Plan de réponse humanitaire dans le Pool : Pour une urgence et un relèvement des personnes en quête d’assistance

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Plan de réponse humanitaire et de relèvement pour l’année 2018 du département du Pool a été officiellement lancé vendredi dernier à Brazzaville. 70,7 millions de dollars américains sont nécessaires pour poursuivre l’assistance humanitaire et amorcer le relèvement de 114.000 personnes dans ce département, ont annoncé le Gouvernement et le Système des Nations Unies à cette occasion. C’est la ministre des affaires sociales, Antoinette Dinga Dzondo qui a patronné la cérémonie, en présence de son collègue de la Communication Thierry Moungala et du coordonnateur du Système des Nations Unies au Congo, Anthony Boamah Ohemeng.

 

Ce plan est une révision de celui de 2017 pour le Pool. Il cible 64.086 personnes déplacées (dont 40543 femmes et filles), 5571 familles d’accueil (25.000 personnes) et 25.000 personnes résidentes (restées chez elles). Le relèvement précoce constitue le principal axe de ce deuxième Plan de réponse humanitaire.
Deux composantes connexes accompagnent ce plan: porter l’assistance humanitaire dans les lieux de déplacement ainsi que dans les zones du Pool jusqu’alors inaccessibles, et aussi l’amorce des activités de relèvement précoce pour soutenir  la réintégration des personnes déplacées rentrant chez elles ainsi que celles qui sont restées chez elles. Le montant à mobiliser pour les deux composantes s’élève respectivement à 47,8 millions de dollars pour le relèvement et 22,9 millions de dollars pour l’action humanitaire.
Cet appui, a-t-on précisé, concernera d’abord, la mise en œuvre d’activités génératrices de revenus là où se trouvent les déplacés et de l’autre, la reconstruction, le rétablissement de structures de santé, d’éducation et d’agriculture pour soutenir les retours dans les lieux d’origine le moment venu. A noter que la Plan humanitaire lancé le 18 juillet 2017 a reçu un financement total de 13527093 de dollars américains soit 57,06 % du montant total requis de 23.700.000 dollars.
A titre de rappel, a dit la ministre Dinga Dzondo dans son mot liminaire, le Plan de lancement d’aujourd’hui ne concerne que la Bouenza et le Pool: «La stratégie de ce plan consiste à poursuivre l’assistance d’urgence, assurer la protection et le respect des droits, penser au relèvement et au renforcement de la résilience. Pour l’heure nous avons retenu la protection, la santé, la nutrition, la sécurité alimentaire, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, les abris et non-vivres, l’éducation, le relèvement précoce, mais aussi la coordination. Pour le transport, nous allons voir au fur et à mesure  que nous avançons... ».
Rappelant les résultats du plan de réponse humanitaire 2017, elle a déclaré qu’il avait enregistré des  grandes réussites: «En six mois, nous avons pu mobiliser plus de la moitié du financement. Selon la coordination du système des Nations unies, c’est l’une des meilleures mobilisations des ressources humanitaires dans la sous-région. Sur une estimation de 166.000 personnes dans le besoin, le plan a touché 138.000 personnes composées de résidents du Pool, des déplacés et familles d’accueil. Les actions ont visé les secteurs suivants: la nutrition, la sécurité alimentaire, la santé, l’hygiène, l’eau et l’assainissement, les abris et les articles non- alimentaires. La réponse a été plus forte dans la sécurité alimentaire car le taux de malnutrition de 17% qui dépassait le seuil d’urgence était très préoccupant».
Abordant la question des défis de la réponse humanitaire non tenus en 2017, la ministre Dinga Dzondo a souligné que plan avait été mis en œuvre dans une zone où régnait encore l’insécurité mettant en danger les partenaires humanitaires opérationnels. «Les districts comme: Goma Tsé-Tsé, Kindamba, Vindza et Kimba sont restées inaccessibles. Il y a des secteurs importants qui ont pas eu de financements suffisants et d’autres aucun». Toutefois, a-t-elle rassuré, le Gouvernement ne baissera pas les bras.
Le coordonnateur du Système des Nations-Unies a indiqué que le Gouvernement leur avait demandé avec les partenaires d’accompagner un programme de désarmement, démobilisation et réintégration. «Le plan présenté fait partie de la composante réintégration et concerne les déplacés et les populations se trouvant dans des conditions difficiles. C’est une stratégie globale qui consiste, le moment venu à aider le Gouvernement à exécuter son plan de désarmement, démobilisation et réintégration, pour réintégrer les ex-combattants. Et, je dirais aussi principalement, les populations déplacées du Pool victimes innocentes».
Un autre élément de stratégie très important pour le système des Nations Unies et les partenaires, a-t-il confié, «c’est le fait qu’avec le retour de la paix dans le Pool, les départements ministériels concernés doivent amorcer rapidement des activités normales dans cette partie du pays avec des évaluations approfondies sur l’état de lieux des écoles, de la santé, de l’agriculture».
A noter que le Plan humanitaire lancé le 18 juillet 2017 a reçu un financement total de 13527093 de dollars, soit 57,06 % du montant total requis de 23.700.000 dollars américains.

Alain-Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires