6e Réunion du conseil exécutif de la Fédération atlantique des agences de presse africaines «FAAPA» : Faire face ensemble aux mutations médiatiques

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Organisée par l’Agence congolaise d’information «ACI», la sixième réunion du conseil exécutif de la fédération atlantique des agences de presse africaines «FAAPA» s’est tenue mardi 20 novembre 2018 à Brazzaville, sur le thème: «Les agences de presse et le développement multisectoriel des Etats ». L’objectif a été de poser les bases d’une coopération bilatérale au sein de la FAAPA qui lutte pour la reconquête de la souveraineté des Etats en matière d’information. C’est le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard ITOUA, qui a patronné ladite réunion.

 

Face au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les Etats sont aujourd’hui confrontés aux problèmes d’information. «Les fausses informations qui viennent des techniques News souvent venant d’ailleurs prennent le dessus sur les vraies informations. D’où l’intérêt de la reconquête de la souveraineté des Etats en matière d’information et les agences de presse ont un grand rôle à jouer».
A-Wilfrid Mbossa, vice-président de la FAAPA et directeur général de l’ACI, a indiqué que l’on peut supposer que la FAAPA fera sauter les verrous de cette information africaine souvent traitée à des milliers de kilomètres et servie aux médiaux locaux pour diffusion et consommation.
Le président de la FAAPA, Idrissi Hachimi a rappelé que compte tenu des évolutions technologiques, l’information est devenue une denrée très disponible. «Les fausses informations ont un plus grand succès que les bonnes informations. Notre information, entant qu’Africains, est rédigée, écrite, analysée, commentée ailleurs. Nous recevons l’accompagnement parfois orienté d’autres activités économiques chez les autres. Il y a véritablement un moyen aujourd’hui de reconquérir notre souveraineté en la matière. En donnant la place naturelle que doit avoir l’agence de presse dans le pays», a rappelé le président de la FAAPA.
De son côté, le ministre de l’Enseignement supérieur a indiqué que le Gouvernement s’engageait à soutenir les mécanismes de la liberté de presse pour gagner ce pari. «En dehors de la mondialisation, l’agence de presse africaine doit s’arrimer aux technologies de l’information et de la communication pour jouer pleinement le rôle primordial de pourvoyeur de l’information afin de réussir le pari de traitement de l’information continentale et de sa diffusion à travers le monde en temps réel. Au milieu d’un environnement de plus en plus concurrentiel dans la diffusion des nouvelles. Nous, nous engageons à simplifier des mécanismes administratifs à soutenir la liberté de la presse», a-t-il dit.
La FAAPA a été créée en 2014 à Casablanca, au Maroc. Le Congo occupe la deuxième vice-présidence en la personne. D’A-Wilfrid Mbossa, directeur général de l’ACI. Elle regroupe plus de 50 agences de presse qui sont appelées à consolider leur coopération à la lumière des profondes mutations qui caractérisent le paysage médiatique dans le contexte de la mondialisation et à l’ère du multimédia.

Pascal AZAD DOKO

Informations supplémentaires