Désarmement des ex-combattants ninjas-nsiloulous : «Le temps du désordre est terminé», a averti Séraphin Ondelé

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Le chef-lieu du département du Pool, Kinkala, a servi de cadre le 20 mars 2018 au lancement des activités de terrain de la commission ad hoc mixte paritaire issue de l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités du 23 décembre 2017, afin de travailler sur sa mise en œuvre, ainsi que sur le processus de paix. La cérémonie y relative, qui s’est déroulée dans la salle de conférences du Conseil département, a été patronnée par Séraphin Ondelé, président de la Commission ad hoc mixte paritaire, en présence de Georges Kilebé, préfet du Pool, Michel Bouboutou Mampouya, président du Conseil, Joseph Kifoua, maire de Kinkala, Philippe Biby Ane, vice-président de la Commission ad hoc, ainsi que des autorités politico-administratives et militaires du Pool.

 

La sensibilisation fait partie des trois activités retenues par la Commission ad hoc mixte paritaire en vue de mettre en œuvre l’accord du 23 décembre 2017. Il s’agit d’un ensemble d’actions qui visent à informer la population locale, les ex-combattants, l’opinion publique nationale et internationale, avec pour finalités d’accompagner et accomplir le processus de retour à la vie normale dans les locales du Pool.
A commencer par la restauration de la libre circulation des personnes et des biens, en procédant à la suppression systématique des barrières informelles sur toutes les voies de communication traversant le Département.
Comme preuve de cet engagement, l’axe Kinkala-Mindouli-Kindamba a été ouvert à la circulation des véhicules privés depuis le lundi 21 mars 2018. Un premier convoi a été officiellement lancé. «Que ceux qui ont pris l’habitude de racketer les populations se tiennent loin de nous et considèrent que le temps du désordre est terminé», a averti Séraphin Ondelé.
Dans cette même logique, il sera question de réinstaller les populations dans leurs localités d’origine. Suivra le ramassage des armes qui constitue la deuxième activité du programme de la commission ad hoc. Il s’agira, pour les ex-combattants, de remettre les armes et autres effets de guerre qu’ils détiennent par devers eux à la commission, suivi de leur engagement à mettre fin aux actions de lutte armée.
Le ramassage des armes et leur rachat ainsi que la démobilisation se réaliseront selon le principe «un combattant, une arme». «Les personnes ayant remis leurs armes et qui ont été démobilisées seront réinsérées selon des procédures élaborées par le haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants», a expliqué Séraphin Ondelé.
De ce fait, la Commission ad hoc a lancé un appel aux ex-combattants à se tenir prêts pour le ramassage et le rachat qui se feront dans la période du 5 avril au 5 mai 2018 dans les 14 centres qui seront ouverts à cet effet, à savoir: Kinkala, Mindouli, Kindamba, Mayama, Vindza, Goma Tsé-Tsé, Mbandza-Ndounga, Matoumbou, Kibouendé, Loulombo, Kinkembo, Kimbedi, Kindamba-Ngouedi et Missafou.
Pour cela, la Commission ad’hoc a demandé aux ex-combattants d’arrêter toute obstruction sur les voies et, à la Force publique de tout mettre en œuvre pour permettre la libre circulation des citoyens et des biens.
Tout en remerciant le pasteur Ntumi pour avoir écouté l’appel intérieur de son cœur ainsi que les cris de détresse de ses compatriotes, Séraphin Ondelé a rappelé aux dirigeants et à ceux qui, légitimement, prétendent prendre les rênes du pays, que les grands hommes, ceux que reconnaissent la postérité et l’histoire, sont ceux qui ont travaillé à la paix, au développement et au progrès de leur pays. «Le contraire n’est encore pas écrit dans les annales», a-t-il affirmé.
Georges Kilebé s’est, quant à lui, réjoui de constater que ce moment soit enfin arrivé. «Nous l’avions tant attendu, souhaité et imploré dans toutes nos prières. Nos attentes sont exaucées et deviennent une réalité vivante», a-t-il déclaré.
Pour lui, la population du Pool n’a besoin que de la paix, «rien que la paix pour le relèvement de tout son génie créateur: social, économique et culturel. Elle n’attend donc que de vaguer librement à ses occupations quotidiennes. Elle a hâte de vivre pleinement cette paix, vivre en toute quiétude les allées et venues dans tous les sens du Département, vivre l’effectivité de la de la libre circulation des personnes et des biens.»
Le préfet du Pool a également invité la Commission ad hoc mixte paritaire à œuvrer efficacement et dans les délais raisonnables dans cette voie, en vue de la résolution définitive de la crise du Pool. «Que les choses aillent vite!», s’est-il exclamé.
Par le lancement de ces activités de terrain, Georges Kilebé pense que toutes les situations seront plus concises aux fins de restaurer l’autorité de l’Etat pour maintenir l’ordre public dans les zones où préexistent encore quelques perturbations et confusions. «La garantie des libertés publiques et les droits fondamentaux des citoyens en dépend», a-t-il argué.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Informations supplémentaires