Comité monétaire national et conseil national du crédit : Prévisions de croissance positives dans un contexte de récession

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les conclusions  du Comité monétaire et financier national, ainsi que  celles du Conseil national du crédit  ont  abouti à des résultats rassurants. Les perspectives se fondent sur de bonnes performances, bien que l’économie soit en récession. Le taux de croissance s’améliore davantage,  parce qu’il passe à moins  de 2,0 % contre moins  2,8 %  en 2016. Au sortir des travaux, Abbas  Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC, a affirmé que «les prévisions  prévues en 2018 sont à 3%  à peu près. En dépit de la conjoncture économique  difficile, les banques continuent de faire preuve de résilience et respectent les principaux ratios prudentiels édictés par la commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) ».

 

Ces deux réunions tenues successivement en  leurs  sessions ordinaires dans les locaux de la direction nationale de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), à Brazzaville, mercredi 6 décembre 2017 ont été sous la présidence de Calixte NGanongo, ministre des Finances et du budget, en qualité de président statutaire de ces deux instances, en présence  d’Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC et Michel Dzombala,  directeur national de la BEAC en tant que  rapporteur pour le comité monétaire et financier national du Congo, ainsi que  secrétaire général du conseil national du crédit.
 Au cours des séances, les membres de ces deux structures ont passé  en revue l’évolution de la situation  économique  internationale et nationale, au cours du troisième trimestre de l’année 2017 et des perspectives à court terme. Le FMI table  sur un  raffermissement des taux de croissance de l’économie mondiale pour les années 2017 et 2018, respectivement, à 3,6 % et 3,2 % en 2016,  dans un contexte d’appréciation de l’euro face au dollar américain et de redressement des cours mondiaux du pétrole brut.
Après avoir pris connaissance de  la situation économique,  les participants ont relevé que le contexte favorable  de l’environnement  international devrait  permettre à  l’économie congolaise d’enregistrer une atténuation de la récession. Toutefois, le comité  a noté une évolution globalement haussière de l’économie au terme du troisième trimestre 2017. Cette projection  se fonde sur les bonnes performances de la production pétrolière, notamment avec l’augmentation attendue de la production  du gisement MOHO-NORD. L’inflation devrait demeurer modérée, avec un taux projeté à 0,2 % en 2017, contre 4,6 % en 2016.
Au niveau des finances publiques, le comité  a observé que l’exécution du budget au troisième trimestre 2017 s’est soldée par un déficit budgétaire de 486,5 milliards de francs Cfa, contre un déficit de 242,7 milliards de francs Cfa  à la même période de l’année précédente. Sur le plan monétaire, le comité a relevé une baisse de la masse monétaire sous l’effet de la contraction des avoirs extérieurs nets.
Par ailleurs, le comité  a noté qu’au niveau du marché des capitaux l’activité  a été marquée par un retour progressif des banques au refinancement de la banque centrale.  Pour sa part,  le conseil a pris connaissance des résultats des études et travaux menés par son secrétariat général dans le cadre de son programme d’activité 2017, notamment le rapport sur l’accès au financement des PME au Congo et l’étude sur les performances et défis du trésor public congolais sur la marché des titres publics à souscription libre de la CEMAC. Les membres se sont félicités de l’engagement des négociations entre le gouvernement et le FMI pour la mise en place d’un programme triennal, en vue du rétablissement des grands équilibres macroéconomiques du pays.

Philippe BANZ   
 


Informations supplémentaires