La Convergence citoyenne «Sangu» : Bonaventure Mbaya réclame un dialogue national inclusif

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La Convergence citoyenne «Sangu», membre de la Fédération de l’opposition congolaise (FOC), dirigé par l’ancien ministre Bonaventure Mbaya, a organisé mercredi 19 février 2019 à Brazzaville, la cérémonie d’échange de vœux de nouvel an avec ses militants. Le président de la Convergence citoyenne a délivré un message dans lequel, il a annoncé la tenue du congrès extraordinaire de son parti pour le18 juin prochain. Et a exigé l’organisation d’un véritable dialogue national inclusif, «seul cadre crédible pour aboutir à un compromis politique en 2021», selon lui.

 

Bonaventure Mbaya a indiqué que la situation nationale est tellement grave que le dernier message du chef de l’Etat, qui aurait dû soulager le pays, a déçu les Congolais qui attendent toujours les solutions à cette catastrophe nationale «Nous en avons tous gardé un goût d’amertume et immense sentiment de déception dans la mesure où aucune décision exécutoire et réconfortante n’a été annoncée par le chef de l’Etat», a-t-il déclaré.
Il a estimé que tout le monde pense aujourd’hui à une solution apaisée qui, tout en garantissant la réconciliation nationale, engagerait dans le pays les grandes réformes attendues pour une nouvelle gouvernance et préserverait la paix, l’unité, la concorde nationale: «C’est ce qui donne tout son sens à l’idée d’un dialogue nationale inclusif».
Le président de la Convergence citoyenne a donné le point de vue de son parti et de l’alliance sociale-démocrate du Congo, sur la nécessité et les conditionnalités de la tenue d’un tel dialogue national inclusif, dans le contexte particulier actuel du Congo, «pays en crise généralisée».
Il rappelle qu’en effet, associée à l’Alliance social-démocrate du Congo «notre parti, la Convergence citoyenne, a toujours réaffirmé sa fidélité aux valeurs de paix et de démocratie, de liberté, de solidarité et de justice sociale qui fondent la social-démocratie, doctrine que nous avons en partage au sein de la grande famille socialiste, travailliste et progressiste mondiale et à laquelle nous sommes si fortement attachés», a-t-il indiqué.
Face au danger de déstabilisation qui, selon lui, «guette et menace notre pays et toute la sous-région de l’Afrique centrale,  nous n’avons jusqu’à ce jour ménagé aucun effort pour un véritable dialogue national inclusif, seul cadre crédible pour aboutir à un compromis politique, positif et constructif qui peut nous garantir la paix, la stabilité et une élection présidentielle apaisée en 2021», a-t-il soutenu.
Et d’ajouter: «Nous devons rester constants sur ce point car les sociaux-démocrates ont la pleine conscience de ce que, c’est à travers l’art du compromis politique, positif et constructif, que les sociétés modernes ont su préserver la paix, la stabilité et la sécurité à travers le monde, à la fin de tous les conflits qui ont jalonné l’histoire de l’humanité, des origines jusqu’à nos jours».
Bonaventure Mbaya pense que les différents dialogues organisés dans le pays n’ont en définitive été que des occasions manquées pour la réconciliation nationale, la consolidation de la démocratie et la bonne gouvernance nationale. «Ces différents dialogues ont plus contribué à réinstaller le PCT comme parti-Etat, consolider le pouvoir en place dans sa mauvaise gouvernance et à anéantir les avancées démocratiques mises en place par l’historique Conférence nationale souveraine et par la transition en 1991 et 1992», a-t-il expliqué.
Il a rappelé, en outre, que c’est cette expérience des dialogues congolais qui a fait que de très nombreux compatriotes aient, récemment, été surpris d’entendre le chef de l’Opposition constitutionnelle annoncer au cours d’une conférence de presse à laquelle étaient associés les dirigeants politiques de cette opposition constitutionnelle, que celle-ci serait prête à participer à un dialogue, sans préalables ni conditions. «Que veut dire cet engagement public, dans le contexte congolais actuel, un contexte caractérisé par cette crise multidimensionnelle qui frappe gravement et durement notre pays? Parlons-nous du même dialogue national inclusif? Avons-nous la même compréhension de son caractère national et inclusif?», s’est-il interrogé.
Pour Bonaventure Mbaya, le dialogue national inclusif auquel l’opposition constitutionnelle a décidé de participer, sans condition ni préalable, ne risque-t-il pas d’être une simple reproduction des dialogues passés? «La Convergence citoyenne ne s’engagera dans aucune démarche qui prônerait la tenue d’un dialogue national inclusif qui ne se conformerait pas aux conditionnalités énoncées ci avant», a dit le conférencier qui a annoncé la tenue du congrès extraordinaire de son parti le 18 juin prochain à l’occasion du 15e anniversaire de sa création.

Pascal Azad DOKO