été adoptée et rendue publique par Moktar Diackaté, président du comité exécutif du Codepa. Sur la révision des textes, la conférence a retenu de recourir à l’expertise des juristes spécialisés en la matière, pour mieux adapter ces textes en vue de l’arrimage du Codepa à l’Union africaine; de poursuivre les efforts de formation et de sensibilisation en vue de réussir le portage institutionnel de la politique de développement de l’artisanat par chacune des institutions sous-régionales; de poursuivre la capitalisation des bonnes pratiques en cours dans les différents pays, afin de favoriser la promotion et le développement de l’artisanat dans les pays membres du Codepa; de poursuivre la campagne d’information en direction des pays membres, afin qu’ils puissent s’acquitter, régulièrement, de leurs cotisations.

Clôturant cette conférence, Yvonne Adélaïde Mougany a affirmé qu’elle entend poursuivre les réformes entamées au sein du Codepa et donner un second souffle à l’organisation, pour des lendemains meilleurs: «Des importantes conclusions de nos travaux me donnent le sentiment de nous être engagés, ici à Brazzaville, à la réalisation d’une véritable révolution interne et externe sur la place et le rôle de notre artisanat dans le processus d’émancipation économique du continent», a-t-elle indiqué.

Pour rappel, le Codepa, dont le siège se trouve à Ouagadougou, au Burkina Faso, a été créé en 1990 et compte, actuellement, vingt-huit pays membres. Il a pour objectif principal d’établir une concertation étroite et permanente entre les pays membres, afin de mener des réflexions et entreprendre des actions pour un meilleur devenir de l’artisanat africain. Avec la réforme de ses textes, il sera affilié à l’Union africaine.

Alain P. MASSAMBA

Informations supplémentaires