Processus de démobilisation, désarmement et réinsertion dans le Pool : L’ONU entend aider le Congo à réussir son DDR

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le président de l’Assemblée nationale Isidore Mvouba, a reçu en audience vendredi 26 janvier 2018, Mme Saskia de Lang, ambassadrice, chef de la délégation de l’Union européenne au Congo. Le lendemain 27 janvier, il a eu une séance de travail avec les membres de la mission d’évaluation technique et d’appui des Nations Unies, chargée des questions de désarmement, de démobilisation et de réinsertion des ex-combattants. Elle séjourne au Congo depuis le 22 janvier dernier, suite à la requête introduite par le Gouvernement congolais auprès des Nations Unies pour l’aider à élaborer son programme national de DDR.

 

La crise du Pool était donc au menu des entretiens. Mme Saskia de Lang est venue saluer l’initiative du chef de l’Etat d’entamer le processus de paix pour une sortie de crise dans le Pool. «Nous avons salué les différentes mesures. D’abord, la rencontre avec les sages au mois d’octobre, le cessez-le feu du 23 décembre. Ensuite, la mise en place de la commission paritaire qui a rendu son rapport récemment», a déclaré la représentante de l’Union européenne à la sortie d’audience.
Et d’ajouter: «Nous avons dit au président de l’Assemblée nationale, l’intérêt que nous portons à trouver absolument des solutions durables à la crise du Pool, sachant que ce n’est pas la première crise, ce n’est pas la première fois, non plus que la communauté internationale est sollicitée pour accompagner le processus de paix au Congo».
Pour elle, les sorties de crise ne se limitent pas seulement à un exercice de sortie de forêts des combattants, mais doivent également s’adresser à la population durablement affectée par les combats. «Il s’agit de faire revenir les populations, de les aider à reprendre leur vie. Il s’agit, aussi, de surmonter le conflit qui a secoué l’ensemble du département», a fait remarquer Mme Saskia de Lang.
Quant à la question de savoir si l’Union européenne s’impliquera dans l’opération de démobilisation, désarmement et réinsertion des ex-combattants, Mme Saskia de Lang est plutôt restée sceptique, préférant s’en remettre au travail de la mission d’évaluation technique et d’appui des Nations Unies, en séjour au Congo depuis le 22 janvier.
Avec les membres de la mission des Nations Unies, conduite par Mohamed Abchir, coordonnateur résident adjoint du PNUD au Congo, Isidore Mvouba a expliqué qu’il s’agissait de voir comme les Nations Unies peuvent aider le Gouvernement congolais à réussir son DDR.
«Les Nations Unies ont beaucoup appris de leurs interventions dans les pays. Elles ont tiré les leçons des anciens programmes. Nous avons maintenant des standards et des mesures qui existent en la matière aujourd’hui. C’est ce que nous voulons faire partager avec les autorités compétentes au niveau national, afin de regarder ce qu’il y a lieu de faire pour éviter de tomber dans les erreurs du passé», a expliqué Mohamed Abchir, dont la délégation s’était également rendue à Kinkala, chef-lieu du département du Pool où elle a pu visiter le centre de transit des ex-combattants qui sortent de forêt.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Informations supplémentaires