Campagne de lutte contre le travail dissimulé : Des entreprises récalcitrantes fermées

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Lancée le 2 octobre, la campagne de lutte contre le travail dissimulé s’est clôturée le 29 décembre sur toute l’étendue du territoire national. A propos, la direction générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a organisé une restitution à l’endroit des responsables des formations syndicales et patronales, lundi 8 janvier dernier à Brazzaville.    Il ressort du rapport de la campagne que deux-cents trente-cinq entreprises et établissements ont été fermés dans des départements de Brazzaville, Pointe-Noire et la Sangha, lesquels ont également battu le record des employeurs détectés.

 

Dans son compte rendu, le directeur du recouvrement et du contentieux, Elvis Abira Ibara, a fait savoir que 4.829 employeurs ont été détectés sur tout le pays, les entreprises ayant payé leurs cotisations sociales 843 et, 9.708 salariés détectés. Dans le département des Plateaux, les contrôleurs ont détecté 57 employeurs pour 99 salariés, malheureusement aucun employeur n’a payé ses cotisations. «Globalement, la mission s’est bien déroulée. Nous remercions les partenaires sociaux pour leur soutien pendant toute la période de la campagne», a-t-il dit.
Pour le directeur général de la CNSS, Evariste Ondongo, ces résultats sont encore partiels.
A la lumière des conclusions peu satisfaisantes, il a décidé de poursuivre l’opération pour attirer l’adhésion de toutes les personnes concernées. «Le nombre de salariés non déclarés est encore considérable et on peut dire que nous ne sommes pas arrivés au bout du compte. Comment expliquer qu’un employé, par exemple pour le cas d’une chambre froide, exposé toute sa vie au froid, arrive à la fin de sa carrière sans une quelconque assurance», a-t-il déploré.
Principaux partenaires de la Caisse, les dirigeants des syndicats et organisations patronales ont apprécié le travail réalisé. Ils ont fustigé le comportement des employeurs ne déclarant par leurs employés et ont promis d’accompagner la CNSS dans sa bataille contre les employeurs récalcitrants. L’Union nationale du patronat congolais (UNOC), par la voix de son vice-président chargé du dialogue social, Auguste Ngabira, a suggéré que soient installés des agents des impôts dans les entreprises à budget de transfert, pour cause qu’au niveau de ces sociétés, la Caisse n’a enregistré aucun paiement.

Esperancia
MBOSSA-OKANDZE

Informations supplémentaires