Groupe de contact international sur les Grands Lacs : Impliquer le Congo dans la recherche d’une solution durable en RDC

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Préoccupé par la situation politique en République Démocratique du Congo, le groupe de contact international pour les grands lacs, la RDC et le Burundi, entend s’investir dans la recherche des voies et moyens de sortie de cette crise, pour l’organisation d’élections libres, crédibles et inclusives. C’est tout le sens de l’audience accordée le 13 février 2018, par le ministre des Affaires Etrangères Jean-Claude Gakosso à sept ambassadeurs des pays membres de l’Union Européenne.

 

Conduite par John Murton, ambassadeur de Grande-Bretagne en RDC avec pour résidence à Kinshasa, la délégation était composée des ambassadeurs de pays comme la France, la Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suède ainsi que la chef de la délégation de l’Union Européenne en République du Congo, Mme Saskia de Lang. Seul l’ambassadeur des Etats-Unis était absent.
Les discussions ont essentiellement porté sur la situation politique en RDC et sur le processus électoral, notamment «sur ce que nous pouvons faire ensemble pour corriger ce processus électoral afin d’assurer les élections libres, crédibles et inclusives la fin de cette année», a expliqué John Murton. Dans cette tâche, le diplomate anglais a laissé entendre que le groupe de contact international travaillait avec les Nations-Unies, l’Union africaine et les pays de la région pour assurer la mise en œuvre de l’accord de la Saint Sylvestre en RDC. Aussi ont-ils apporté leur soutien au chef de l’Etat du Congo Denis Sassou-Nguesso, dans le cadre de son mandat à la tête de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs. En effet, le président congolais multiplie les initiatives en vue d’un dénouement de la crise en RDC.
Dans cette quête, une rencontre tripartite s’est tenue à Kinshasa, le 14 février 2018, entre les présidents Denis Sassou-Nguesso, président de la République du Congo et président en exercice de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), M. Joseph Kabila Kabange, président de la République Démocratique du Congo, et M. Joao Manuel Gonçalves Lourenço, président de la République d’Angola.
Les trois chefs d’Etat ont passé en revue la situation générale dans la région des Grands Lacs, ainsi que le renforcement de la coopération entre leurs pays.
Concernant la situation générale dans la région des Grands Lacs, ils ont souligné l’importance de la paix et de la stabilité de la région. En outre, les trois chefs d’Etat ont condamné les violations graves du droit International humanitaire perpétrées dans l’Est de la République Démocratique du Congo contre la population civile et le personnel de maintien de la paix des Nations Unies par des groupes armés, parmi lesquels les terroristes ADF qui continuent à opérer de manière sporadique dans la région.
Ils se sont engagés à mutualiser leurs efforts et ceux de la région afin d’éradiquer les mouvements terroristes en activité dans leur périmètre commun. Ils ont salué les avancées réalisées pour ramener la paix en République du Congo, particulièrement dans le département du Pool, notamment grâce à la signature à Kinkala d’un accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités le 23 décembre 2017 entre les parties en présence. Ils ont encouragé les autorités congolaises à persévérer dans sa mise en œuvre.
S’agissant de l’évolution du processus électoral en République Démocratique du Congo, ils ont échangé sur les progrès accomplis depuis leur dernière rencontre, particulièrement dans la mise en œuvre du calendrier électoral publié le 5 novembre 2017 par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) prévoyant l’organisation des élections présidentielles, législatives et provinciales au 23 décembre 2018.
Comme avancées, ils ont noté la fin des opérations d’enrôlement des électeurs sur le plan national depuis le 31 janvier 2018, avec plus de 46 millions d’enrôlés, et le début des opérations de nettoyage du fichier électoral, afin de déterminer le nombre exact des électeurs. Ce qui permettra l’adoption prochaine par le Parlement de la loi sur la répartition des sièges.
Réaffirmant leur profond attachement à la tenue d’élections véritablement apaisées, les trois chefs d’Etat se sont félicités de l’avancée du processus consensuel porté par l’Accord du 31 décembre 2016 et ont réitéré l’appel à la retenue à l’égard de toutes les parties prenantes au processus électoral en RDC. Ils ont particulièrement condamné toute tentative d’accession au pouvoir par des voies non constitutionnelles.


Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires