Pétrole : Le Congo à l’OPEP

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Congo vient d’intégrer l’Organisation intergouvernementale des pays exportateurs de pétrole (OPEP) comme membre de plein droit. La décision a été annoncée après la visite du ministre saoudien des Affaires étrangères à Brazzaville, le 8 janvier dernier. Le Congo entend se donner les moyens de prendre sa place dans la définition des politiques et la prise de décisions au sein de cette organisation.


Pays producteur de pétrole, qui devrait atteindre cette année la barre de 300.000 barils par jour, le Congo figure au 4e rang des pays producteurs en Afrique noire. D’après Jean Marc Thystère Tchicaya, ministre des Hydrocarbures, cette augmentation est rendue possible grâce à la mise en service, l’an dernier, du plus grand gisement pétrolier, Moho-Nord de l’opérateur Total E&P Congo. Sa production estimée est de 140.000 barils par jour. La production pétrolière du Congo est estimée cette année à 300.000 barils par jour. Par rapport à celle de 2016, qui affichait un produit estimé à 250.000 mille barils par jour.
Selon des sources gouvernementales, l’entrée en production du champ Moho-Nord, en mer profonde à près de 75 km au large de Pointe-Noire, justifie cette croissance. Le développement de ce projet va augmenter les recettes de l’Etat. Sa mise en production laisse présager de bonnes perspectives pour le pays, dont l’économie dépend essentiellement des ressources pétrolières. Le projet Moho-Nord est considéré comme le plus grand projet pétrolier jamais réalisé au Congo. Ce champ pétrolifère comprend trente-quatre puits forés et raccordés à une nouvelle plateforme.
A rappeler, l’OPEP est une organisation intergouvernementale fondée à l’issue de la conférence de Bagdad le 14 septembre 1960 par l’Arabie saoudite, le Koweit, l’Irak et le Venezuela. Son objectif historique est l’orientation à la hausse des cours du pétrole et la maitrise de son cycle de production. L’organisation a été rejointe par plusieurs pays tels que le Qatar en 1961, l’Indonésie en 1962, qui se retire en 2008 et réintègre l’OPEP en 2016, la Libye en 1962, les Emirats arabes unis en 1971, l’Algérie en 1969, le Nigeria en 1971, l’Equateur en 1973, qui se retire en 1992 et y revient en 2007, le Gabon en 1975, qui se retire en 1996 mais réintègre l’organisation en juillet 2016, l’Angola en 2007 et la Guinée Equatoriale en 2017.
Pendant les cinq premières années de son existence, son siège était situé à Genève, en Suisse. Il a été déplacé le 1er septembre 1965 à Vienne en Autriche.

Philippe BANZ

Informations supplémentaires